Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


Le 25 janvier 1888, dans une villa de Sidi-Mabrouk, aux environs de Constantine, l’étudiant Henri Chambige, âgé de 22 ans, est retrouvé blessé près du cadavre dévêtu de Magdeleine Grille, une femme mariée de 30 ans, jusque-là réputée irréprochable. Deux versions s’opposent pour l’explication de ce drame. Si Chambige reconnaît qu’il a tué madame Grille, il affirme que c’est à sa demande, car celle-ci lui aurait proposé d’être sa maîtresse puis de mourir avec lui pour ne pas survivre au déshonneur. Sous l’empire d’une passion réciproque, Chambige aurait accepté, mais il aurait manqué son propre suicide. Dans le souci de préserver l’honneur d’une femme et de sa famille, le mari et la mère de la défunte se portent partie civile et soutiennent que celle-ci a pu être hypnotisée ou droguée, puis violée par Chambige. Le meurtre de madame Grille serait donc dans un cas un double suicide raté devenu un crime passionnel et, dans l’autre, une affaire de viol sous suggestion, comme on en évoquait beaucoup en un temps où l’hypnotisme triomphait. Appelée à être jugée devant la cour d’assises de Constantine du 8 au 11 novembre 1888, l’affaire fait grand bruit parce qu’elle mobilise deux familles connues et influentes. Deux thèses, deux camps s’opposent, en Algérie comme à Paris ; mais il y a surtout, derrière la question judiciaire, une attention singulière portée à la relation entre le psychisme de l’accusé et le roman contemporain. En portant ainsi le débat sur la scène judiciaire, cette affaire nous paraît révélatrice de la profonde intrication des sciences psychologiques, de la criminologie et de la littérature de l’époque.

L’affaire Chambigehttp://m.renneville.free.fr/?p=148

ECRIT PAR Marc Renneville le 3 sept classé dans Affaire Chambige

Une recherche en cours, menée par Jacqueline Carroy et Marc Renneville

Dessin publié dans L’illustration (1888)

http://m.renneville.free.fr/?p=148

Chronologie succincte

1865 : Naissance d’Henri Chambige à Médeah.

1887 : Henri Chambige publie dans La revue générale, littéraire, politique et artistique, « Les Goncourt. Le modernisme », n° 85, p. 207-212.

1888 : 25 janvier. Assassinat par Henri Chambige, alors âgé de 22 ans, de Mme Magdeleine Grille bientôt trente ans, dans la villa familiale des Chambige, à Sidi-Mabrouck, près de Constantine.
2, 3 et 4 novembre. Avant le procès, des articles d’Albert Bataille paraissent dans Le Figaro, « Une cause célèbre. - L’affaire Chambige » dans lesquels sont cités notamment des extraits de « Confessions » de Chambige écrites en prison après son meurtre. Bataille couvre ensuite le procès dans Le Figaro.

8-11 novembre. Procès devant la Cour d’assises de Constantine.

Condamnation pour meurtre avec préméditation avec circonstances atténuantes, à sept ans de travaux forcés (à Cayenne) et un franc de dommages envers la partie civile. Me Durier, avocat de Chambige, fait une requête en grâce auprès du Président de la République, Sadi Carnot. Celui-ci commue la peine de sept ans de travaux forcés en sept ans de réclusion.

1889 : Tarde (Gabriel), « L’affaire Chambige », Archives de l’anthropologie criminelle, 1889, p. 92-108 (en libre accès sur Criminocorpus)

Bataille (Albert), « Affaire Chambige », Causes criminelles et mondaines de 1888, Paris, Dentu, p. 1-78. Ce chapitre, qui reprend les articles du Figaro, est précédé d’une préface de Paul Bourget datée du 13 mars 1889 (p. V-XII).

Honcey (Jean), Jean Bise, Paris, Perrin. Le livre est daté d’avril 1889.

Bourget (Paul), Le disciple, Paris, Alphonse Lemerre, 1889.

1891 : Gyp, Un raté, Paris, C. Lévy.

Dans Hypnotisme, suggestion, psychothérapie (Paris, Doin, p. 153-156), Hippolyte Bernheim présente l’affaire Chambige comme une affaire du « suggestion criminelle ».

1892 : Paul Brulat, L’Ame errante, Paris, G. Charpentier et E. Fasquelle.

Chambige bénéficie d’une libération conditionnelle.

1895 : 20 novembre. Dans une lettre à sa femme, Zola écrit : « Brulat est venu me présenter Chambige qui est de passage à Paris [...] Il cherche à recommencer sa vie et il voulait prendre des conseils de moi. »1.

1899 : Marcel Lami (pseud. de Chambige), La débandade. Souvenirs d’un volontaire inutile, Paris, Edition de la Revue Blanche. Ce livre est présenté comme le seul ouvrage publié du vivant de l’auteur par Edouard Leconte. Les autres ouvrages auraient été publiés à titre posthume par les soins de « Madame Marcel Lami » et des amis de l’auteur.

1900 : Louis Proal, Le crime et le suicide passionnels, Paris, F. Alcan.

1901 ? Chambige se marie avec une cousine dont il a une fille.

1904 : Préface de Marcel Lami à Enrique Gomez Carrillo, Quelques petites âmes d’ici et d’ailleurs, trad. de l’Espagnol par Ch. Barthez, Paris, E. Sansot.

1909 : Mort de Chambige. De nombreux articles dans la presse rappellent le drame de 18882.

1909 : M. Lami, Terres d’aventures, Paris, Louis Michaud.

1910 : M. Lami, Grand Paul, préface de Paul Margueritte, Paris, Louis Michaud.

1911 : M. Lami, Vers les cîmes, préface de Edouard Conte, Paris, Louis Michaud.
Alonso de Contreras, Mémoires… mis en français par Marcel Lami et Léo Rouanet, Paris.

Lami M., Terres d’héroïsme et de volupté, Paris, Louis Michaud, s. d.

En complément, deux textes d’époque et deux points de vues à lire sur ce site  :

1. Anatole France, « Un crime littéraire. L’affaire Chambige » (11 novembre 1888)

2. Maurice Barrès, « La sensibilité d’Henri Chambige », (11 novembre 1888)

A lire également sur le web : J. Carroy et M. Renneville, « Une cause passionnelle passionnante : Tarde et l’affaire Chambige », Champ pénal, XXXIVe congrès français de criminologie, tome 1, Les criminologiques de Tarde. http://champpenal.revues.org/document260.html

Si vous possédez des informations sur la vie de Chambige, ses écrits ou son manuscrit, n’hésitez pas à nous contacter :

Jacqueline Carroy (jacqueline.carroy@ehess.fr)

Marc Renneville (m.renneville@free.fr)

Share This (Fr)

  1.  Correspondance, VIII, Paris, Montréal, CNRS, Presses de l’Université de Montréal, p. 1895 []

  2. Nos remerciements à M. Hugues Laroche pour la détermination de cette date []


Directeur de la publication du site Criminocorpus, Marc Renneville est chargé de mission "Histoire" à l’administration pénitentiaire et chercheur associé au Centre Alexandre Koyré - UMR 8560 (http://www.koyre.cnrs.fr/). il mène des recherches sur l’histoire des sciences du crime et du criminel (19e-20e siècles)

Contact : marc.renneville@orange.fr

Web : http://m.renneville.free.fr

Un crime. Journal d’enquête (Blog) :

http://renneville.blog.lemonde.fr/


Bibliographie

Articles (revues ou participation à des ouvrages collectifs).

- « L’anthropologie du criminel en France », Criminologie (Acta criminologica), vol. XXVII, septembre 1994, n° 2, pp. 185-209. http://www.erudit.org/revue/crimino/1994/v27/n2/index.html

- « Phrénologie et criminologie », Revue internationale de philosophie pénale et de criminologie de l’acte, décembre 1994, n° 5-6, pp. 247-268.

- « Alexandre Lacassagne : Un médecin-anthropologue face à la criminalité (1843-1924) », Gradhiva (Revue d’histoire et d’archives de l’anthropologie), 1995, n° 17, pp. 127-140.

- « Entre nature et culture : la médecine du crime dans la première moitié du XIXe siècle » in L. Mucchielli (Ed), Histoire de la criminologie française, Paris, L’Harmattan, 1995, pp. 29-53.

- « La réception de Lombroso en France (1880-1900) » in L. Mucchielli (Ed), Histoire de la criminologie française, Paris, L’Harmattan, 1995, pp. 107-135.

- « Les théories biologiques de la criminalité », Revue internationale de biologie et de médecine (M/S), décembre 1995, vol. 11, n° 12, pp. 1720-24.

- « Un terrain phrénologique dans le Grand Océan (autour du voyage de Dumoutier à bord de L’Astrolabe en 1837-40) » in C. Blanckaert (Ed.), Le terrain des sciences humaines (Instructions et enquêtes. XVIIIe-XXe siècle), Paris, L’Harmattan, 1996, pp. 89-138.

- « Vice, vitriol, déviance. (Repères historiques sur les rapports entre criminologie et anthropologie XVIIe-XXe siècle) in T. Albernhe (Ed.), Criminologie et psychiatrie, Paris, Ellipses, 1997, pp. 411-417.

- « Rationalité contextuelle et présupposé cognitif. Réflexion épistémologique sur le cas Lombroso ». Revue de Synthèse, 4e série, n° 4, oct.-déc. 1997, pp. 497-528.

- « Lumière sur un crâne ? Une lecture de la découverte de l’atavisme criminel » in J. Carroy & N. Richard (Ed.), La découverte et ses récits, Paris, L’ Harmattan, 1998, pp. 15-36.

http://m.renneville.free.fr/spip.php ?article24

- « Un musée d’anthropologie oublié : le cabinet phrénologique de Dumoutier », Bulletins et mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, 1998, n.s., t. 10, n° 3-4, pp. 477-484.

- (en collaboration avec Laurent Mucchielli) « Les causes du suicide : pathologie individuelle ou sociale ? Durkheim, Halbwachs et les psychiatres de leur temps (1830-1930), Déviance et société, 1998, vol. 22, n° 1, pp. 3-36.

Lire l’article en ligne sur le site « Les classiques en sciences sociales »

- « De la régénération à la dégénérescence. La science de l’homme face à 1848 », Revue d’histoire du XIXe siècle, n° spécial « Nouveaux regards sur 1848 », 1997, n°15, pp. 7-19.

- « L’Hygiène à l’AFAS : un berceau pasteurisé », L’Association française pour l’avancement des sciences. Diffuser et promouvoir les sciences (1872-1914), Orsay, Paris Onze Editions, 1998, pp. 173-180.

- « La main homicide. La folie criminelle dans le savoir aliéniste de la première moitié du XIXe siècle », Le Journal de Nervure, n° 6, septembre 1998, pp. 1-2, 8-9 ; n° 7, octobre 1998, pp. 1-2, 8-10.

- « La boue sociale : Image du peuple et crimes de foules au XIXe siècle », 1998, M. Kail et G. Vermes (Ed.), La psychologie des peuples et ses dérives, Paris, CNDP, 1999, pp. 83-108.

- (en collaboration avec Laurent Loty), « Penser la transformation des rapports entre le scientifique et le non scientifique » in L ‘Histoire des sciences de l’homme, ouvrage collectif, Paris, L’Harmattan, 1999, pp. 247-263.

- « Le propre de l’ordre. Hygiène et biopolitique en République », Revue de synthèse, 1999, 4e série, n° 4, octobre-décembre 1999, pp. 621-635.

- « De la Bastille à Charenton ? L’institutionnalisation de l’expertise mentale de Georget à Morel » in Equinoxe. Revue de sciences humaines, « Homo criminalis. Pratiques et doctrines médico-légales (XVIe-XXe siècles), n° 22, automne 1999, pp. 53-64.

- « Politiques de l’hygiène à l’AFAS (1872-1914) in P. Bourdelais (dir.), Les hygiénistes. Enjeux, modèles et pratiques, Paris, Belin, 2001, pp. 77-96.

- « L’hygiène à l’AFAS : un combat conciliant » in H. Gispert (Dir.), L’Association française pour l’avancement des Sciences 1872-1914, un projet politique pour une société savante, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2002, pp. 305-312.

- « Obsessions. Indices historiques pour une généalogie des soins obligés » in Les soins pénalement obligés ou l’utopie de la triple entente, Paris, Dalloz, 2002, pp. 7-27.

- « La phrénologie : méthode et controverse » in B. Andrieu (Dir.), L’invention du cerveau, Paris, Press Pocket, 2002, pp. 77-110.

- « Aliénisme » in Dominique Lecourt et al., Dictionnaire d’histoire de la pensée médicale, Paris, PUF, 2004, pp. 26-29.

- « Science ou élucubrations ? La bosse du crime », L’Histoire, mai 2004, n ° 287, pp. 79-85.

- « Pour la création d’un centre national de ressources historiques sur les crimes et les peines », Champ pénal / Penal fields, 2004, vol. 1.

http://champpenal.revues.org/document36.html

- « Le microbe et le bouillon de culture : Lacassagne à la recherche d’une criminologie du milieu », Gryphe. Revue de la bibliothèque de Lyon, 2004, n° 8, pp. 14-19.

- « Connaissez-vous Gabriel Tarde ? », L’Histoire, sept. 2004, n° 290, pp. 27-28.

- « La belle époque de l’anthropologie criminelle » et « L’hirondelle de la criminologie » [préface et postface] pour la réédition de Gabriel Tarde, La criminalité comparée, Paris, Les empêcheurs de penser en rond, 2004 (première édition : 1886) pp. 7-23, pp. 207-217.

- « Les deux figures de la déraison criminelle », Irresponsabilité des malades mentaux : état des lieux, Actualité Juridique / Pénal, 2004, n° 9, pp. 309-311.

- « Psychiatrie et prison : une histoire parallèle », Annales médico-psychologiques, 2004, vol. 162, n° 8, pp. 653-656.

- « Le criminel saisi par la psychologie », PSN Psychiatrie. Sciences humaines. Neurosciences, vol. II, n° 4, sept.-oct. 2004, pp. 10-18.

- « Le délit du corps en criminologie. Du « type criminel » au « type » criminel » in N. Queloz et al. (dir.), Kriminologie - Wissenschaftliche und praktische Entwicklungen : gestern, heute, morgen. La criminologie - Evolutions scientifiques et pratiques : hier, aujourd’hui et demain, Zurich, Ruegger et Verlag, 2004, pp. 71-84.

- « L’Histoire des crimes et des peines. A propos de quelques initiatives prises par l’administration pénitentiaire (2001-2004), Revue de l’Agenais, 2005, n° 1, pp. 557-570.

- « Tarde 2004 : D’une criminologie à l’autre », Champ pénal / Penal fields, 2005.

http://champpenal.revues.org/document284.html

- « Une cause passionnelle passionnante : Tarde et l’affaire Chambige (1888) », Champ pénal/Penal Field, 2005.

http://champpenal.revues.org/document260.html

- « Le corps de l’esprit. La phrénologie dans l’histoire du corps médicalisé » in Elisabeth Belmas et Marie-José Bertrand (dirs.), Corps Santé Société, Editions Nolin, 2005, p. 127-135.

- « Le criminel-né : imposture ou réalité ? » in Criminocorpus, Dossier thématique n° 1 : Autour des Archives de l’anthropologie criminelle, 2005.

http://www.criminocorpus.cnrs.fr/article24.html

- « La criminologie perdue d’Alexandre Lacassagne (1843-1924) » in Criminocorpus, Dossier thématique n° 1 : Autour des Archives de l’anthropologie criminelle, 2005.
http://www.criminocorpus.cnrs.fr/article147.html

- « The French Revolution and the Birth of Criminology » in P. Becker and R. Wetzell (Eds.), The criminal and His Scientists : A new History of Criminology, Cambridge University Press, 2006, p. 25-41.

- Demaret (Émile). « Surveillant militaire, j’ai vu la fin du bagne. Entretien avec Philippe Poisson et Marc Renneville », in Criminocorpus, Dossier thématique n° 2 : Les bagnes coloniaux, 2006.
http://www.criminocorpus.cnrs.fr/article120.html

- en collaboration avec Farcy (Jean-Claude). La peine de mort en France de la Révolution à l’abolition. Exposition virtuelle, in Criminocorpus, Expositions virtuelles, Expo n° 1. 2006.
http://www.criminocorpus.cnrs.fr/article106.html

- « La criminologie embobinée : Entre science et fiction, les représentations de la folie meurtrière à l’écran », Cahiers d’histoire et de philosophie des sciences. Actes du congrès d’histoire des sciences et des techniques - Poitiers 2004, 2006, p. 250-259.

Ouvrages.

- La médecine du crime. Essai sur l’émergence d’un regard médical sur la criminalité en France (1785-1885), Lille-Villeneuve d’Ascq, ANRT-Presses universitaires du Septentrion, 1997, 2 vols, 984 p.

- (en collaboration avec C. Blanckaert, L. Blondiaux, L. Loty et N. Richard), L’ Histoire des sciences de l’homme (Trajectoire, enjeux et questions vives), Paris, L’Harmattan, coll. « Histoire des sciences humaines », 1999, 308 p.

- Le langage des crânes (Une histoire de la phrénologie), Paris, Sanofi-Synthélabo / Le Seuil, Collection « Les Empêcheurs de penser en rond », 2000, 354 pages. Préface du professeur Georges Lantéri-Laura.

- Crime et folie. Deux siècles d’enquêtes médicales et judiciaires, Paris, Fayard, 2003.



Affaires criminelles - Criminalité (95)



Commenter cet article