Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41276WT4QCL._SL500_AA300_.jpgDate de publication: 15 avril 2003 | Série: Regard sur l'Art

 

Cet ouvrage paraît à l'occasion des expositions organisées sur Émile Bernard au Centre culturel égyptien (printemps 2003) et sur Gauguin au musée du Luxembourg (printemps 2003) au Grand-Palais (automne 2003). "Tout le monde sait que j'ai réellement volé mon maître Émile Bernard". Cette affirmation de Gauguin contredit le jugement qui a classé Émile Bernard comme un suiveur, un petit maître. Or les auteurs de cet ouvrage, preuves à l'appui, revendiquent pour l'artiste une place parmi les plus grands de la peinture moderne. Avec ses amis du groupe de Pont-Aven, il lança une nouvelle forme de peinture se démarquant à la fois des classiques, des impressionnistes et des pointillistes. À cette révolution formelle, il introduisit une idée originale, le symbolisme dont le message lui était venu de la littérature. Aujourd'hui on lui rend sa juste place en lui accordant un rôle fondamental dans l'élaboration du cloisonnisme. Cette longue méconnaissance du peintre et de son oeuvre tient d'abord à l'artiste lui-même et à des circonstances particulières. Émile Bernard s'est toujours montré indépendant et fier : "Hélas, c'est ma destinée d'embêter les imbéciles avec du talent." Il ne se pliait pas aux modes en "isme" qui fleurissaient en son temps. Ses découvertes, il laissait à d'autres le soin de les exploiter, car lui poursuivait sa quête toujours plus loin. Il ne se contentait pas seulement de peindre, il gravait, exécutait des tapisseries, sculptait des meubles et des bustes, écrivait également des poèmes, des romans et de nombreux textes pour défendre son oeuvre et ses conceptions artistiques. Par ailleurs, bien peu avaient eu l'occasion de voir ses peintures de jeunesse. En effet, Ambroise Vollard les avaient toutes achetées en 1901 et elles n'étaient réapparues, progressivement, qu'après la seconde guerre mondiale ! De cette ignorance est née la légende qui faisait d'Émile Bernard un élève de Gauguin. Cet ouvrage propose pour la première fois un panorama complet de la vie et de l'oeuvre d'Émile Bernard. Suivant pas à pas les grandes étapes de son évolution artistique, il permet de comprendre combien son rôle a été essentiel auprès des plus grands artistes de la fin du XIXe et du début du XXe siècles, qu'il s'agisse de Gauguin, Van Gogh, les Nabis et les autres maîtres du postimpressionnisme. 

Docteur en histoire de l'art et en philologie comparée, Jean-Jacques Luthi est l'auteur de nombreux ouvrages sur l'art, l'ethnographie, la littérature francophone et l'histoire de la langue. Il est l'un des spécialistes d'Emile Bernard et a publié le Catalogue raisonné de l'œuvre peint de l'artiste en 1982. Armand Israël est conservateur honoraire du musée Georges-Braque de Saint-Dié, il a été président du comité de l'art français de 1984 à 1987. Editeur d'ouvrages de bibliophilie et de catalogues raisonnés, il est l'auteur entre autres du Guide des experts et du Guide des catalogues raisonnés.

 

Emile Bernard 1868-1941 : De l'instigateur du groupe de Pont-Aven au peintre philosophe 

Jean-Jacques Luthi  , Armand Israël   

Broché: 256 pages 

Editeur : Editions de l'Amateur (15 avril 2003)

Collection : Regard sur l'Art

Langue : Français

 

Commenter cet article