Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

http://a33.idata.over-blog.com/225x299/1/17/10/31/communisme-crimes-1-.jpgLe marxisme voulait émanciper les femmes. Les bolcheviks, arrivés au pouvoir en Russie en 1917, révolutionnèrent en effet leur statut. Mariage, divorce, avortement : leurs droits se virent reconnus comme dans aucun autre pays. Jusqu'à ce que Staline remette à l'honneur la mère de famille. Et, surtout, la femme au travail.

« Avec l'abolition du régime actuel de production disparaîtra la communauté des femmes qui en découle, c'est-à-dire la prostitution officielle et non officielle » , écrivaient, en 1848, Karl Marx et Friedrich Engels, dans Le Manifeste du parti communiste . On pourrait multiplier des citations analogues tirées des textes canoniques des pères fondateurs du marxisme, notamment des Origines de la famille, de la propriété privée et de l'État d'Engels (1884). Toutes tendent vers le même constat : l'émancipation des femmes passe par l'abolition de la propriété privée. Sous le socialisme, et a fortiori sous le communisme, les femmes se libéreront non seulement de l'exploitation du capital, mais de « l'esclavage domestique » comparé par Engels à une lutte des classes : « L'homme est le bourgeois ; la femme a le rôle du prolétaire. » Les relations entre les hommes et les femmes, perverties, sous le capitalisme, par les rapports de propriété, se transformeront profondément : à la place des « relations forcées » et de la « servitude de la femme » imposées par l'institution du mariage bourgeois, s'épanouira une « union libre » d'individus égaux, fondée exclusivement sur l'attirance réciproque... Brossée à grands traits, telle était la vision globale que partageaient la plupart des dirigeants bolcheviques amenés, à partir d'octobre 1917, à présider aux destinées de l'ex-Empire russe. Mais affirmer a priori que les seules...

Du kolkhoze au goulag : être femme en URSS

Par Nicolas Werth
publié dans L'Histoire n° 245 - 07/2001  Acheter L'Histoire n° 245  +

Articles du même auteur

Bagnes tsaristes et Goulag
Par
WERTH Nicolas dans L'Histoire n°344 | p. 64 – 64

Pourquoi les Soviétiques ont gagné la guerre
Par WERTH Nicolas dans L'Histoire n°252 | p. 44 - 53

Voir tous ses textes >>>



http://www.fonjallaz.net/Ukraine-Grand-Famine/Holodomor/Stalin-Werth.jpgLa terreur et le désarroi: Staline et son système.


Nicolas Werth, Collection Tempus, Perrin (2007) ISBN

978-2-262-02462-8.


4e de couverture: Métropole d'une religion de salut temporel, l'URSS de Staline fut un empire, élevé sur les ruines des nations européennes après deux guerres mondiales, et la propagandiste d'un message, apparemment universel, qui fascina des peuples du tiers monde ou des intellectuels, autant qu'il répandit une sorte de terreur partour ailleurs.

Nicolas Werth explore les méandres de l'univers soviétique sous Staline. Il montre en quoi le stalinisme, dans la logique du léninisme, impose une ligne du parti fixée d'en haut, expérimente une véritable ingénierie sociale avec son épuration et propose aux Soviétiques la vision d'une monde peuplé de forces bonnes - les staliniens - et mauvaises - toutes les autres, à noyer dans le sang ...


Goulags soviétiques - chinois (12)

Commenter cet article