Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


 
 
   
   
   

http://static.programme-tv.net/var/p/l/36/361273.jpghttp://www.kuiv.com/images/catalogue/goldman/pic2.jpgUn homme s’accuse du meurtre du militant d’extrême gauche et braqueur Pierre Goldman, il y a trente ans à Paris, dans un documentaire de Canal+consacré à ce meurtre non résolu et revendiqué par un mystérieux groupuscule d’extrême droite.

Dans ce documentaire de Michel Despraix, qui sera diffusé vendredi soir, cet homme surnommé Gustavo, au visage flouté et dont le nom n’est pas révélé, dit avoir exécuté un “contrat” politique. Il aurait été commandité, selon lui, parPierre Debizet, alors “patron” du Service d’action civique (Sac), une officine considérée par certains opposants comme la “police parallèle” des gaullistes.

Goldman avait été tué par balles en plein Paris, près de chez lui, en septembre 1979, par un commando de quatre hommes. Figure emblématique de l’extrême gauche, demi-frère du chanteur Jean-Jacques Goldman, il avait été condamné puis acquitté peu avant pour le meurtre de deux pharmaciennes lors d’un braquage au cours duquel un policier avait été blessé. Son meurtre avait été revendiqué par “Honneur de la police”, un groupuscule d’extrême droite aux contours jamais définis avec précision.

Gustavo, qui se dit “soldat politique (...) contre le marxisme”, raconte que les renseignements sur Goldman venaient de la police, deux des autres membres du commando étant l’un en poste à la DST (contre-espionnage) l’autre aux Renseignements généraux (RG), avance l’auteur du documentaire. Ce dernier a réussi a obtenir les témoignages, rares, du directeur général de la police Robert Pandraud et du ministre de l’Intérieur Christian Bonnet, alors en poste. Ils disent tous deux ignorer tout lien avéré entre ce meurtre et la police mais mollement, le premier expliquant qu’il ne serait “surpris de rien”.

Le documentaire fait ressortir le climat très tendu, parfois à la lisière de la “violence révolutionnaire armée” comme le dit un intervenant, des années 1970 en France, au lendemain de mai 68.

Un conseiller du président Valéry Giscard d’Estaing est cité dans le film qui n’apporte cependant aucune preuve tangible.

Des sources policières ont déclaré mercredi à l’AFP que “c”est le énième rebondissement” dans cette affaire, frappée par les trente ans de prescription, mais que le témoignage de Gustavo est “troublant”.

Afp


Diffusion sur Canal+ vendredi 29 janvier 2010 à 23h05.

Trois balles pour pierre goldman

Comment j'ai tué pierre goldman ...

L'assassinat de pierre goldman ...

L’insoumis. Vies et légendes de pierre goldman

Pierre goldman - le frère de l'ombre

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article