Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

http://multimedia.fnac.com/multimedia/FR/images_produits/FR/Fnac.com/ZoomPE/2/6/4/9782330000462.jpg
A qui Ingeborg Bachmann avait-elle destiné ses Lettres à Felician ? Des éléments de réponse se trouvent dans ces pages découvertes vingt-cinq ans après la mort de la grande poétesse. Dans un journal tenu à la fin de la guerre, elle relate non seulement la vie dans sa ville natale meurtrie, mais aussi son amour pour un soldat anglais, Jack Hamesh, émigrant juif employé par la force d’occupation. La grande poétesse dira plus tard que l’été de cette rencontre fut le plus beau de sa vie. Son journal est ici suivi des lettres récemment retrouvées de Jack Hamesh.

Biographie de l'auteur - Ingeborg Bachmann est née en 1926 à Klagenfurt en Carinthie (Autriche), une région située entre le monde germanique et le monde slave, avec laquelle elle entretient une relation amour/haine. Survivre au traumatisme de la Seconde Guerre mondiale exigeait, pour elle comme pour de nombreux Allemands, de faire retour sur ses origines et d’en surmonter le poids. La Carinthie, ses tensions ethniques et ses contradictions incarnent cette douleur, et l’Anschluss en 1938, alors qu’elle était âgée de douze ans, imprègne à jamais sa perception du monde et plus tard, son œuvre, jusqu’à devenir parfois la métaphore de la relation d’un homme avec une femme. Soucieuse de lutter avec les armes de l’esprit contre toutes les formes de domination, Ingeborg Bachmann commence alors des études de philosophie, de psychologie et de langue allemande à Klagenfurt, Innsbruck, Graz et Vienne. En 1950, elle soutient sa thèse de philosophie sur Martin Heidegger : La réception critique de la philosophie de l’existence chez Martin Heidegger. Dès 1946 elle publie ses premières nouvelles – Le Passeur (Actes Sud, 1993), Lettres à Felician (Actes Sud, 2006). La publication d’un premier recueil de poèmes lui assure un succès à la fois public et critique. Elle devient le porte-parole d’une poésie lyrique qui renoue avec la tradition des plus grands écrivains allemands d’avant-guerre. En 1948, elle fait la connaissance de Paul Celan qui, le premier, lui montre la voie d’une écriture totalement investie par les contradictions littéraires issues de la Seconde Guerre mondiale. C’est en ce sens qu’elle fréquentera le fameux “Groupe 47”. Il s’agissait de produire une langue nouvelle, adaptée aux exigences de l’histoire. En 1953, Ingeborg Bachmann reçoit le prix du Groupe 47. A partir du début des années 1960, Ingeborg Bachmann écrit toujours de la poésie, mais se consacre de manière plus manifeste à la prose. La virulence de son propos, la ferveur de ses convictions et la complexité de son style apparaissent de manière plus explicite encore. Le succès est alors au rendez-vous. Révolté et féministe, Ingeborg Bachmann sut toute sa vie durant assumer de nombreux combats, en s’engageant par exemple contre la guerre au Vietnam, la bombe atomique ou en quittant, en 1967, son éditeur Piper parce qu’il avait choisi le poète nazi Hans Baumann pour traduire les poèmes d’Anna Akhmatova.


Journal de guerre : Suivi des Lettres de Jack Hamesh à Ingeborg Bachmann  

Ingeborg Bachmann  , Hans Höller , Françoise Rétif  

Broché: 118 pages 

Editeur : Actes Sud Editions (5 octobre 2011) 

Collection : Lettres allemandes 

Langue : Français

 

Malina Ingeborg Bachmann - YouTube

► 5:25► 5:25

www.youtube.com/watch?v=q5JL8vKHGHw16 mai 2008 - 5 min - Ajouté par danielefior
Theater play; video Daniele Fior, Director Irene Mattioli, with ... Ingeborg Bachmann - Wie soll ich ...

Commenter cet article