Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


http://www.journal.dnd.ca/vo5/no2/images/review-critique-08.jpgMichel Litalien, historien militaire frais émoulu de l’Université d’Ottawa, travaille actuellement à la Direction de l’histoire et du patrimoine. Il a fort bien remanié son mémoire de maîtrise pour en faire un livre intéressant qui retrace l’histoire de deux hôpitaux militaires mobilisés au Québec au début de la Première Guerre mondiale : l’hôpital militaire fixe n° 4 (canadien-français) et l’hôpital général n° 6 (Laval).

L’auteur jette un regard nouveau sur l’ardent patriotisme d’Arthur Mignault, un éminent médecin montréalais qui était l’un des piliers du recrutement au Québec. Après avoir recruté deux bataillons d’infanterie canadiens-français pour le Corps expéditionnaire canadien (le célèbre 22e bataillon et le tristement célèbre 41e), Mignault a recruté le personnel de l’hôpital n° 4 en 1915. Ce nouvel hôpital militaire, dont le personnel provenait des hôpitaux du centre de Montréal, devait constituer la preuve tangible de la solidarité des Canadiens français avec leurs compatriotes. Mignault réalisait aussi son rêve de partir à la guerre à la tête d’une unité canadienne-française.

Le recrutement de Canadiens français ne s’est pas arrêté là. Pour ne pas se laisser distancer par l’Université McGill, qui avait fondé un hôpital militaire pour le service outre-mer au début de 1915, la faculté de médecine de l’Université Laval a mis sur pied un second hôpital canadien-français peu après. Ces deux hôpitaux ont recruté la fine fleur du milieu médical montréalais, notamment plusieurs vétérans de la Rébellion du Nord-Ouest.

Les hôpitaux ont été déployés outre-mer en 1915 et, après un bref intermède en Angleterre, ils se sont établis en France où, jusqu’à la fin de la guerre, ils accueillirent les soldats et civils français ainsi que les membres des forces alliées. Selon l’auteur, la décision d’envoyer ces hôpitaux en France avait été prise pour rassurer les autorités canadiennes. Celles-ci craignaient que les blessés anglophones aient du mal à se faire comprendre du personnel francophone, qui était généralement bilingue d’après l’auteur. Une autre raison invoquée était évidemment que ces établissements pourraient conserver le français comme langue de travail. En outre, ils symbolisaient l’engagement du Canada envers la France, ce qui a justifié la décision sur le plan politique. Il aurait été intéressant d’en apprendre davantage sur les raisons de cette décision.

Le livre est bien structuré, et les illustrations rendent bien l’atmosphère de l’époque. Pour éviter de surcharger le texte, l’auteur présente deux douzaines d’annexes et de tableaux couvrant des sujets très divers : biographie des commandants responsables des hôpitaux, détails des opérations chirurgicales, origine sociale du personnel médical. Écrire un livre intéressant sur les armes et les services de soutien est souvent une gageure, car le sujet est loin d’exercer autant de fascination que les manœuvres de combat et la puissance de feu. Or Litalien a su allier les techniques de l’histoire opérationnelle et sociale et rédiger un récit captivant. Ce genre n’est pas monnaie courante au Canada.

Espérons que l’auteur s’appuiera sur ce premier succès pour faire une étude approfondie des femmes et des hommes courageux qui ont soigné les Canadiens malades et blessés dans les tranchées. Le besoin d’un tel ouvrage se fait sentir depuis longtemps ...

Dans la tourmente : deux hôpitaux militaires canadiens-français dans la France en guerre (1915-1919)

par Michel Litalien, préface de Desmond Morton

Éditions Athéna, Collection Histoire militaire, Outremont

160 pages, 19,95 $

Compte rendu par le major Michael Boire

www.journal.dnd.ca/vo5/no2/book-livre-05-fra.asp


Le
major Michael Boire enseigne au Collège militaire royal et termine sa thèse de doctorat sur la 1ère brigade blindée canadienne.


Sur le même thème :


Fin du XVIIe siècle, les "filles publiques" subissent la répression...

De l'Hôpital des Fous au Cimetière des Oubliés...

Les hôpitaux en Aunis et Saintonge sous l'Ancien Régime

L'Hôpital des Gardiens de la Paix

Les « aliénés » morts de faim dans les hopitaux psychiatriques

Paul Brousse : médecin, anarchiste, socialiste ... un nom d'hôpital

L’hôpital dans la France du XXe siècle

Histoire des hôpitaux de Paris sous l'Occupation ...

Profession infirmière : une histoire des soins au Québec

Accueillir ou soigner ? l'hôpital et ses alternatives du Moyen Age ...

Histoire des hôpitaux Saint-Eloi et Gui de Chauliac à Montpellier

L'histoire des hôpitaux militaires au XXe siècle

Confolens, un hôpital rural en Charente Limousine (1667-1945)

« Les hôpitaux dans la guerre »

Historique de l'hôpital de Grenoble ...

L'Antiquaille de Lyon - Histoire d'un hôpital

Les Hôpitaux de Nancy : l'histoire ... l'architecture, les hommes



Autour de la Grande Guerre sur le blog :


Capitaine Conan : un écrivain, un livre, un film...

L'énigme de l'amnésique de Rodez ou "le soldat inconnu vivant"

Les "Gueules cassées" de la Chambre des Officiers...

Blanche Maupas : la veuve de tous les fusillés

Les quatre caporaux de Souain fusillés pour l’exemple

Communication d'Eric Viot - les blessures de l'âme

Les blessures de l'âme

Un enfant de Seilhac "fusillé pour l'exemple"

Les Fragments d'Antonin

14-18. Retours d’expériences...

15 octobre 1917 : Mata Hari est fusillée pour espionnage

J'étais médecin dans les tranchées...

Joyeux Noël dans les tranchées...

Carnet d'un ambulancier et pharmacien (1915-1918)

Les Fragments d'Antonin

La vie et rien d'autre...

Un long dimanche de fiançailles...

Les troupes coloniales dans la Grande guerre...

Un toubib sous l’uniforme 1908-1918, les carnets de François Perrin

Notre mère la guerre : Saignées ! ...

 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article