Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

http://www.mollat.com/cache/Couvertures/9782213655505.jpgVersion remaniée d'une thèse de doctorat sur 80 jeunes universitaires : linguistes, historiens, économistes, juristes, etc., ayant intégré des organes de sécurité de la SS de 1931 à 1937, et pour la plupart fait partie des Einsatzgruppen. Etudie leur rôle dans la surveillance et la répression des opposants, la théorisation de l'idéologie nazie et la planification de l'extermination de masse.

Ils étaient quatre-vingts et avaient à peine trente ans lors de l'arrivée d'Adolf Hitler au pouvoir. Leurs études universitaires destinaient ces juristes, économistes, linguistes, philosophes ou historiens à de belles carrières. Ils ont choisi de s'engager au sein des organes de répression du Troisième Reich. Ils ont théorisé et planifié l'élimination de vingt millions d'individus de race prétendument «inférieure». Ils ont organisé et assisté à l'extermination d'un million d'entre eux. Au long d'une enquête saisissante dans les archives du SD et de la SS, Christian Ingrao retrace le destin de ces enfants de la Grande Guerre, s'intéresse à leurs réseaux - militants, universitaires ou amicaux -, étudie leurs manières d'envisager la guerre et le «Monde d'ennemis» qui, selon eux, les menace. Apparaissent alors les mécanismes de l'engagement, dans le nazisme puis dans le meurtre de masse. Grâce à cette étude pionnière, on comprend comment ces hommes ont fait pour croire et pour détruire. Car l'histoire du nazisme est aussi tissée d'expériences personnelles, de ferveur et d'angoisse, d'utopie et de cruauté.

Croire et détruire
les intellectuels dans la machine de guerre SS

Auteur : Christian Ingrao

Éditeur : Fayard, Paris

Collection : Histoire

 

Lien utile

 

Einsatzgruppen - Sur les traces des commandos de la mort nazis

 

Lire également dans LE NOUVEL OBSERVATEUR 23-29 SEPTEMBRE 2010, La vraie histoire des "Bienveillantes" pages 102-104 incluses.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article