Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

http://www.decitre.fr/gi/76/9782842636876FS.gifDocument 11/09/2011- Si vous voulez découvrir ce qu'était dans les années 80 un écrivain russe coiffé à la punk, anarchiste, alcoolique, débauché, malchanceux, fauché, arrogant, avant de devenir maudit et boycotté par ses anciens admirateurs, voici votre livre. Son crime ? Avoir troqué sa plume contre une kalachnikov et vidé quelques cartouches sur Sarajevo assiégée. Ce dissident de la dissidence russe, dont les galères de New York à Paris devinrent le terreau fertile d'une abondante œuvre littéraire, revient aujourd'hui d'un long purgatoire. Son combat dans l'opposition et son séjour prolongé dans les prisons de la nouvelle Russie lui permettent enfin de redevenir fréquentable. Si l'on gratte au-delà des premières strates de crudité et de provocation gratuites, le lecteur contemporain sera étonné de découvrir le regard singulier d'un poète prolétaire apatride. Cette grande gueule a su trouver les mots qui font mouche pour dénoncer les innombrables hypocrisies, absurdités et injustices de nos rutilantes et si bien pensantes sociétés occidentales.

 

Les présentations des éditeurs : 11/09/2011

À l'occasion de la parution du récit d'Emmanuel Carrère, Limonov, Le Dilettante republie ses nouvelles parues en 1986 (Salade niçoise), 1987 (Écrivain international) et 1991 en un seul volume sous le titre Discours d'une grande gueule coiffée d'une casquette de prolo.

Que l'on soit dans la banlieue de Kharkov, à Brooklyn ou à Paris, la gêne et l'arnaque ne sont pas des coups du sort, mais un art de survivre. Face à ce scénario qui se répète, l'acteur, longtemps complice, fait savoir qu'il est furieux et règle, en trois tableaux, de vieux arriérés, comme une liasse de tracts. Entre diatribe et harangue, un rogue discours de la hargne placardée. La colère s'enfle en lui comme un gaz lourd. Las  ! Limonov ameute à perte ; l'ennemi est puissant, rusé et cotonneux, ou (ce qui est pire) affectueux. Ravalée la hargne, dissipés les désirs de jacquerie, déposées les armes, reste le libelle d'une grande gueule coiffée d'une casquette de prolo. (Première publication : 1991)

Précédé de : Salade niçoise (1986)


Edward, invité au Festival du livre à Nice... Loin des préoccupations littéraires, et grâce à une Brésilienne, il deviendra Eduardo, témoin distant et ironique d'une fameuse salade niçoise à la russe.

Écrivain international (1987)


Trois brèves nouvelles : taper quelqu'un d'un billet ou deux pour survivre, trouver une fille à baiser ou, plus simplement, rester en vie en traversant à pied le dangereux quartier du South Bronx à New York.

Ouvrier métallurgiste à Kharkov dans les années soixante, majordome d'un millionnaire à New-York dans les années soixante-dix, émigré famélique dans le troisième arrondissement de Paris dans les années quatre-vingt, instigateur à Moscou du Front national-bolchévique, Edward Limonov est avant tout écrivain.

Le choix des libraires : Choix de Laurent Lebourg de la librairie PRIVAT-CHAPITRE à PERPIGNAN, France (visiter son site) - 11/09/2011

 

Discours d'une grande gueule coiffée d'une casquette de prolo

Auteur : Edward Limonov

Traducteur : Collectif

Date de saisie : 12/09/2011

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Éditeur : Dilettante, Paris, France

 

Commenter cet article