Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


http://www.decitre.fr/gi/34/9782841113934FS.gifJacques Chirac n’a pas encore rendu les armes. Malicieusement maquillé en Mémoires, son dernier ouvrage n’est rien d’autre que son dernier livre de combat. L’ancien président n’a pas résisté au plaisir de revenir une dernière fois dans l’arène, de frapper, sourire aux lèvres, des adversaires déjà à terre. Plutôt que de (se) raconter, d’ériger patiemment sa statue pour l’Histoire, l’homme préfère répondre aux médisances du temps présent. Contredisant l’ambition du titre (« Chaque pas est un but », citation de Goethe), l’ouvrage se détourne de l’exploration dense, contemplative des évènements, pour ne livrer qu’une succession ininterrompue de faits et de dates. Sur le fond, le lecteur se contentera d’une litanie de convictions plutôt que de pensées. L’ancien chef de l’Etat compose ses mémoires avec son alacrité habituelle; et, dans un ultime pied de nez aux amateurs de psychologie politique, livre un Jacques Chirac que tous connaissent, rétif à l’exhibition, se nourrissant volontiers du discours des autres : aussi impersonnel que possible. Le « je » mis à part, l’ouvrage a tout des qualités et des défauts de la biographie de circonstance : myope, court-termiste et plus politique que littéraire.


Le pouvoir et la vie

Non, Jacques Chirac ne rend pas les armes. Pourrait-il en être autrement? Cet "homme qui ne s’aime pas"   fuit une ultime fois les regards du public et refuse la contemplation d’une existence passée, figée. Il ne s’agit que d’une demi-surprise - ou, pour l’historien, d’une demi-déception : Chirac n’a jamais vécu que pour le combat. On imaginait mal en mémorialiste, prenant la pose –et de la distance-, le dernier condottiere de la Ve République. Jacques Chirac est prisonnier d’une quête perpétuelle de mouvement. Dépendance tragique à l’action, qui transforme le grandiose conquérant en roi fainéant.

Comment cet homme-là aurait-il pu livrer d’authentiques mémoires, de ces tombeaux littéraires où l’auteur tâche, tant bien que mal, d’accorder sa mort à la vie environnante? Que l’on observe le Pouvoir et la Vie   : Valéry Giscard d’Estaing y glissait ce qu’il faut d’amertume, d’humilité, d’orgueil aussi, pour dresser en majesté le tableau d’un mortel en lutte avec l’Histoire. Les Mémoires sont des lieux de rencontre, de retraite, au double sens du terme. Une alchimie particulière des contrastes, entre vanité et vraie grandeur, qui explique que les plus grands mémorialistes aient connu l’échec véritable. Retz, Chateaubriand, de Gaulle, Bonaparte, tous ont contemplé de l’extérieur la « chaîne des temps ». Exil, défaite, ostracisme : il faut prendre du champ pour contempler l’immense corps de l’Histoire en marche. Rien de cela dans le récit de Jacques Chirac. Le fondateur du Rassemblement pour la République (RPR), enfant chéri de la victoire, pressé d’agir comme ses quarante ans de carrière ininterrompus en témoignent, récuse encore toute finitude, refuse de quitter la scène, éternel prisonnier du point de vue du vainqueur.

Rastignac n’était-il que Fabrice ?

Le lieutenant en poste à Souk-el-Arba, en Algérie, près de la frontière marocaine, en avril 1956, le chargé de mission de Georges Pompidou à Matignon à partir de la fin 1962, le Premier ministre de Valéry Giscard d’Estaing (1974-1976) puis de François Mitterrand (1986-1988) ne sont qu’une seule et même âme, « simple et droite », ballotée par le cours des événements. Cette course après l’écume du temps laisse rêveur. Chirac, souvent dépeint en Rastignac   n’était-il, tout bien pesé, qu’un Fabrice del Dongo, jeune homme trop empressé qui voit le combat sans y rien entendre ? Qu’il assiste par hasard au sabordage de la flotte à Toulon le 27 novembre 1942, signe l’appel de Stockholm lancé par le Mouvement mondial des partisans de la paix en 1950, vende l’Humanité-Dimanche devant l’église Saint-Sulpice, à Paris, combatte en Algérie, rencontre le général de Gaulle, l’homme semble sans état d’âme, racontant ce qu’il voit, ce qu’on lui dit, jamais ce qu’il ressent. Plume à la main, Jacques Chirac reste pressé. Ne s’attarde pas. N’interroge guère ce qu’il a vécu. Qu’on juge par le sort réservé à la campagne victorieuse de l’élection présidentielle du printemps 1995 : traitée en cinq pages… La période clef, qui court du 12 avril au 7 mai 1995, est même exécutée en vingt lignes. Quant au sacre proprement dit, avec onction du suffrage universel, ce vertige de l’accomplissement, nous n’en saurons strictement rien. Le récit de « son » élection expédié, Chirac disserte aussitôt sur ce qu’il estime être les devoirs d’un président de la République, terrain sûr dissimulant les abîmes intérieurs, les petites lâchetés et les grandes trahisons, trame d’une certaine vie politique. Ce 7 mai 1995, Chirac est enfermé dans son bureau de l’Hôtel de Ville. Il entend la clameur de la foule, mais impose le silence à ses propres tumultes.

Mémoires au présent simple

Xavier BOUVET

[vendredi 18 décembre 2009 – 05:00]


L'intégralité de l'article en cliquant sur le lien ci-dessous

http://www.nonfiction.fr/article-3001-memoires_au_present_simple.htm


Titre du livre : Chaque pas doit être un but. Mémoires
Auteur : Jacques Chirac
Éditeur : Nil
Date de publication : 05/11/09
N° ISBN : 2841113930


Jacques chirac, lieutenant en algérie

Publié par Anonyme sur le blog philippepoisson-hotmail.com, il y a 5 mois

Archives de presse - Les trois quarts des Algériens l'ignorent : le président français qui leur rend visite dimanche a vécu dans leur pays. Il y a fait la guerre, puis y est revenu, jeune haut fonctionnaire, avec femme et enfant. Enquête sur les années algériennes de JacquesChirac. Le…

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-33913288.html

Lire la suite

 

"un jeune loup" : jacques chirac ( 1932-1981)

"un jeune loup" : jacques chirac ( 1932-1981)

Publié par Anonyme sur le blog philippepoisson-hotmail.com, il y a 3 mois

"Le jeune loup" et "Le vieux lion": dans un documentaire très fouillé, riche de témoignages et de séquences d'archive, France 2 s'attaque à la biographie de Jacques Chirac, signée par Patrick…

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-35533705.html

Commenter cet article