Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans cette nouvelle Histoire de la folie, Claude Quétel se pose en adversaire farouche de Michel Foucault et de son Histoire de la folie à l’Âge classique parue en 19611. Il attaque le modèle historique développé par ce dernier  en le qualifiant d’"Évangile selon Foucault"2, clamant qu’il a longtemps été impossible de faire entendre une autre histoire de la folie. Mais l’approche historique dépassée mise en œuvre par Claude Quétel dans ce nouvel opus ramène le lecteur bien trop loin en arrière pour représenter un contrepoint important au travail foucaldien.

Au coeur de la controverse : Quétel versus Foucault ?

Au cœur de la controverse réside dans la datation du premier enfermement des insensés. Foucault proposait la date de 1656. À cette date est créé l’Hôpital général, destiné à contenir les vagabonds et autres "mauvais pauvres". Les fous sont pris dans ce grand geste d’exclusion et commencent ainsi à être considérés comme des gens à enfermer : c’est, selon la formule de Foucault, le "grand Renfermement",  mouvement issu d’un mélange entre les conceptions chrétiennes de l’assistance aux misérables et celles, bourgeoises, de la préservation de l’ordre social. L’asile d’aliénés proprement dit n’apparaît cependant qu’à la fin du XVIIIe siècle, avec l’aliénisme, médecine dédiée aux maladies mentales. En remontant à la date de 1656, Foucault tentait de trouver des antécédents à l’enfermement asilaire, et d’élargir les perspectives par rapport à la traditionnelle histoire de l’asile et  de l’aliénisme, ancêtre de la psychiatrie.  Il est probable qu’il ait forcé le trait et fait parler les sources en son sens, mais il faut reconnaître l’importance de son apport : avoir tenté de saisir les origines obscures du phénomène asilaire et avoir observé que le geste d’enfermement des marginaux existait bien avant que l’asile d’aliénés ne fasse son apparition.

Claude Quétel, de son côté, s’en tient aux évidences et affirme que les fous n’ont pas été enfermés avant l’apparition de l’asile à la fin du XVIIIe siècle. Il estime que les sources ne permettent pas de voir qu’il y ait eu volonté répressive de la part de l’État souverain à l’égard des fous, et que le seul type d’enfermement qui a eu lieu répondait à une généreuse volonté de soigner les insensés. Le déplacement de chronologie que propose Claude Quétel pourrait être intéressant, d’autant qu’il se fonde sur une lecture assidue des archives, mais on reste sceptique devant sa vision irénique de pouvoirs entièrement bienveillants à l’égard de la folie.


Pauvreté des analyses

Pour défendre ses positions, l’auteur se munit d’un appareil conceptuel tout à fait insuffisant. Sa seule analyse de l’objet "folie" consiste à reconnaître deux types de folie : la folie pathologique (médicale) et la folie morale (philosophique), bipartition simpliste et peu efficace, que l’auteur lui-même maîtrise plutôt mal. On le voit ainsi insister fortement sur l’importance de cette distinction, affirmer qu’il ne veut étudier que la folie-maladie, puis se contredire en expliquant que la folie-maladie est aussi un problème philosophique et, enfin, reprocher à Foucault de n’avoir pas vu que les deux types de folie ont toujours coexisté à travers les âges. Il se borne ainsi à réfléchir en termes de disciplines (médecine, philosophie), là où Foucault renouvelait les approches en observant l’évolution des gestes du pouvoir à l’égard de la folie (du pouvoir qui chasse les fous hors des villes au Moyen Âge, au pouvoir de l’Âge classique qui les enferme), qu’il tentait d’articuler à l’évolution des représentations (d’une folie médiévale insaisissable, voyageuse, cosmique, à une folie domestiquée et rationalisée à l’Âge classique).

Un autre grand désaccord avec le modèle foucaldien porte sur l’émergence du traitement moral, au XIXe siècle, qui pose les bases de ce qui deviendra la cure psychiatrique. Claude Quétel y voit l’avènement du "fou-sujet", car les médecins s’intéressent enfin à l’intériorité morale de l’aliéné, alors que Foucault voyait à cette période la naissance du "fou-objet", observé et objectivé jusque dans son intériorité sous le regard du psychiatre. Là où Quétel adhère au discours des aliénistes qui veut que l’asile soit un instrument avant tout thérapeutique, qui redonne une certaine liberté aux déments, Foucault se montre sceptique et montre que se développent surtout, dans l’asile, une surveillance et un savoir sur la folie qui font du fou un "objet" observé et assigné.

En résumé, ces approches situent clairement Claude Quétel dans la vieille historiographie institutionnelle psychiatrique de la folie, celle-là même dont Foucault avait voulu saper les fondements en publiant en 1961 son Histoire de la folie à l’Âge classique. Le désintérêt de l’auteur à l’égard des perspectives dégagées par Foucault, qui invitait à penser la folie non plus au travers du prisme univoque de la psychiatrie et de la pathologie, mais dans toute sa dimension pratique, sociale et politique, est regrettable. En ce sens, le présent ouvrage ne vient pas après Foucault, mais bien avant Foucault.

Le positionnement épistémologique de Claude Quétel est d’ailleurs expressément positiviste : dès l’introduction, il dénonce le  "credo conceptualiste" qui a   "envahi les sciences humaines", et affirme qu’utiliser une "grille d’analyse" est contraire au travail de l’historien. À ses yeux, ce dernier doit se concentrer sur "la chronologie, les évènements, l’histoire quantitative"3 : plutôt surprenant, quand on connaît les évolutions de l’épistémologie de ces cinquante dernières années !

Une synthèse historique mal assumée

Le titre choisi par Claude Quétel pour son ouvrage soulève aussi une grande interrogation : pourquoi avoir repris un titre déjà utilisé, alors que ses publications antérieures, au contenu tout à fait similaire (une synthèse historique, de l’Antiquité à nos jours),  s’intitulaient Histoire de la psychiatrie4 et Histoire des maladies mentales5 ? Est-ce le prestige de ce titre fameux dont l’auteur a voulu parer un ouvrage de fin de carrière ? A-t-il voulu effacer et remplacer l’ouvrage éponyme du philosophe dans les rayonnages des librairies ?

L’auteur affirme à plusieurs reprises qu’il était important d’intituler son travail "histoire de la folie" et non "histoire de la psychiatrie". La psychiatrie n’apparaît en effet qu’au XIXe siècle. Or son étude commence à la plus haute Antiquité. Mais force est de constater que le contenu des ouvrages de Claude Quétel est resté très sensiblement le même, depuis son  Histoire de la psychiatrie de 1983, en passant par son "Que Sais-Je ?" sur l’Histoire des maladies mentales, jusqu’à l’ouvrage actuel. Ce dernier apparaît de manière flagrante comme la compilation à peine remaniée de ses synthèses précédentes. L’ordre des chapitres est le même et la plupart des titres demeurent inchangés depuis les années 1980. On pourrait penser que Claude Quétel a cherché, tout au long de ces années, à édifier son histoire de la folie, espérant en produire un jour une version stable et définitive, de l’Antiquité à nos jours. Certains chapitres, concernant le XXe siècle, rendent certes compte d’une historiographie récente (sur l’art des fous, le surréalisme, la folie et la guerre). Mais d’autres pans de l’histoire de la folie, pourtant bien étudiés, restent dans l’ombre : les perceptions de la folie dans l’Islam médiéval, par exemple, ou l’expertise médico-légale de la folie au XIXe siècle, qui a fait l’objet de plusieurs études récentes.

Tout ne pouvait être traité dans le cadre de cette (trop) ambitieuse synthèse. Mais le déséquilibre entre les parties de l’ouvrage révèle d’indéniables faiblesses dans l’analyse de l’objet "folie" et compromet la lisibilité de l’ouvrage pour un public de non spécialistes. Les chapitres sur l’Antiquité et le Moyen Âge sont beaucoup trop allusifs, et l’auteur paraît ignorer les publications récentes sur ces périodes, pourtant peu nombreuses. Par exemple, l’étude publiée par Bernard Guenée en 2004 sur la folie du roi Charles VI à la fin du XIVe siècle6, offrait une très belle occasion d’observer les réactions sociales et politiques suscitées par la folie du monarque, et de comprendre la structuration du champ thérapeutique de la folie à cette époque. A l’inverse, certains passages sont beaucoup trop longs et descriptifs, en particuliers ceux dans lesquels l’auteur résume ses propres recherches sur l’enfermement aux XVIIIe et XIXe siècles7. Quant aux notes de bas de page, on ne sait si l’auteur les destine à guider le grand public ou à servir la légitimité de son travail scientifique. L’ensemble donne un livre qui manque son double objectif : fournir une synthèse éclairante pour le grand public et apporter des éléments nouveaux aux historiens de la folie.

rédacteur : Maud TERNON, Critique à nonfiction.fr
Illustration : Wikipedia

Notes :


1 - Michel Foucault, Folie et déraison. Histoire de la folie à l’Âge classique, Paris, Plon, 1961
2 - Claude Quétel, Histoire de la folie de l’Antiquité à nos jours, Paris, Tallandier, 2009, p. 89
3 - Ibid., p. 16-17
4 - Jacques Postel et Claude Quétel (dir.), Nouvelle histoire de la psychiatrie, Toulouse, Privat, 1983, rééd. 2004

5 - Michel Collée et Claude Quétel, Histoire des maladies mentales, Paris, PUF "Que Sais-Je ?", 1987
6 - Bernard Guenée, La folie de Charles VI, roi bien-aimé, Paris, Perrin, 2004
7 - Claude Quétel, Le "Bon Sauveur" de Caen : Les cadres de la folie au XIXe siècle, thèse d’histoire de 3e cycle sous la direction du professeur Pierre Chaunu, Université Paris IV, 1976 ;  Claude Quétel, La loi de 1838 sur les aliénés (Présentation), Paris, Frénésie éd., 1988


Titre du livre : Histoire de la folie. De l'Antiquité à nos jours
Auteur : Claude Quétel
Éditeur : Tallandier
Collection : Approches
Date de publication : 03/09/09
N° ISBN : 2847346031

 

Commenter cet article

(Clovis Simard,phD) 02/02/2011 01:11


Bonjour,

Vous êtes cordialement invité à visiter mon blog.

Description : Mon Blog(fermaton.over-blog.com), présente le développement mathématique de la conscience humaine.

La Page No-17: POUVOIR !

THÉORÈME DU POUVOIR

UNE DRÔLE D'IMAGE ?

Cordialement

Clovis Simard


02/02/2011 13:46



Laissé par : (Clovis Simard,phD) aujourd'hui à 01h11


Email : csim25@gmail.com


Site : http://fermaton.over-blog.com/Bonjour,

Vous êtes cordialement invité à visiter mon blog.

Description : Mon Blog(fermaton.over-blog.com), présente le développement mathématique de la conscience humaine.

La Page No-17: POUVOIR !

THÉORÈME DU POUVOIR

UNE DRÔLE D'IMAGE ?

Cordialement

Clovis Simard