Publié le samedi 21 avril 2012 à 06H59

 

FECAMP.

 

Avec les Amis du vieux Fécamp, Patrick Vigan et Bertrand Fontaine ont ouvert une page d'Histoire…


 

Comment combattre un brasier de bois et d'alcool par -10°

Comment combattre un brasier de bois et d'alcool par -10°

 

 

Le 12 janvier 1892, un incendie extraordinaire ravage une grande partie de la Bénédictine à Fécamp (Seine-Maritime). Tout le monde retient la thèse de l'accident… jusqu'à ce que, des semaines plus tard, des rumeurs de comptoirs accusent Louis Duchemin et Séverin Dumont. Les incendiaires ont causé 900 000 francs de l'époque de dégâts, détruit 200 000 bouteilles d'alcool et compromis l'emploi de 200 salariés. Les deux hommes mourront au bagne, peu de temps après avoir été condamnés par les Assises de Rouen aux travaux forcés à perpétuité…


Cette histoire, qui imprègne fortement la conscience collective des Fécampois, deux spécialistes de la question la racontaient l'autre jour. Cette conférence avait lieu dans la salle des Abbés, du palais Bénédictine. Elle était organisée par l'association des Amis du vieux Fécamp et du pays de Caux.


Et 120 ans après l'un des épisodes les plus fameux de l'histoire de Fécamp, ce sont des descendants des acteurs de ce drame qui l'ont conté au micro ! En effet, Bertrand Fontaine est actuellement pompier volontaire à la caserne de Fécamp… Or, son propre grand père a combattu l'incendie ! Quant à Patrick Vigan, il a découvert que son arbre généalogique le rattache à l'un des deux pyromanes !


Le public était captivé par cette prestation chargée en émotion. Avec force détail, avec également le concours du capitaine Christophe Martin, l'actuel patron des pompiers de Fécamp, on a revécu la scène : comment par exemple, les bouches à incendie étant gelées par les moins dix degrés qui régnaient en ce mois de janvier là. Il avait fallu faire venir du Havre, par le train, une pompe à vapeur pour commencer à combattre l'incendie !


La psychologie des coupables est un autre élément digne du plus grand intérêt : « Louis Duchemin, qui était l'instigateur et qui avait incendié sa propre boulangerie aux Loges, a toujours nié. Tandis que Séverin Dumont était un ouvrier agricole de Bordeaux Saint-Clair dont l'alcoolisme n'avait fait qu'aggraver son caractère très influençable… »

Commenter cet article

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog