Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

http://www.ina.fr/images_v2/141x107/CPF10005366.jpegQue reste-t-il de l'affaire BOURRET ? Des reconstitutions, les témoignages des voisins, des témoins de l'enquête et des gendarmes qui ont suivi l'affaire éclairent ce dossier- Interview du capitaine J. C. MARION, commandant de compagnie de gendarmerie de Palaisieu à propos des premiers pas de l'enquête. Ils ont pu relever les empruntes de la victime. Ils ont cherché à faire appel au renseignement local c'est-à-dire à l'environnement local de la victime. La victime portait des bijoux qu'il ont montré à la mère d'une jeune fille qui avait disparu. C'était bien la personne qui avait disparu, Yvette GIBIER, dont on voit la photo et qui habitait à Lardy. Elle travaillait à Paris rue Saint-Dominique dans le magasin de M. BOURRET. Sa femme a alors été interviewée. M. BOURRET, qui avait disparu, s'était retiré dans sa maison de campagne. Photos des époux BOURRET. - Interview d'un ouvrier portugais dont le nom est LOPEZ près d'un lotissement de Saint-Vrain dans l'Essonne. Il a trouvé ce jour là le cadavre d'une jeune femme dans un champ. - Interview de M CHERRET pilote de ligne qui a rencontré les ouvriers. Il a été étonné qu'il y ait un cadavre près de chez eux. - Interview d'une femme qui connaissait le coupable. Elle le trouvait étrange. Il avait les lèvres minces et pincées. Il avait une femme légitime et une maîtresse. Déjà condamné pour une affaire similaire, il sortit de prison après quelques années. Il se remaria avec un infirmière de la centrale de Caen qu'il avait connue en détention. Elle l'a reconnu quand il s'est installé en tant que fleuriste rue Saint Dominique. Elle pense qu'on a laché un fou dans la nature.Le docteur P.A. BENSOUSSAN, neuro psychiatre et expert auprès des tribunaux, pense qu'il est allé en prison car il a été reconnu responsable. Quant à Maître V.V. STANCIU, avocat et professeur à l'école d'anthropologie, il évoque le cas des déséquilibrés qui commettent des crimes et des circonstances atténuantes et de la remise de peine et les garanties qui doivent accompagner cette remise de peine. Le professeur Robert VOUIN, professeur à la faculté de droit et Maître Paul AMOR, avocat aborde la question de la libération conditionnelle qui n'est pas suffisante. Il ajoute que les médecins chefs se succèdent et jugent moins sévéremment les cas de certains détenus. - Interview d'Henri PELLETIER, artiste peintre, qui fréquentait le café des ministères. Il y a rencontré un assassin et n'avait pas deviné qu'il ait pu être en face d'un assassin. Tableau d'Henri Pelletier qui est placé dans la cour d'assise au dessus des accusés et qui représente le parlement sous Louis XIII. - Un détenu le visage caché raconte ce qu'il a vécu en prison.


 

Pour en savoir plus


 

L'homme qui a tué deux fois - Ina

► 33:58► 33:58
www.ina.fr/.../l-homme-qui-a-tue-deux-fois.fr.html30 juil. 2011 - 34 mn
Le professeur Robert VOUIN, professeur à la faculté de droit et Maître Paul AMOR, avocat aborde la question de ...

 

 

Affaires criminelles - Criminalité - Terrorisme (126)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article