Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

http://www.mollat.com/cache/Couvertures/9782226220912.jpgDocument 22/07/2011 - Brigitte, Françoise, Annabel... Icônes d'une révolution silencieuse qui bouscule le cliché de la sage épouse, ménagère parfaite, promu par les «réclames» des années 50. Nouvelle vague qui déferle sur le conformisme et la morale étriquée de l'époque. Grâce à elles, « féminité » va rimer avec « liberté ».


Brigitte Bardot, déesse des temps modernes, crève l'écran dans le film de Vadim Et Dieu créa la femme. Françoise Sagan, allure désinvolte et sourire en coin, défraie la chronique avec le scandaleux Bonjour Tristesse. Annabel, l'une des muses de Saint-Germain-des-Prés, affiche sa beauté androgyne et ses moeurs libres. Dans la presse, Hélène Gordon-Lazareff, fondatrice du magazine Elle, et Françoise Giroud participent à cette révolution des mentalités déclenchée par Simone de Beauvoir. Pauline Réage et Régine Deforges revendiquent un érotisme au féminin, tandis que Gisèle Halimi, Simone Veil, Benoîte Groult posent les jalons d'un changement plus radical encore... Mai 68 se profile à l'horizon, les femmes ne seront plus jamais comme avant.


Jean-Claude Lamy, ancien journaliste à France-Soir et au Figaro, biographe de Sagan et de Buffet, raconte dans ce récit foisonnant la formidable aventure du «deuxième sexe».

Journaliste et chroniqueur littéraire au Midi Libre, Jean-Claude Lamy est auteur d'une quinzaine d'ouvrages, dont les biographies de Françoise Sagan et René Julliard, et chez Albin Michel, celles de Mac Orlan, Brassens, Bernard Buffet, et les frères Prévert.


La revue de presse Chisato Goya - L'Express, novembre 2011

 

Et Dieu créa les femmes retrace le parcours de femmes d'exception dont l'attitude et les pensées "rebelles" bouleversent la société conformiste des Trente glorieuses. "On ne naît pas femme, on le devient" proclame Simone de Beauvoir dans son célèbre essai philosophique Le deuxième sexe. Le journaliste et écrivain Jean-Claude Lamy aurait pu mettre cette citation en exergue de son dernier ouvrage dédié aux femmes qui ont contribué à la libération de la gent féminine. Quelles femmes ! Brigitte Bardot, Françoise Sagan, Simone de Beauvoir ou Colette n'ont jamais craint de défrayer la chronique. Entre Saint-Tropez et Saint-Germain-des-près, deux lieux symboliques de la révolution du "deuxième sexe", ces dames et demoiselles se hissent au rang d'icônes, chacune à leur manière.


La revue de presse François Cérésa - Paris-Match du 28 avril 2011

 

Du fruit, de la couleur, de la fraîcheur. Ces femmes qui bousculent le conformisme d'après guerre et la morale étriquée de pépé et de mémé nous enchantent l'entendement. Celles de 68 tiennent le haut du pavé ; le cul et l'esprit ne font plus qu'un ; madame Playgirl blouse monsieur Playboy...


Et nous, les hommes, un peu marris (oui, oui), on s'interroge : si Dieu a créé les femmes, qui donc a créé les hommes ?


  • Les courts extraits de livres : 22/07/2011

 

Saint-Tropez-des-Prés

« J'aime Saint-Tropez comme on aime une personne, comme on vénère un porte-bonheur.» Annabel disait aussi que la cité du bailli de Suffren, blottie sous la citadelle, donne la paix. À la fin de l'été, quand la tempête touristique s'évanouit, la presqu'île redevient le lieu enchanteur que l'épouse de Bernard Buffet a tant aimé.


C'est en mai 1958 qu'elle y avait rencontré le peintre. Rendez-vous organisé par le photographe de Jours de France, Luc Fournol, qui cherchait l'image insolite. Il la découvrit en remarquant une vieille dame aux aguets derrière sa fenêtre.


«C'est bel et bien pour faire le portrait de cette femme sévère et non pour obtenir le nôtre que Luc m'a présentée à Bernard. Amusés par sa requête, nous nous sommes assis côte à côte sous la fenêtre», racontera Annabel.


Le couple a fait de cette photo le symbole de leur union et, à partir de ce reportage improvisé, Annabel et Bernard ne vont plus se quitter. La femme en liberté et l'artiste au coeur rebelle qui avait rompu avec son compagnon Pierre Berge se marieront le 12 décembre 1958 à la mairie de Ramatuelle. Pour le meilleur, pensaient-ils en croisant les doigts. Le pire est une épée de Damoclès. Mais en ce joli mois de mai tropézien, ils sont au paradis des amoureux de Peynet.


« Après quelques semaines d'errance dues aux complications provoquées par nos amours inattendues, nous nous étions cachés à Saint-Tropez dans une petite maison proche de la chapelle Sainte-Anne. Nous y vivions reclus et heureux. Il avait suffi de quarante-huit heures à Bernard pour transformer le garage en atelier. Dans un coin, il m'avait installé une table et une chaise où je travaillais à mon premier roman. C'est là que je l'ai vu peindre pour la première fois. C'est là que j'ai vu naître des paysages de New York. Des instants privilégiés, fascinants que je n'oublierai jamais. »


Annabel, née Schwob de Lure, avait quatre ans lorsque sa mère, une beauté qui s'apparente au futur visage de Sophia Loren, l'amena à Saint-Tropez en 1932. Une superbe jeune femme au pied marin. Avec sa fille, elle naviguait dans le golfe. «J'avais tendance à pousser des hurlements dès qu'elle me quittait. Aussi, pour pouvoir faire de la voile sans provoquer mon désespoir, et sans risque d'accident, elle m'avait attachée à l'aide d'un harnais au mât du bateau qu'elle barrait.»


La mer de Saint-Tropez et sa mère adorée, qui s'est suicidée quand elle avait huit ans, se rejoindront dans ses souvenirs. Elles appartiennent corps et âme à sa personnalité de femme indépendante et torturée par l'angoisse de la mort. La douceur et la violence, le plaisir et la mélancolie. Masquer ses inquiétudes sous des embrassades.


Drieu la Rochelle a su exprimer ce que ressentait profondément Annabel lorsqu'il écrit : « Les femmes sont des formes comme les montagnes et les nuages. Mais comme ceux-ci, sous les rayons du soleil de notre esprit, elles peuvent feindre toutes les métamorphoses et notre esprit peut s'enrichir indéfiniment de toutes les nuances que ces incessantes transformations ajoutent à ses inflexions fondamentales. La femme, figure centrale de la Nature, est la source même de toutes les suggestions. »

 

Et Dieu créa les femmes : Brigitte, Françoise, Annabel et les autres

Auteur : Jean-Claude Lamy

Date de saisie : 05/11/2011

Genre : Documents Essais d'actualité

Editeur : Albin Michel, Paris, France

Collection : Documents

 

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/34/Jean_Morzadec_photographi%C3%A9_par_Oleksandra_Yaromova.jpg/220px-Jean_Morzadec_photographi%C3%A9_par_Oleksandra_Yaromova.jpgLechoixdeslibraires.com a été créé par Jean Morzadec et son équipe, afin de rendre hommage à la compétence des libraires, qui sont les ambassadeurs du livre.

De nombreux libraires ont ensuite demandé à ce que le site devienne le grand portail de l’actualité du livre.

Lechoixdeslibraires.com a donc deux vocations principales : valoriser les choix, les recommandations des libraires, et permettre aux éditeurs et auteurs de mieux communiquer avec les libraires.

C’est une mission exaltante.

Jean Morzadec a travaillé plus de trente ans à France Inter, dont il fut directeur des programmes de 1999 à 2005, sous la présidence de Jean-Marie Cavada. Il se consacre aujourd’hui, avec passion, au développement de sites culturels dédiés particulièrement à l’amour des livres.

 


Actrices et Acteurs de cinéma (42)

Commenter cet article