Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


http://www.histavia21.net/GallDijon/WH-Cloche_Dijon.JPGRépression. A Dijon, la Gestapo s’installe au mois d’août 1940. Fidèle à sa réputation, elle ne manque pas de terroriser la population.

SI ON ASSOCIE aujourd’hui l’infâme police secrète d’État du IIIe Reich à Heinrich Himmler, son chef suprême, on oublie souvent qu’elle fut initiée dès 1933 par un autre ponte du régime nazi, Hermann Goering, alors ministre de l’Intérieur de la Prusse. En 1936, la Gestapo prend une toute autre dimension sous l’impulsion d’Himmler, et voit ses compétences largement élargies. Principale mission : l’élimination de toute opposition au régime nazi, quelle que soit la méthode. Exécutions sommaires, exactions, internement en camps de concentration, font partie du panel mis à disposition des gestapistes pour mener à bien l’ignoble sacerdoce …


Le 17 juin 1940, Dijon est occupée après avoir été déclarée ville ouverte par les autorités militaires. C’est donc dans une ville quasi-déserte que la Wehrmacht pénètre, la majorité des Dijonnais ayant préféré s’exiler plus au sud, en zone libre pour les plus chanceux. L’administration allemande procède aux premières réquisitions. Pour l’état-major, dirigé par Von Boineburg  puis Von Rothberg, ce sera l’hôtel de la Cloche. Pour la Feldkommandantur, les locaux du palais de justice. Deux mois plus tard, au cœur du premier été d’occupation,  une poignée d’officiers de la Gestapo, moins d’une dizaine, secrétaires comprises, prend (discrètement) place dans la cité des ducs. Pour accueillir ces locataires d’un genre nouveau, trois appartements d’un immeuble cossu du 9 de la rue du Docteur Chaussier sont réquisitionnés. À la tête de l’antenne locale, le Kommandeur Willy Hülf, 32 ans, un convaincu du régime. Dans ses bagages, un autre nazi tristement célèbre, Klaus Barbie. Avant d’embrasser la carrière qu’on lui connaît, Le futur chef de la Gestapo lyonnaise avait pour mission à Dijon la surveillance des douaniers de la région. Il restera en poste jusqu’en novembre 1942… sans avoir torturé qui que se soit.


Car les quelques Gestapistes présents à Dijon entre 1940 et 1942, Barbie himself, la jouaient plutôt discrète. Leur mission, à ce moment-là, le pire étant à venir, se limitait au renseignement, à la surveillance, au mieux à de l’analyse d’opinion. D’ailleurs, aucune arrestation ou exaction notable n’est (encore à ce jour) ressortie des archives. Pas que l’envie leur en manquait, bien sûr que non, mais les missions de police étaient tout simplement dévolues aux militaires de la Wehrmacht. Militaires qui, soit dit au passage, se seraient allègrement bien passés de la présence des nazillons. Et notamment ceux de l’Abwehr, le service de renseignement de l’armée, dont les effectifs se sentaient finalement assez éloignés des thèses national-socialistes. Dès 1943 d’ailleurs, de nombreux agents de ce service participeront à la méconnue résistance allemande au nazisme. Avril 1942, le vent tourne. Himmler obtient d’Hitler que les missions de police reviennent aux SS. À Dijon, la réorganisation se fait dans la foulée, en juin de la même année. Hülf garde la direction du service, en profite même pour prendre du galon. L’équipe s’étoffe largement : douze officiers, trente sous-officiers et quatre dactylos. Pour l’occasion c’est l’immeuble tout entier de la rue du Docteur Chaussier qui est réquisitionné. Tout ce beau monde est réparti en bureaux, six au total, le quatrième se chargeant de réprimer les activités hostiles au Reich, en clair la Gestapo, la vraie, la dure. A la tête de la section, Ludwig Kraemer, que les Dijonnais connaîtront sous le sobriquet de Stucka. À sa disposition, deux officiers et huit sous-officiers, sans oublier la grosse poignée de Français ayant fait le choix de la collaboration. D’un côté, quelques voyous qui ont bien trouvé là l’occasion d’arrondir grassement leurs fins de mois. Une dénonciation peut en effet rapporter jusqu’à 70 000 francs pour un résistant, bien plus encore pour un chef de réseau ; de l’autre, des groupes plus structurés, telle la milice SD managée par Gaston Ducas, très à l’aise dans l’uniforme allemand. Vers 1943, on compte près d’un millier de collabos dans le département, huit cents uniquement sur Dijon. Dans un témoignage paru en 1948, le résistant dijonnais Henri Arvet relate ses nombreux passages par les salles de torture de la rue du docteur Chaussier :


« Celles-ci sont aménagées dans la cave-abri de l’immeuble […]. À droite une salle avec une baignoire, puis à gauche se dresse une table à claire-voie accolée au mur. On m’ordonne de me déshabiller et je suis alors brutalement couché, complètement nu, le ventre sur un des bancs, les pieds et les mains solidement attachés ; on me bâillonne la bouche avec une serviette et on me bande les yeux ; la victime est prête pour le supplice. Alors pendant dix minutes, la schlague, à coups rythmés. Mon corps n’est plus que plaies et meurtrissures des pieds jusqu’au cou ; le sang coule. » Il poursuit : « Puis plus tard je suis redescendu à la cave. Je suis attaché à un anneau ; il m’était impossible de faire un mouvement. Supplice terrible, qui rendait plus cuisantes les douleurs provoquées par mes plaies. […]. J’apprends que je suis condamné à mort, mais avant mon exécution il faut me faire parler à tout prix. […] On me frappe la poitrine et le ventre avec une sorte de raquette garnie d’épingles. A chaque coup, le sang gicle. Je suis alors jeté dans une baignoire remplie d’eau glacée. Un de mes bourreaux me tient la tête sous l’eau juste assez pour éviter l’asphyxie. Cette épreuve se répète une quinzaine de fois. » Et la liste des supplices infligés au jeune homme est encore longue, très longue, presque insoutenable… Ils seront nombreux à passer par les sordides locaux de la Gestapo dijonnaise avant d’être déportés ou exécutés sans autre forme de procès. Combien ? Impossible à dire, plusieurs dizaines sans doute.


Avant de quitter la ville en septembre 1944, les archives du la rue du docteur Chaussier sont brûlées par l’occupant. En revanche, la majorité des agents de la Gestapo et de la milice seront arrêtés, certains fusillés, Gaston Ducas par exemple. Le commissaire Marcac, en charge de la section anti-juive et anti-communiste de la police française sera lynché par les habitants, son corps trainé dans les rues de la ville. Hülf, le boss, décédera en détention. Ludwig Kreamer « Stucka » aura plus de chance. Il terminera sa carrière paisiblement à Hamburg… commissaire de police .


par Jérémie Demay 13/01/2010La Gazette de Côte d'Or

http://www.gazette-cotedor.fr/?id_art=1701-gestapo-et-collabos

 

Cet article n'engage que la responsabilté de l'auteur - PP

 

Pour en savoir plus sur le commissaire MARSAC cité dans cet article, j'invite les lecteurs à se procurer les deux articles de Louis DEVANCE publiés dans les Annales de Bourgogne ...  Philippe POISSON.


Crédit photographique : Dijon sous l'Occupation

http://www.histavia21.net/GallDijon/WH-Cloche_Dijon.JPG




Sur le même thème :


« Même le nouveau-né au berceau doit être écrasé comme un gros rat »

Mémoires de justice : Barbie, Touvier, Papon

La longue traque du criminel nazi Klaus Barbie

Quand la France payait Klaus Barbie ? Révélations de Paul Aussaresses

"Les taupes" infiltrent les réseaux de la Résistance

Lydie Bastien, la diabolique de Caluire

La Police des années noires

La gendarmerie sous l'Occupation

Jean-Pierre Ingrand - Les regrets d'un serviteur de Vichy


Histoire et dictionnaire de la police

Légionnaires et petites frappes

René Bousquet, l'homme de Vichy ...

Jean Luchaire, le papa de la belle interprète aux cheveux de lin...

L'Histoire de la Cagoule

La cavale des maudits en Argentine

 

Commenter cet article

Clovis Simard 25/07/2012 02:40

Blog(fermaton.over-blog.com),No-21- THÉORÈME CALIGULA.- Les maths des tueurs de masse ?

DEMOULIN 17/06/2010 08:39


bonjour,
merci pour votre réponse, je vais envoyer un mail à ce monsieur.
Cordialement
Jacqueline


20/06/2010 08:16



A votre service - PP - Cordialement



DEMOULIN 16/06/2010 19:29


bonjour,
peut-on savoir si l'hopital militaire hyacinthe vincent de dijon était occupé par l'armée allemande en 1944.
Dans l'affirmative, peut-on connaître quel régiment s'y trouvait ?
merci pour vos réponses
cordialement


17/06/2010 06:59



Laissé par : DEMOULIN hier à 19h29


Email : jacquelinedemoulin@sfr.fr


Bonjour Jacqueline - Merci de transmettre votre message à l'historien Jean-Marc Berlière à l'adresse ci-dessous. Cordialement - PP


jmberliere@yahoo.fr