Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

http://www.cinema-francais.fr/images/acteurs/foto_acteurs_d/darrieux_danielle09.jpgNaissance : 01 mai 1917 à Bordeaux (Gironde, France)
Liens familiaux : Elle a été l'épouse du cinéaste Henri Decoin.

Formation

Alors qu'elle étudie le violoncelle au Conservatoire de Musique, Danielle Darrieux auditionne pour le principal rôle féminin du Bal de Wilhelm Thiele, en 1931. Retenue parmi une centaine de candidates, elle démarre ainsi, à quatorze ans, sans avoir suivi le moindre cours d'art dramatique, une brillante et foisonnante carrière.

Carrière au cinéma

Danielle Darrieux représente la jeune première idéale du cinéma français des années trente. Fraîche, rieuse, chantant à l'occasion d'une voix pure et légère, elle incarne les jeunes filles heureuses et souriant à la vie. Douce, romantique, elle peut aussi se montrer espiègle et délurée, comme dans Quelle drôle de gosse de Léo Joannon (1935). En 1935, Anatole Litvak lui offre un rôle plus dramatique : c'est Mayerling, dans lequel elle interprète une fragile et touchante comtesse Vetsera. Elle s'y montre spontanée et émouvante, et atteint la consécration. La même année, elle épouse le cinéaste Henri Decoin, qui lui écrit des rôles sur mesure. Des mélodrames, comme Retour à l'aube (1938), ou des comédies comme Premier rendez-vous (1941). En 1938, elle tourne un film à Hollywood, La Coqueluche de Paris (Henry Koster), avant de regagner la France où elle est LA vedette du moment, populaire et adorée du public. Pendant la guerre, désormais séparée de Decoin, elle tourne peu et s'éclipse discrètement des écrans. Après-guerre, elle retrouve un second souffle avec un vaudeville stylisé d'Autant-Lara, Occupe-toi d'Amélie (1949). Elle reconquiert son statut de star, évoluant vers des rôles plus mûrs, où sa distinction, son élégance et sa finesse de jeu font merveille. C'est devant la caméra d'Ophuls qu'elle va donner la pleine mesure de son talent, d'abord avec La Ronde (1950), dans lequel elle interprète avec nuance une jeune épouse infidèle. Elle devient l'actrice de prédilection du réalisateur qui exploite à merveille son charme et sa vivacité dans Le Plaisir (1951), mais surtout dans Madame de... (1953), où elle se montre à la fois frivole, charmante et pleine d'esprit. Elle représente mieux que quiconque l'insouciance des années 30 et la gravité des années 50, et tourne également à l'étranger avec Taurog, Mankiewicz (L'Affaire Cicéron, 1951), et Robert Rossen. Elle prête ses traits à Madame de Rénal, Lady Chatterley, la Montespan, Agnès Sorel, ou encore Marie-Octobre et poursuit une carrière jalonnée de rencontres heureuses, tournant avec Chabrol (Landru, 1962), ou Demy, qui la dirige dans Les Demoiselles de Rochefort (1966) et plus tard dans Une chambre en ville (1982). Ses personnages évoluent avec son âge et sa personnalité, et elle joue pour Dominique Delouche (24 heures de la vie d'une femme, 1967), de Broca (Le Cavaleur, 1978), Téchiné (Le Lieu du crime, 1985), ou encore Sautet (Quelques jours avec moi, 1987). Plus récemment, une nouvelle génération de réalisateurs la sollicite, d'Ozon (Huit femmes, 2001) à Anne Fontaine (Nouvelle Chance, 2005). En 2006, elle prête sa voix au Persepolis de Marjane Satrapi, apparaît l'année suivante dans L'Heure Zéro de Pascal Thomas, et poursuit encore une carrière d'une longévité exceptionnelle ...

Autres activités

Dès 1937, Danielle Darrieux mène une brillante carrière théâtrale. Ses succès les plus notoires sont Les Jeux dangereux (1937), La Robe mauve de Valentine (1963), Domino (1970), Harold et Maude (1995) ou plus récemment Oscar et la dame rose (2003).

A partir des années 60, elle poursuit une importante activité à la télévision et joue dans de nombreux téléfilms ou séries, notamment dans Les Jardins du Roi (1972) et dans l'adaptation des Jalna (1993).

Prix

  • Meilleure interprétation féminine, 2002 au European Film Academy pour le film : Huit femmes

  • Meilleure interprétation féminine, 2002 au Berlinale. Internationale Filmfestspiele (Berlin) pour le film : Huit femmes

  • César d'honneur, 1985 au Césars du Cinéma Français

Danielle Darrieux

http://cinema.encyclopedie.personnalites.bifi.fr/index.php?pk=42624



http://static1.purepeople.com/articles/5/26/77/5/@/183561-danielle-darrieux-en-mars-2004-156x133-2.jpgDanielle Darrieux ... pas si légère

Article publié le 11 Janvier 2009
Par Jean-Luc Douin
Source : LE MONDE
Taille de l'article : 716 mots


Extrait :

La Cinémathèque française, à Paris, célèbre les 92 ans de l'actrice en programmant 97 de ses films. « Tourner, tourner beaucoup pour devenir vedette et avoir mon nom en gros sur les affiches. Si je parviens au titre de grande star, cela prouvera que j'ai bien servi le cinéma. » Ainsi s'exprimait en 1931, à la sortie de son premier film, Le Bal, une jeune Bordelaise de 14 ans. La suite va au-delà de ses espérances. La Cinémathèque française, à Paris, fête les 92 ans de Danielle Darrieux en programmant 97 de ses films. Une longévité exceptionnelle d'autant que l'actrice tourne encore.

Danielle Darrieux incarne d'abord l'insouciance des années 1930 ...


Liens utiles sur le blog :


Le cinéma français sous l'occupation...

Leni riefenstahl : une "fan" d'adolphe ?

Marilyn Monroe : une actrice de légende...

Sous la botte, le cinéma français

Baisers minutés, décolletés millimétrés : tenue correcte exigée !

Jean gabin, un p'tit gars de la 2e db

Gabin le marin

Steve mcqueen, l'éternel rebelle...

L'acteur français jean marais dans la 2e d.B.

Le personnage de "mata hari" au cinéma ...

Simone signoret, l'inoubliable actrice de "casque d'or"

Grace kelly, un volcan sous la glace...

Ava gardner : la comtesse aux pieds nus...

Romy schneider dans l'enfer de clouzot...

Corinne luchaire, la belle interprète aux cheveux de lin ...

L'actrice sophia loren : la fierté charnelle

"la folie bardot" pour notre plus grand plaisir...

Violence et boucles blondes dans l'allemagne puritaine... 

Claudia cardinale ... " la plus belle italienne de tunis"


 

Actrices et Acteurs de cinéma (31)

Cinéma - Téléfilms (115)

Commenter cet article