Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

France-o France Ô - 15h15

Inconnu présumé Français

Durée : 1 heure 5 minutes

 

Le sujet

http://static.programme-tv.net/var/p/l/145/1457766.jpgNés pendant la guerre d'Indochine d'une mère Vietnamienne et d'un père Français souvent inconnu et placés dans des orphelinats, cinquante après, ils racontent leur histoire douloureuse.


Jacques, Maurice, René, Noëlle et Christiane sont nés pendant la guerre d’Indochine d’une mère Vietnamienne et d’un père Français souvent inconnu. Ils ont obtenu la nationalité française quand le conflit s’est intensifié mais leur mère, devant la difficulté à les élever dans une société qui les rejetait, les a confiés dès leur plus jeune âge à la FOEFI, une association philanthropique dont le but est de les assimiler à la société française. Cinquante ans après, ces hommes et femmes racontent leurs histoires douloureuses, leurs mots et leurs souvenirs sont ceux de milliers d’enfants qui ont vécu avec au fond d’eux des zones d’ombre et des questions sans réponse. Tous les témoignages s’accordent, malgré leurs différences, sur un point : c’est leur solidarité qui les a aidés à se reconstruire et à vivre dans ce monde qui n’était pas le leur.

Plume-gris

La critique

15H15 - FRANCE O DOC : «Inconnu présumé français», DE PHILIPPE ROSTAN.

Durant plusieurs générations, pour le meilleur et pour le pire, « Blancs » et « indigènes » se sont côtoyés dans l'Empire colonial français. De nombreux métis sont nés d'amours plus ou moins éphémères, particulièrement en Indochine, région du monde où les fantasmes masculins se déployaient plus voluptueusement qu'ailleurs. C'était le temps où Joséphine Baker chantait « C'est elle qui est ma petite / mon Anana, mon Anana, mon Annamite », le temps où la possession d'une concubine faisait partie de la panoplie au même titre que la pipe à opium. Il y eut quelques histoires d'amour, mais le plus souvent l'affaire se réduisait à une anecdote torride. Jusque dans les années 1920, l'Etat français a préféré ignorer ces enfants illégitimes. C'est en 1928 que, sous la pression d'associations philanthropiques, un décret a permis aux Eurasiens d'obtenir la nationalité française. Cette législation allait bouleverser le destin de milliers d'individus.


Prenons le cas de Jacques. A sa naissance, il portait le nom vietnamien de sa mère : Ho Han Hong. En 1948, le tribunal de Buon Ma Thot lui a accordé la nationalité française sur présentation de témoignage de cohabitation de ses parents, et sur présentation de certificats médicaux attestant qu'il présentait bien « les traits et les signes propres à la race française ». A partir de ce jugement, il s'appela Jacques Maurice, mais de son père, un officier qui avait passé quelques mois dans la région des hauts plateaux, il ne sait toujours rien. Un voyage à Aix-en-Provence, où se trouve le Centre des Archives d'outre-mer, le lui confirme sous nos yeux : « Je suis né de père inconnu. C'est ce qui est écrit dans le dossier », dit-il d'une voix étranglée.


Toutes les anciennes pupilles de la FOEFI ont un dossier à Aix. La Fédération des OEuvres de l'Enfance française d'Indochine fut créée en 1938 à Saigon par William Bazé, lui-même eurasien et orphelin. Le but de cet organisme était d'apporter aux enfants disséminés dans les orphelinats du Tonkin, de l'Annam, du Laos, du Cambodge et de la Cochinchine une instruction française et un avenir professionnel. Adultérins ou non, ces enfants avaient été conçus par des Français (coopérants, militaires, diplomates) durant leur séjour en Indochine. La plupart des mères, abandonnées par leur compagnon, considéraient la FOEFI comme un mode de prise en charge temporaire de leurs enfants. La rupture était parfois définitive.


Après la défaite du corps expéditionnaire à Diên Biên Phu, le gouvernement de Paris obtint des autorités de Hanoi le rapatriement des Eurasiens et Eurafricains nés au Vietnam. Dans une ambiance déchirante, 4 500 enfants embarquèrent à bord d'avions et de bateaux à destination de la France. Derrière eux, ils laissaient parfois une mère, devant eux se trouvait un pays dont ils ne connaissaient rien. En moins de six mois, les rapatriés furent placés dans 700 établissements laïcs et religieux. Le mot d'ordre était de séparer les frères et les soeurs pour faciliter leur intégration, de leur faire oublier le Vietnam aussi vite que possible. Une politique menée avec fermeté sur des enfants qui se raccrochaient désespérément à l'image d'une mère idéale, à des comptines murmurées dans une autre langue.


La plupart des anciens de la FOEFI ont fondé une association pour se retrouver entre eux et évoquer le passé. Ils se nomment Jacques, Roger, Henri, Maurice, Antoine ou Yên-Noële, la seule femme à témoigner dans ce documentaire. Elle se croyait orpheline jusqu'au jour où on l'appelle au parloir du collège. « Je lui ai dit : «Bonjour, monsieur», et il s'est mis à pleurer. » Certains de ces adultes, lorsqu'ils racontent leur histoire, sanglotent de façon irrépressible, comme s'ils redevenaient des enfants. « Ma mère est vietnamienne, mon père est inconnu, présumé français. » Cette phrase administrative continue à les tarauder. La blessure, après plus d'un demi-siècle, est encore à vif.

Commenter cet article

guastavino 11/10/2016 17:14

Excellent texte je n'ai pas vu le film mais je vais le faire. Merci d'entrer en contact avec loi si vous le désirez :
Jean-Marie Guastavino

Vice-président fédéral
Rédacteur en chef

Fédération Nationale André Maginot :
24 bis Boulevard Saint-Germain.
75005 Paris.
33 (0)1 40 46 71 53
Nous préparons un article sur le sujet.

Bonne soirée.

Moreno Andre 04/06/2016 14:31

Bonjour,

Mon grand pere a passe 3 a 4 ans a Saigon entre 1949 et 1952 etnat dans l’armee francaise. Dernierement ma mere, sa soeur et ses freres ont vide la maison de mes grand parents pour la mettre en vente et ont retrouve beaucoup de photos de Saigon a cette epoque la. Il y a meme des photos de mon grand pere avec une dame vietnamienne ainsi que des photos d’un bebe, un garcon. ce bebe serai ne en 1950/51 et serai prenomme Andre, comme mon grand pere et moi meme. Ma mere a pu sauve la plupart des photos mais pas certaines lettres que mon grand pere avaient conservees plus d’autres photos avec des annotations qu’un de mes oncles a stupidement brulees… Je vais recuperer tout ce que je pourrai de ce qu’il reste.
J’en viens a ma requete. Voila, pour ma part j’habite Vung Tau depuis plus d’un an car je travaille ici depuis 2012. J’ai aussi rencontre une ravissante vietnamienne d’ou le fait de vivre ici maintenant. Je desirerai savoir si il existe un registre ou seraient inscrits des enfants nes a cette epoque de pere francais et de mere vietnamienne car je pourrais peut etre retrouver un »oncle » franco-vietnamien etant persuade que mon grand pere a eu un fils avec cette fameuse dame vietnamienne. Je ne sais pas si mon message sera lu mais je l’espere car cela me ferai beaucoup plaisir d’arriver au bout de mes recherches et donc de rencontrer cet eventuel « tonton » vietnamien. Merci de votre aide.

schweikert 25/09/2013 15:35

Bonjour Monsieur,

j'ai lu avec intérêt votre blog et, je puis vous certifier que c'est la stricte vérité.
Au décès de mon père, ma mère avait eu d'énormes difficultés à élever ma petite soeur et, moi-même.
J'ignore qui lui avait conseillé de nous confier à la Foefi, mais cela fut effectivement fait.
Grâce à la Foefi, nous avons pu être éduqués convenablement et, avons fait des études pour nos avenirs professionnels respectifs.
Merci encore mille fois à Monsieur Bazé, le Président de la Foefi qui avait un coeur en or et, avait su nous sortir de la misère morale due au conflit guerrier de l'Indochine.
Cordialement: robert schweikert

demeersseman 26/12/2012 08:47

mon père militaire en indochine entre 1947 et 1954 a eu une femme d'on j'ai la photo il n'a jamais dis si il avait eu un enfant la bas mais en meme temps il a jamais dis non et j'aimerais savoir il
est décédé il y a 2 ans

31/12/2012 08:02



Laissé par : demeersseman il y a 5 jours à 08h47



filmover 17/03/2011 01:33


Bonjour,

Pour infos, mes films sur le Vietnam sortent en DVD en mai et en juin.

Le 3 mai 2011
Sortie dvd du PETIT VIETNAM
et de INCONNU PRESUME FRANCAIS

Le 6 juin 2011
Sortie dvd de LES TROIS GUERRES DE MADELEINE RIFFAUD.

Vous pouvez dès a présent faire une précommande sur le site de la FNAC, ARCADES, RDM, etc.

Philippe Rostan ? Tout savoir sur les produits Philippe Rostan avec la Fnac

Philippe Rostan , films DVD et Blu-ray de Philippe Rostan


27/03/2011 10:23



Laissé par : filmover le17/03/2011 à 01h33



Email : contact@filmover.fr


Site : http://www.filmover.fr