Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

22-copie-1.jpgLe 30 janvier sort dans les salles le documentaire de Lam Lê, sur le sort dramatique de 20 000 travailleurs indochinois, en France, pendant la Seconde Guerre mondiale. Antoine de Baecque, historien et critique de cinéma, l'a vu pour nous.

 

A la veille de la Seconde Guerre mondiale, 20 000 ouvriers vietnamiens (et 8 000 tirailleurs) ont été recrutés, un bon nombre de force, dans l'Indochine française pour venir suppléer, dans les usines d'armement, les ouvriers français mobilisés sur le front. Quelques milliers furent rapatriés et 15 000 restèrent bloqués en France, pris à tort pour des soldats, pendant toute la durée de la guerre. Ces ouvriers civils appelés công binh furent d'abord parqués de façon sommaire dans des camps aux alentours de Marseille ou dans le centre de la France. Ils furent ensuite envoyés par le gouvernement de Vichy, pour des salaires de misère, dans des poudreries, des salines, furent employés par la MOI (Main-d'oeuvre indigène) pour déboiser des forêts, construire des routes, relancer la culture du riz en Camargue. Méprisés en France, considérés comme des traîtres ou des collaborateurs au Vietnam, ils sont restés longtemps des oubliés de l'histoire...

 

Pour lire l'article en intégralité :


Le destin des Công Binh, par Antoine de Baecque, L'Histoire n°384, février 2013, p. 26.

 

Công Binh. La longue nuit indochinoise, Lam Lê, en salles le 30 janvier 2013.

 

Công Binh dans la nuit


Commenter cet article