Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


http://4.bp.blogspot.com/_MkjqwGJyMT8/RyA_J-9OenI/AAAAAAAAAO8/UgbceZGWiKE/s400/REGP0301_211007.jpg

Je voudrais signaler à votre attention deux ouvrages qui abordent un aspect longtemps ignoré d’une résistance morale que les « faits d’arme » de la résistance armée et le péripéties de la résistance « politique » ont totalement éclipsé : je veux parler des « amis des juifs », ces « aryens » qui dès le 7 juin 1942, se sont affublés par solidarité, protestation silencieuse, indignation, de ces étoiles jaunes que la 8e ordonnance allemande imposait, à partir de cette date, à tous les juifs de zone occupée, dès l’âge de 6 ans. Portant des inscriptions fantaisistes (   « papou », « zazou », « auvergnat », « swing »...) visant à ridiculiser cette mesure dégradante pour la personnalité humaine (« Il n’est sans doute rien de plus ignoble que de contraindre un homme à avoir à tous les instants honte de lui-même » écrivit Jean Guéhenno dans son Journal), plusieurs dizaines furent arrêtés par les policiers parisiens, les 7 et 8 juin.


Affublés d’une étoile et d’une bande de tissus portant la mention « ami des juifs », ils furent internés à la caserne des Tourelles, puis à Drancy avant d’être libérés en septembre. Ils ont vécu en témoins directs, les scènes déchirantes qui ont accompagné l’arrivée massive des juifs arrêtés puis raflés en cet été 1942 et leur déportation. Notamment celle du millier d’enfants, parfois très jeunes, séparés quelques jours plus tôt à Pithiviers et Beaune-la-Rolande de leurs mères déportées avant eux ... 


Peu de ces « amis des juifs » ont témoigné, le journal que tint, au jour le jour, l’une d’entre eux, alors lycéenne en classe préparatoire au lycée Fénelon, vient d’être publié. Ce témoignage présente incidemment et de façon très sensible l’attitude de policiers et de gendarmes préposés à ces besognes d’un genre douteux ...


Je me permets de vous recommander la lecture de Jai voulu porter l’étoile jaune. Journal de Françoise Siefridt, chrétienne et résistante. Préface de Jacques Duquesne, Paris, Robert Laffont, 2010.


Le texte original est éclairé par des notes de Cédric Gruat auquel on doit (avec Cécile Leblanc) la première étude consacrée aux « amis des juifs » (l’expression est du SS Dannecker, Judenreferat au SD de Paris) : Amis des juifs. Les résistants aux étoiles, Paris, Tiresias, 2005.

 

 

 

Commenter cet article