Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/0/0/0/9782910475000.jpgMinistre de l'Éducation nationale, il fut le Jules Ferry du Front populaire. Avec un objectif : la démocratisation de l'enseignement secondaire. Bien oublié, Jean Zay reste le vrai initiateur du CNRS et du Festival de Cannes. Objet de haine pour les antisémites, il fut assassiné par les miliciens en 1944.


Jean Zay : le nom de cet homme de gauche, ministre de Léon Blum, reste attaché à un destin tragique. Condamné en 1940 par le régime de Vichy, il est le Dreyfus du Front populaire. Il en fut aussi le Jules Ferry. Car Jean Zay est d'abord, de 1936 à la guerre, pendant quarante mois, un ministre visionnaire de l'Éducation nationale - à la tête d'un vaste ministère auquel étaient rattaché les beaux-arts, la recherche et, dans un second temps, la jeunesse et les sports. Nombre des traits fondateurs que l'on attribue à "l'école de Ferry", comme l'égalité sociale ou la diffusion de la culture, remontent en fait aux années 1930. Jean Zay a contribué à faire de la culture pour tous un objectif majeur du régime. Le parcours de Jean Zay est placé sous le signe de la précocité : député radical du Loiret en 1932 à 27 ans, ministre de l'Éducation nationale du Front populaire à 31 ans, emprisonné par Vichy à 36 ans, assassiné par des miliciens un mois avant ses 40 ans. Il a tout pour devenir un martyr républicain exemplaire aux lendemains du second conflit mondial. Mais sa figure semble contredire les valeurs promues en 1945 : unanimité de la nation contre les fascismes et rejet du parlementarisme accusé de tous les échecs face à la crise économique et internationale des années 1930. Lui fut, à l'inverse, un brillant représentant du personnel de la IIIe République et il a disparu dans la "parenthèse de Vichy", victime des seules haines franco-françaises. Contrairement à Georges Mandel et à Léon Blum, les Allemands n'ont aucune part dans son arrestation ...

Jean Zay ou le destin brisé du Front populaire

Par Olivier Loubes
publié dans L'Histoire n° 309 - 05/2006  Acheter L'Histoire n° 309  +

http://www.histoire.presse.fr/content/2_recherche-full-text/article?id=4310


Articles du même auteur

Et l'Égypte sortit des flots...
Par THOMAS Olivier dans L'Histoire n°315 | p. 18 - 19

Voir tous ses textes >>>


Liens utiles sur le blog :

Que serait La Croisette sans le cinéma américain et ses stars?

Le Festival de Cannes ... un peu d'histoire

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article