Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 


Synopsis de Drancy 1941-1944 

Aux portes de Paris, la ville de Drancy, en Seine-Saint-Denis, est devenue le symbole de la déportation des juifs de France. La Cité de la Muette fut le lieu de transit des juifs arrêtés en France et déportés ensuite vers les camps de la mort. Pour plusieurs dizaines de milliers de personnes, ce fut l'antichambre de l'extermination, gardée par des gendarmes français et soutenue par le régime de Vichy. Ce documentaire tente de raconter l'histoire du camp à l'aide des dernières découvertes d'archives, menées par le Mémorial de la Shoah et grâce aux recherches d'historiens dont Michel Laffitte, spécialiste de Drancy.

 

La critique TV de télérama du 29/09/2012

 

2T

Conçue au début des années 1930 par l'architecte Marcel Lods, qui en fit le premier grand ensemble de France, et redevenue lieu d'habitation à bon marché à la fin des années 1940, la cité de la Muette aura été pendant trois ans une antichambre de l'enfer. De 1941 à 1944, cette vaste architecture en U, située à proximité de Paris comme des gares du Bourget et de Bobigny, a été transformée en camp d'internement et de transit, véritable « plateforme logistique du crime » qui vit passer près de quatre-vingt mille Juifs, dont la plupart moururent à Auschwitz-Birkenau.


 

En 1996, le cinéaste Arnaud des Pallières lui a consacré son premier film, l'impressionnant Drancy Avenir, qu'on peut toujours trouver chez Arte Vidéo. L'ambition de Drancy 1941-1944 est beaucoup moins frappante, mais plus pédagogique. Inspiré par un récent ouvrage d'Annette Wieviorka et Michel Laffitte (coauteur du documentaire) (1) , il retrace l'histoire du camp français avec autant de clarté que de rigueur, en s'appuyant sur des souvenirs de survivants. Leurs témoignages et les interventions d'excellents historiens de la période (au nombre desquels Tal Bruttmann et Annette Wieviorka) font le prix de ce documentaire, qui n'est jamais meilleur que lorsqu'il laisse la parole s'épanouir.


 

Dommage que sa réalisation manque à ce point d'inspiration, comme son commentaire, écrit pour le papier et lu d'une voix morne. Ce qui aurait pu être un excellent documentaire n'est, au final, qu'un solide cours d'histoire. — François Ekchajzer

 

 

(1) A l'intérieur du camp de Drancy, éd. Perrin, 2012, 23 €.


 

François Ekchajzer

 

Prochaines diffusions TV de l'émission Drancy 1941-1944

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article