Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

111.jpgUn décret vient de procéder au rapprochement des activités de formation des écoles d'officiers et de commissaires de police. Bien que limité à la gouvernance, ce transfert, qui divise les syndicats de police, pourrait être le prélude à une fusion des corps.


Les activités de l'Ecole nationale supérieure des officiers de police (ENSOP), ont été transférées par décret signé du ministre de l'Interieur, à l'Ecole nationale supérieure de police (ENSP) qui, jusqu'à présent ne formait que les commissaires de police.


L'école de Saint-Cyr-au-Mont d'Or, en région lyonnaise, devient ainsi l'établissement public unique de formation des cadres de la police nationale. Mais que l'on s'y trompe pas, ce transfert est avant tout purement juridique, les formations continuant d'être assurées sur deux sites distincts. Seule la gouvernance devient commune aux deux écoles avec un directeur de l'école des officiers qui passe désormais sous la coupe hiérarchique de la directrice de Saint-Cyr-au-Mont-d'Or.


Les conséquences de ce transfert sont donc pour l'heure assez limitées. Aucune fermeture de site n'est programmée. Et les personnels d'encadrement et de formation continueront d'exercer leurs missions sans avoir besoin de faire leurs valises. Seuls quelques modules de formation communs aux différents 23 corps de policiers, comme il en existe déjà, sont susceptibles de se multiplier à l'avenir. Point. Minime, ce transfert, emporte néanmoins l'adhésion franche des syndicats de police. Le SCSI, ex-Snop, se réjouit qu'« enfin, les formations d’officiers et commissaires [soient réunies] réunies au sein d’un même établissement public ». Tandis que Synergie se félicite ainsi dans un communiqué de « cetteavancée majeure »et « remercie le Ministre de l’Intérieur pour son volontarisme et sa lucidité ».


Corps unique - En paraphant ce décret le 24 décembre, Manuel Valls ne fait qu'honorer une promesse prise en mai 2011 par Claude Guéant, alors ministre de l'Intérieur, lorsqu'il avait décidé de revoir la gouvernance et d’instaurer une direction commune aux deux écoles. Si les syndicats d'officiers applaudissent des deux mains, c'est que pour eux ce rapprochement, avant tout symbolique, est peut-être le prémisse à une fusion des corps d'officiers et de commissaires, même si Claude Guéant ne s'était pas engagé aussi loin. « Notre revendication aboutit et il s’agit maintenant de faire vivre son contenu : rapprocher les formations, la pédagogie, les programmes, et montrer à travers la cohérence (et les économies !...) et l’équivalence des niveaux et des compétences que nous avons raison de revendiquer la seule voie utile à la police nationale : un corps unique de commandement et de conception », déclare le SCSI.


Patrice Ribeiro, pour Synergie, imagine déjà des périodes d'acculturation communes aux policiers àl'entrée dans les écoles dès 2014.


Du côté des commissaires, on temporise. Celine Berthon, secrétaire générale adjointe du syndicat des commissaires (SCPN), aime à rappeler qu'un précédent rapport, celui de la directrice de l'école des commissaires, Hélène Martini, avait exclu tout transfert sur un site unique pour des raisons de coût et de manque de place. Elle regrette aujourd'hui que l'on réfléchisse d'abord au « contenant » avant de se pencher sur le « contenu des formations et des métiers ». « Ce n'est pas logique », clame-t-elle.


Les commissaires qui ont tout fait pour obtenir un moratoire sur la parution du décret, symbolique, de décembre, mais en vain, se raccrochent aujourd'hui à un autre rapport d'inspection rendu en novembre dernier et qui est parvenu à la conclusion que la fusion des corps ne constituait pas la bonne solution, pas plus que son corollaire : la disparition du concours externe des commissaires. En signant le décret sur la gouvernance, le ministre semble néanmoins ouvrir la porte vers des formations communes, et peut-être à terme à la fusion des deux corps. Les syndicats d'officiers et de commissaires n'ont donc pas fini d'en découdre.

 

Sources : Lettre des amis de la police et de la gendarmerie - janvier 2013 - (Jean-Marc Berlière)

 

Police - Gendarme... (61)

Commenter cet article