Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Alors que les journaux télévisés diffusent à intervalles réguliers des images d’émeutes – en France en 2005, à Villiers-le-Bel en 2007, mais aussi en Grèce ou en Thaïlande début 2010 – les commentateurs peinent souvent à mettre des mots dessus et à expliquer ce phénomène. Alain Bertho, professeur d’anthropologie à l’Université de Paris 8-Saint Denis, après avoir étudié les banlieues et la crise de la politique, s’intéresse désormais aux émeutes comme phénomène mondial ancré dans le contemporain. "L’émeute, écrit-il, n’énonce pas une insuffisance du champ politique qui devrait s’ouvrir pour intégrer de nouvelles revendications, de nouveaux enjeux et de nouveaux acteurs. Nous sommes en présence de quelque chose de plus profond qui dit l’épuisement de l’espace public moderne et des formes d’action collective qui s’y sont déployées, qui vient affronter la nature même du champ politique moderne et son langage".  L’entretien qu’il a accordé à nonfiction.fr est l’occasion de revenir sur cette notion d’émeute, à travers son dernier livre, Le temps des émeutes et son site Web "anthropologie du présent".

L'intégralité de cet article est disponible en cliquant sur le lien ci-dessous

http://www.nonfiction.fr/article-3570-lemeute_est_une_fenetre_qui_souvre_sur_le_monde_exterieur_a_letat_entretien_avec_alain_bertho.htm


"L’émeute est une fenêtre qui s’ouvre sur le monde extérieur à l’Etat." Entretien avec Alain Bertho

[jeudi 24 juin 2010 – 22:00]

 

Commenter cet article