Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


http://img.over-blog.com/285x500/3/58/36/55/couv-Goron.jpgQui se cachait derrière les lambeaux de chair putréfiée découverts dans un fourré près de Lyon, le 13 août 1889 ? Et d'où venait la malle à l'odeur méphitique déterrée non loin de là par un chercheur d'escargots, quelques jours plus tard ? Ces deux questions seraient sans doute restées sans réponse sans l'acharnement de Marie-François Goron (1847-1933).


Promu chef de la sûreté parisienne en 1887, cet homme devenu policier après avoir tenté de faire fortune dans la Pampa argentine, se prit d'une telle passion pour cette énigme que la "marotte à Goron" devint un sujet de moqueries dans les couloirs du 36, quai des Orfèvres. Jusqu'au jour où le cadavre fut identifié et le meurtrier démasqué, alors qu'il pensait couler des jours paisibles à La Havane...


L'affaire de "la malle à Gouffé" tint la France en haleine pendant un an. Elle valut à Goron une immense notoriété. Et quand celui-ci fit valoir ses droits à la retraite, à seulement 48 ans, c'est tout naturellement qu'il entreprit de se faire l'historien de ses propres exploits. Après tout, les souvenirs de ses prédécesseurs François Vidocq ou Gustave Macé avaient été des best-sellers. Alors pourquoi pas les siens ?

Le pari fut gagnant. Pendant seize ans le public s'arracha les livres de ce flic un brin fanfaron dont la mémoire, assurait-il, avait "la précision des instantanés du service anthropométrique". Vingt et un livres au total, dont l'un, L'Amour criminel, paru en 1899, est aujourd'hui réédité.

Dans un style digne d'Emile Gaboriau, Goron y raconte ses "descentes dans les garnis interlopes" et ses rencontres avec les "louves du trottoir" ou les "vieux vicieux" des bas-fonds. Simple catalogue d'épisodes cocasses ? Non, car si l'auteur aimait tremper sa plume dans le stupre et le sang, c'était aussi un esprit curieux de ce qui se faisait de mieux à l'époque - en particulier à Scotland Yard. Et surtout un rationaliste lucide qui sut résister aux délires, alors à la mode, de ceux qui étaient persuadés de trouver dans les cerveaux des assassins les "stigmates du crime".

"L'Amour criminel. Mémoires du chef de la sûreté de Paris à la Belle Epoque", de Marie-François Goron : grand poulet, jolie plume

LE MONDE DES LIVRES | 11.03.10 | 11h46  •  Mis à jour le 11.03.10


L'AMOUR CRIMINEL. MÉMOIRES DU CHEF DE LA SÛRETÉ DE PARIS À LA BELLE EPOQUE de Marie-François Goron, préface de Jean-Marc Berlière. André Versaille éditeur, 254 p., 14,90 €.

Thomas Wieder

Article paru dans l'édition du 12.03.10 – Le MONDE


Liens utiles sur le blog :


L'amour criminel de m. F. Goron aux editions andré

Le meurtre de l'huissier gouffé

L'amour à paris (histoires racontées par un ancien chef de

L’amour criminel. (mémoires d’un chef de la sûreté à la

Le musée de la préfecture de police passionne toujours ...

Le"polar historique", pour notre plus grand plaisir

Commenter cet article