Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

http://www.lexpress.fr/images/jaquettes/08/9782259186308.gif

http://www.alainzannini.com/images/stories/breves/philippe_sollers.jpgDocument 1998 - Sous la plume de Philippe Sollers, Giacomo Casanova de Seingalt est bien plus qu'un séducteur cynique : il est l'époux de son propre désir

On ne s'attendait pas que Sollers écrivant sur Casanova proposât un banal éloge du libertinage. On ne s'attendait pas non plus à l'homme qui apparaît dans son livre, émouvant, drôle, mystérieux, incroyable. Casanova l'admirable, Casanova l'incroyable. Voilà qui saisit à la lecture, bien au-delà d'un problème de «chiffrage» donjuanesque. Combien de femmes? Deux eussent suffi à cet homme si extraordinairement lucide sur son désir, si étonnamment capable, surtout, de l'écrire avec un aplomb dont ne disposent pas toujours les «esprits forts» - souvent de grands nerveux.

Nerveux, certes Casanova ne le fut point, affichant d'une même voix son attachement aux fermes principes de la théologie catholique et à l'exercice souverain de la raison. «Moment de gloire du catholicisme donc des Lumières, écrit Sollers, tout est dans la compréhension de ce donc.» Déchiffrer, démêler, comprendre ce «donc», cela vaut la peine avec un tel animal. Il est vrai que, l'époque étant ce qu'elle est, nous ne sommes pas sortis de l'auberge. On saura gré ici à Sollers de n'avoir pas mégoté sur l'effort nécessaire. Ce qu'il ne faut pas faire, tout de même...

Né à Venise en 1725, mort en Bohême en 1798, au château de Dux, propriété du comte Waldstein, qui lui avait confié le soin de ranger sa bibliothèque. Ce n'est pas une vie, ce sont les mille et une vies du chevalier Giacomo Casanova de Seingalt, que le dictionnaire appelle un «aventurier». Fils de comédiens, piqué au vif d'une société où l'aristocratie de naissance ne laisse que des miettes à ceux qui ont décidé de s'amuser quand même. Casanova en est. Nous aurions fort bien pu n'en jamais rien savoir, les candidats à la liesse au XVIIIe siècle étant très nombreux. Seulement il y a les 12 volumes de l'Histoire de ma vie, superbement réédités naguère par Bouquins/Laffont. La mythologie vraie casanovienne en a retenu les moments forts: l'évasion de la prison des Plombs, à Venise, l'invention de la Loterie nationale, les dîners galants en compagnie de l'excellent Bernis, cette cavalcade à travers l'Europe, de Londres à Dresde, de Berlin à Paris, ce carrousel inouï d'étreintes. C'est comme si «Casa» avait eu cette chance d'expérimenter son monde sous toutes ses coutures - tout connu pour de vrai, l'opposé en un sens du mythomane, ami des nuées, de la gloriole floue. Rien, au contraire, avec «Casa» qui ne puisse faire l'objet d'une précision, d'une curiosité, d'un savoir: «Casa» vit ce qui lui arrive «à fond», sans jamais se départir d'un étonnement devant les besoins de l'espèce en matière de superstition. Alliage fascinant d'un ingénu et d'un roué admirable, tantôt «victime» (quand il «tombe» à Londres sur la Charpillon et glisse à la posture de l'amoureux suicidaire), tantôt - le plus souvent - maître du jeu, comme avec l'impayable marquise d'Urfé, une toquée d'alchimie dont il est en quelque sorte le complice froid, se réjouissant d'être ainsi aux premières loges pour voir comment ça marche. Un cynique? Tellement plus compliqué... Tellement plus simple en même temps. La vie de Casanova est la vie d'un homme qui a épousé son désir. Il lui fait confiance; il n'en fait pas non plus, comme aujourd'hui, un potage divinatoire.

Il a écrit. Est-ce un écrivain au sens où souhaite l'entendre Sollers? On est perplexe, parfois, devant une certaine abondance. En revanche, on s'incline en silence devant ceci: «Je me plais infiniment quand je me trouve dans une chambre obscure, et que je vois la lumière à travers une fenêtre vis-à-vis d'un immense horizon.» Il meurt dans un fauteuil rose; c'est magnifique. Philippe Sollers vient de donner son Précis de vie.

Vivant Casanova

Par Michel Crépu (L'Express), publié le 15/10/1998

www.lexpress.fr/culture/livre/casanova-l-admi...



Liens utiles

Casanova, le libertin chez les couventines

Casanova se marie !

Casanova le magicien

Casanova se fait délateur

Casanova incarnation des Lumières

Commenter cet article