Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


http://www.laprocure.com/cache/couvertures/9782847345896.jpgIssus d'un colloque qui a rendu hommage aux 6 femmes ayant reçu la décoration française attribuée au titre de la Seconde Guerre mondiale, ces articles retracent leur parcours et leur action dans la Résistance. En outre, ils s'interrogent sur les raisons pour lesquelles les résistantes n'ont pas été plus nombreuses à recevoir la reconnaissance institutionnelle que justifiait leur engagement.

Quatrième de couverture

Le 16 novembre 1940, à Brazzaville, le général de Gaulle créait l'Ordre de la Libération, destiné à honorer et à encourager par l'exemple les résistants - combattants de la France libre et de l'intérieur - engagés sur un chemin long et incertain. La croix de la Libération n'a été décernée qu'à 1 038 personnes, 5 communes et 18 unités combattantes, jusqu'à la forclusion de l'Ordre en janvier 1946.

Six femmes ont été honorées de cette distinction, la plus haute de celles attribuées par la France au titre du second conflit mondial : Marie Hackin (1905-1941), jeune archéologue devenue volontaire féminine de la France libre, victime du torpillage de son navire dans l'Atlantique ; Berty Albrecht (1893-1943), qui inspira et anima le mouvement «Combat», morte de sa main à la prison de Fresnes ; Laure Diebold (1915-1965), secrétaire de la Délégation générale sous les ordres de Jean Moulin, arrêtée et déportée en Allemagne ; Marcelle Henry (1895-1945), résistante au sein du ministère du Travail, morte à son retour en France des suites de sa déportation ; Émilienne Moreau-Évrard (1898-1971), héroïne de la Première Guerre mondiale et important agent de liaison pendant la Seconde ; Simone Michel-Lévy (1906-1945), cadre de la Résistance des PTT, assassinée au camp de Flossenbürg. Entre le 13 mai 1941 et le 26 septembre 1945, elles furent reconnues « compagnon pour la libération de la France, dans l'honneur et par la victoire ».

Cet ouvrage collectif réunit contributions d'historiens (Guy Krivopissko, Christine Levisse-Touzé et Vladimir Trouplin) et témoignages de contemporains et de parents (Mireille Albrecht, le général Alain de Boissieu, Daniel Cordier, Jean Michel-Lévy).

L'histoire mérite de s'attacher à ces destins. Parce qu'ils illustrent le courage, le dévouement, l'efficacité et la compétence des combattantes de l'ombre, maillons essentiels de la Libération. Parce qu'ils symbolisent la diversité des origines sociales, des parcours professionnels et politiques, des engagements des femmes résistantes. Parce qu'ils permettent une réflexion sur la part prise par les femmes dans la Résistance et sur la reconnaissance qui leur fut accordée dans la mémoire nationale.

Dans l'honneur et par la victoire : les femmes Compagnon de la Libération
Krivopisco, Guy - Levisse-Touzé, Christine - Trouplin, Vladimir
mention principale : préambule Dominique Veillon
préface de : Pierre Messmer
introduction : Anne Hidalgo
Tallandier , Paris
collection Contemporaine
Parution :  mars 2009
  • Reliure : Broché

  • Page : 94 p

  • Format : 26 x 19 cm

Quelques liens utiles sur le blog :


Six femmes seulement "compagnon de la libération"...

Les femmes de la résistance moins reconnues que les

Berty albrecht, compagnon de la libération ...

La vie exceptionnelle de berty albrecht, compagnon de la

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article