Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


http://www.decitre.fr/gi/25/9782251900025FS.gifComment une existence particulière peut-elle éclairer l’histoire ? C’est ce défi que relève brillamment Christian Chevandier en prenant pour objet la vie d’un postier ordinaire et atypique, et dont la trajectoire épouse les vicissitudes d’un demi-siècle.

Télécharger ce(s) document(s) :

Recensé : Christian Chevandier, La Fabrique d’une génération. Georges Valero, postier, militant et écrivain, Paris, Les Belles Lettres, 2009, 448 pp.

Que sait-on des postiers célèbres [1] ? Quel héritage ont-ils laissé ? Il y a Ferdinand Cheval, facteur sous la troisième République, et constructeur génial du Palais Idéal à Hauterives, chef d’œuvre de l’art candide. Ou encore Gaston Bachelard qui, avant de devenir le philosophe du savoir et l’inventeur de la psychanalyse de la connaissance objective, travaillait comme surnuméraire des Postes dans le bureau de Remiremont. Quant à Eugène Vaillé, à l’origine bibliothécaire au ministère des PTT, il devient le premier conservateur du musée postal et fondateur de l’historiographie de cette institution. Pourtant, la figure du postier reste celle de notre entourage immédiat et de nos usages quotidiens : le facteur en tournée ou encore le guichetier du bureau de quartier...

Valero, célèbre postier anonyme

par Sébastien Richez [10-03-2010]

http://www.laviedesidees.fr/Valero-celebre-postier-anonyme.html



Il est des hommes, exclus du grand récit historique officiel, des vies apparemment ordinaires qui toutefois témoignent autant des soubresauts d'un siècle que les biographies arrangées des grands personnages.

Georges Valero (1937-1990) en apporte une preuve exceptionnelle. Né au temps du Front populaire, Georges Valero grandit dans un des quartiers les plus déshérités de l'agglomération lyonnaise. Son investissement syndical le conduit, au retour de la guerre d'Algérie, à choisir de travailler de nuit dans un centre de tri postal lorsque nombre de militants deviendront permanents. Il est de toutes les luttes de la gauche révolutionnaire : l'anticolonialisme, le communisme, mai 1968, le syndicalisme autogestionnaire, l'anarchie.

Mais cet engagement dans le siècle prend, pour l'historien, valeur de témoignage et d'analyses hors du commun du fait de la part prise, par l'écriture romanesque, dans l'existence de ce fils d'ouvriers immigrés. Très tôt, Valero, qui écrit dans des journaux lycéens, découvre la nécessité de mettre à distance le cours immédiat des événements par la littérature : soldat en Algérie, il se lance clandestinement dans la rédaction d'un roman antimilitariste.

Toute son oeuvre, imprégnée de cet engagement dans la cité, se révèle pour l'histoire sociale et culturelle, une mine sans équivalent, puisqu'elle offre une plongée dans un univers populaire où l'on peine à parler de soi à la première personne. Au-delà de la figure de l'écrivain-travailleur, Christian Chevandier restitue l'histoire d'une génération et d'un milieu, pour lesquels la culture était synonyme d'émancipation.

Une génération parmi d'autres, qui se distingue cependant par ce que la vie de Georges Valero nous révèle de la société contemporaine...


L'auteur en quelques mots ...


Christian Chevaucher, professeur d'histoire contemporaine à l'université du Havre et chercheur au Centre d'histoire sociale du XX siècle (CNRS / Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), est spécialiste de l'histoire du travail, des milieux populaires et des mouvements sociaux.


La fabrique d'une génération - Georges Valero, postier, militant et écrivain

 Christian Chevandier

Broché

Paru le : 16/09/2009

Éditeur : Belles Lettres

Collection : L'histoire de profil

 

Commenter cet article