Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

http://www.bibliomonde.com/images/img_pres_long_1419.gifL'histoire des représentations souvent paradoxales du sauvage d'Afrique australe et leurs transmissions par les Européens depuis leur débarquement à la fin du XVe siècle jusqu'à la fin du XIXe.

« Dès leur rencontre avec les Européens, les habitants du Cap de Bonne-Espérance, à l'extrémité de l'Afrique, entrent en littérature. Visités par tous les navigateurs en route pour l'Orient, côtoyés par les résidents de la colonie, les Khoisan suscitent un intérêt démultiplié dont on rencontre l'écho dans les récits de voyage, les lettres de la Renaissance portugaise, les débats philosophiques sur l'origine des langues et des peuples, l'anthropologie des Lumières, ou encore la raciologie. Ainsi s'élabore, entre la fin du XVe et la fin du XIXe siècle, la figure du Hottentot. Une figure qui occupe une place centrale sur la scène de l'Ailleurs. Jouant les rôles, souvent paradoxaux, de l'homme premier ou liminal, de l'ignoble et du noble sauvage, le Hottentot a une histoire, qui l'éloigne des réalités africaines. Il devient un être sans chair, un sauvage de papier ô combien utile et manipulable. Du village néerlandais du Cap aux salons parisiens, des ateliers de gravure aux cabinets de dissection, des livres de bord à l'Encyclopédie, cet ouvrage retrace le destin d'un sauvage idéal. » (présentation de l'éditeur)

« L'auteur, décrit, à travers un impressionnant recueil de témoignages, notamment les récits des voyageurs et les lettres de la renaissance portugaise, les évolutions dans la perception de cet Autre. Au cours des siècles, les Hottentots apparurent "colonisés indolents", "sauvages ignobles" ou "nobles sauvages", "hommes les moins hommes" ou "négroïdes divergents". François-Xavier Fauvelle-Aymar ne s'est pas contenté de compiler un bêtisier, son travail permet de comprendre pourquoi les Occidentaux ont construit ces représentations. » (Sylvie Briet, Libération, 16 mai 2002)

Dans BiblioMonde

L'Énigme de la Vénus hottentote par Gérard Badou

____________________________________________

Si vous commandez ce livre à partir de cette page, BiblioMonde touchera une commission et vous participerez ainsi au financement du site.


www.bibliomonde.com/livre/invention-hottentot...

 



http://www.deshumanisation.com/images/stories/venus-hottentot-baartman.jpgDocument 2003 - C'est l'histoire d'une femme réduite à ses fesses, d'une proéminence exceptionnelle. Emmenée loin de sa patrie, l'Afrique du Sud, elle fut exposée en Europe, vivante... puis morte. Les restes du corps ont quitté le musée de l'Homme l'année dernière. Et sont devenus un enjeu identitaire dans son pays d'origine. Récit.


Au début de l'année 2002, l'affaire fit grand bruit. Côté sud-africain : satisfaction officielle et réjouissances chez les activistes indigénistes. La campagne de presse menée depuis la libéralisation du régime d'apartheid en 1990 atteignait enfin son objectif. Côté français : c'était la fin du silence gêné observé par les politiques et les responsables du musée de l'Homme. La France s'apprêtait officiellement à restituer à la République d'Afrique du Sud les restes d'une femme dite la « Vénus hottentote ». Exhibée comme une bête de foire en Europe au début du XIXe siècle, celle-ci était morte à Paris en 1815. Son cadavre avait été disséqué par Georges Cuvier, le plus grand naturaliste de l'époque, puis son squelette et quelques autres parties de son corps avaient rejoint le musée de l'Homme, à Paris, où ils furent conservés près de deux siècles. Dans un climat général de repentance, et avec une belle unanimité, les députés français ont voté le 6 mars 2002 une loi permettant le retour de la dépouille mortelle dans sa terre natale. Retour effectué le 29 avril. L'enterrement a eu lieu le 9 août 2002, en présence du chef de l'État sud-africain, Thabo Mbeki, et en l'absence remarquée de tout représentant officiel de la France. Qui était donc cette femme dont le corps, de son vivant comme après sa mort, fut utilisé à de multiples fins ? Une version hagiographique de sa vie fait de la Vénus hottentote une victime emblématique, martyre tour à tour des persécutions esclavagistes, de l'oppression coloniale, de la domination masculine puis de...


Les tribulations de la Vénus hottentote

Par François-Xavier Fauvelle-Aymar
publié dans L'Histoire n° 273 - 02/2003  Acheter L'Histoire n° 273  +

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

victorin 15/09/2010 18:50


Pour en savoir plus sur la Venus hottentote, consultez notre site Internet www.deshumanisation.com/phenomene/exhibitions#venus-hottentote


16/09/2010 14:04



Laissé par : victorin hier à 18h50



contact@deshumanisation.com


Site : http://www.deshumanisation.com/phenomene/exhibitions#venus-hottentote




Victorin 15/09/2010 18:48


Pour en savoir plus sur la venus hottentote.


16/09/2010 14:05



Laissé par : Victorin hier à 18h48



contact@deshumanisation.com


Site : http://www.deshumanisation.com/phenomene/exhibitions#venus-hottentote