Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


Émile Clément de La Roncière, né en 1803, lieutenant au 1er Lanciers, se fait remarquer à Saumur par sa liberté d'allures et son indiscipline.  Arrivé en 1833, il s'était installé dans un hôtel meublé en compagnie de Mélanie Lair, qu'il fréquentait depuis quelques années. Le fait d'entretenir une créature était plutôt admis, à la condition de garder une relative discrétion. Au contraire, La Roncière exhibe sa compagne, qui, au surplus, est mère d'un enfant. Ses supérieurs l'obligent à la renvoyer.


Cependant, le jeune homme, « au physique très avantageux », opère vite de nouvelles conquêtes ; il s'installe rue Saint-Nicolas, dans la famille de deux lingères, les sœurs Rouault, sur lesquelles le maire Cailleau-Grandmaison écrit qu'elles sont de moeurs libres, qu'elles ont toujours un bon ami, sans faire métier de leur déshonneur ( A.M.S., I III 148 ). Il n'est pas certain que La Roncière ait été l'amant de l'une d'elles, mais sûrement de leur jeune apprentie logée dans une mansarde. En outre, le lieutenant s'adonne à des beuveries fréquentes, il a contracté de lourdes dettes et son dossier militaire est bourré de notes désastreuses, de jours d'arrêts et de prison.


 Heureusement, son père est un général de cavalerie, un héros des guerres de l'Empire, dans lesquelles il a perdu un bras, ce qui ne l'empêche pas de prendre pour devise : « Pro patria adhuc alterum - pour la patrie, j'en ai encore un autre ». Ce père sévère est excédé par les frasques continuelles de son fils : il le fait muter à la garnison de Cayenne, en même temps qu'il acquitte ses dettes. Il est probablement intervenu pour le faire affecter à l'Ecole de Saumur, en espérant qu'il s'y ferait dresser. Semblant s'amender quelque peu au fil de son séjour, Émile de La Roncière est invité à un grand dîner chez le commandant de l'Ecole le 24 août 1834... (L'intégralite de l'article est disponible en cliquant sur le lien ci-dessous).


L'affaire La Roncière

http://pagesperso-orange.fr/saumur-jadis/recit/ch38/r38d1ron.htm

 



http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/8/9/5/9782262011598.jpg

 

 

Le 29 juin 1835 comparaît devant la cour d'assises de Paris un lieutenant de trente et un ans ans à la triste réputation, Emile de La Roncière. Il est accusé de tentative de viol et de coups et blessures sur une jeune personne de seize ans, Marie de Morell. Chacun des deux jeunes gens a pour père un général de haute renommée, leur famille étant par ailleurs liée à la haute aristocratie et aux milieux gouvernementaux. Et ils sont défendus par trois des plus grands avocats du siècle : Berryer, Odile Barrot et Chaix d'Est-Ange... Une affaire ténébreuse et rocambolesque sur fond de garnison, de duel, de viol, de fausses lettres et de scandales …


L'honneur perdu de marie de Morell

Pierre Cornut-Gentille

Paru en 05/1999

Auteur Pierre Cornut-Gentille

Éditeur Perrin

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article