Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

Tentative d’assassinat contre le Dr Mukwege :
diffuser son récit, c’est aussi le protéger


Ce jeudi 25 octobre, de retour d’un voyage en Belgique, Denis Mukwege a été la cible d'une tentative d’assassinat à son domicile de Bukavu.

S'il a pu, de justesse, en sortir vivant, son gardien de maison n'a pas eu cette chance : il a été abattu en tentant de protéger son patron (voir plus bas le compte rendu de Colette Braeckman).

Le Dr Mukwege est un homme qui témoigne et dénonce – et qui dès lors dérange.

En publiant son récit, nous souhaitons relayer le combat qu'il mène avec courage et dignité, amplifier son appel au secours, et ne pas permettre, malgré les menaces, que sa voix soit étouffée.

 

Colette Braeckman
L'Homme qui répare les femmes
Violences sexuelles au Congo
Le combat du Dr Mukwege

 
  
Depuis 15 ans, Denis Mukwege, médecin chef à l’hôpital de Panzi (Sud Kivu), soigne gratuitement des femmes victimes de violences sexuelles. Au cours des 10 dernières années, il a ainsi prodigué des soins à plus de 30 000 femmes. Vagins détruits et âmes mortes. Le gynécologue recoud et répare.
Le Dr Mukwege parcourt le monde pour témoigner de la souffrance de ces femmes et dénoncer les viols massifs, véritables armes de guerre.

 

Dans ce livre, le Dr Mukwege dénonce une véritable stratégie de la terreur et explique comment, au Congo, le viol est utilisé comme arme de guerre, pour démoraliser, humilier et finalement soumettre une population.

Il s'en prend au passage aux voisins du Congo, en particulier le Rwanda, aux autorités de Kinshasa, à l’armée congolaise, à la MONUSCO, à la communauté internationale, et même à certaines ONG…

Vivre, c’est relatif… Vaut-il la peine de vivre jusqu'à 80 ans en voyant ce que je vois chaque jour…” Denis Mukwege concluait par cette phrase désabusée la soirée-débat à laquelle il participait à Bruxelles, le 22 octobre dernier, et où, une fois de plus, il avait témoigné du tragique sort des femmes du Kivu et s’était interrogé sur l’impuissance de la communauté internationale.

 
  • Pour son action, Denis Mukwege a reçu de nombreux prix, dont celui des droits de l’homme des Nations unies en 2008, ainsi que le Prix international Roi Baudouin, en 2011.
  • Le Dr Mukwege a fait partie des nominés pour le Prix Nobel de la Paix 2012.
  • Réécouter son témoignage devant l’Assemblée générale des Nations unies, le 25 septembre dernier. Voir la vidéo.
  • En coédition avec le GRIP.

 

Compte rendu des derniers événements :


“Jeudi soir, alors que le Dr Mukwege venait de rentrer à Bukavu, quatre hommes en civil, lourdement armés, le guettaient dans sa maison. Peu avant 18h, ils avaient forcé la porte, menacé les deux filles du médecin et leur ami, les obligeant à se coucher sur le sol en attendant le retour de leur père. Trente minutes plus tard, alors que la voiture approchait, les deux hommes se mirent en position de tir. C’est alors que la sentinelle se précipita vers le véhicule, hurlant au docteur qu’il était menacé. Le malheureux gardien fut abattu sur le champ. […] Les tueurs s’approchèrent alors du Dr Mukwege, l’arrachèrent de sa voiture en prenant les clés du véhicule. Le médecin se jeta au sol, tentant d’échapper aux tirs. C’est de justesse qu’il eut la vie sauve. En effet, les cris de la sentinelle, le bruit du coup de feu avaient alerté le quartier et les voisins se précipitèrent sur les lieux. Les deux assaillants prirent alors la fuite. […]

Les circonstances de l’agression, manquée de justesse, contre le Dr Mukwege rappellent la manière dont d’autres personnalités de premier plan furent assassinées à Bukavu. […]

Le médecin-chef de l’hôpital de Panzi était devenu de plus en plus précis dans sa dénonciation de la stratégie de la terreur, expliquant comment le viol est utilisé comme arme de guerre […]. Denis Mukwege estimait qu’il ne suffisait pas, inlassablement, de porter secours aux femmes détruites par les violences sexuelles, de les guérir de la fistule et de traiter leurs atroces blessures : il avait décidé d’utiliser sa notoriété, les nombreux prix internationaux qui avaient couronné son action, pour prendre à témoin l’opinion internationale. […]

Le Dr Mukwege a failli être victime du fait d’avoir eu raison car il répercutait le cri de désespoir des victimes et non les impératifs de la raison d’État.”

(Blog “Le carnet de Colette Braeckman”, 26 octobre 2012)

Dans la presse :
 
 
Le gynécologue congolais Denis Mukwege, réputé pour son aide aux femmes violées et plusieurs fois pressenti pour le prix Nobel de la paix, a échappé jeudi à une tentative d’assassinat à Bukavu, dans l’est du Congo (RDC). […] Il revenait de Belgique quand les faits se sont produits. […] Colette Braeckman, journaliste au Soir, vient de publier un livre sur le docteur Mukwege, intitulé L’Homme qui répare les femmes.
(Belga, 27 octobre 2012)

Personnalité internationalement respectée, le Dr Denis Mukwege a été attaqué jeudi soir à son domicile de Bukavu. Ce gynécologue qui vient en aide aux femmes victimes de viols a été récompensé par de nombreuses distinctions dont le prix de l'ONU pour les droits humains. Il ne comprend pas qui peut lui en vouloir. […] Qui sont ces individus? Et quel est leur mobile ? […]

Connu pour ses prises de position contre la guerre dans l'Est et contre les auteurs de violences sexuelles, il venait de rentrer d'une conférence à Bruxelles où il avait une fois de plus dénoncé les atrocités perpétrées par les groupes armés. Il est sain et sauf, mais très choqué.
(RFI, 27 octobre 2012)

Les patients et l'encadrement de l'hôpital Panzi expriment leur émotion devant la tentative d'assassinat et le départ du Dr Denis Mukwege. […]

“Nous sommes très affectés par son départ brusque et nous avons espoir que les autorités vont s'impliquer pour son retour rapide en lui garantissant la sécurité, c'est ça notre prière”, souligne une cadre de l'hôpital. […] Njabuka Mathy, une patiente, explique : “Mukwege était devenu plus qu'un parent, grâce à lui plusieurs vies humaines ont été sauvées ; il faut que le gouvernement sécurise la population”.
(Jean-Baptiste Baderha, AFP, 29 octobre 2012)

 



Conférence et dédicaces
Le jeudi 8 novembre, à 9h, le livre fera l’objet d’une conférence de presse organisée par le GRIP (WBI, place Sainctelette, 1080 Bruxelles).
Plus d'infos ici.

Le samedi 8 décembre, à 19h, la librairie Cook & Book recevra la Fondation Kayitare pour une soirée caritative. À cette occasion, Colette Braeckman présentera et dédicacera son livre.


Nous vous souhaitons une bonne lecture !

André Versaille éditeur


Nous avons besoin de vous !

 

Si vous trouvez notre démarche éditoriale intéressante, merci de nous faire connaître autour de vous en recommandant nos sites à vos connaissances.


 www.andreversailleediteur.com
www.abc-voyageur.com 


Rejoignez-nous aussi notre communauté sur Facebook et Twitter pour suivre toutes les informations de la maison !

Commenter cet article