Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

http://www.photo.rmn.fr/LowRes2/TR1/A0L8NH/97-027057.jpgDocument du 28/05/2009 - Historia rétablit chaque mois une vérité historique, en allant à l'encontre d'une notion aussi communément admise qu'erronée. Tout le monde connaît Roland-Garros, l'un des quatre tournois du Grand Chelem. Les règles de ce jeu, que ce soit sur terre battue ou sur gazon, n'apparaissent qu'en 1919 : FAUX

Ancêtre direct du tennis, le jeu de paume est inventé au XIIIe siècle en France. Des moines voulant faire un peu d'exercice auraient utilisé le sol, les murs et les poutres de leur cloître pour jouer avec une balle, appelée l'« esteuf ». Pas encore de raquette, juste la paume de la main, d'où le nom « jeu de paume ». Au fil des siècles, ce sport pratiqué en individuel (un contre un) ou en double, voire même à trois contre trois ou quatre contre quatre, se perfectionne. Les points se comptent comme au tennis (15, 30, 40, jeu) et l'esteuf doit passer au-dessus d'un filet. Les joueurs se munissent ensuite de gants en cuir puis, au XVIe siècle, apparaissent les raquettes qui remplacent les battoirs en bois encore rudimentaires un temps utilisés.

D'abord pratiquées en plein air, les parties de jeu de paume se déroulent ensuite, en intérieur, dans des salles appelées « tripots », qui ouvrent dès le XIVe siècle. Le succès de ce sport est total et touche bientôt toutes les couches de la population, à tel point qu'une corporation de paumiers est créée en 1610 pour réglementer sa pratique. La noblesse et les rois de France comme François Ier, Henri II ou Charles IX y jouent régulièrement. On comptera même jusqu'à deux cent cinquante salles à Paris en 1596.

C'est une conséquence de la bataille d'Azincourt, le 25 octobre 1415, qui introduit le jeu de paume en Angleterre. Fait prisonnier, Charles Ier d'Orléans est emmené outre-Manche. Pendant les vingt-cinq années de sa captivité à Wingfield dans le Norfolk, le duc continue de pratiquer sa passion, le jeu de paume. Et les Anglais s'y mettent à leur tour. Cependant, en France, au cours du XVIIe et du XVIIIe siècle, le jeu est de moins en moins pratiqué. Louis XIV le délaisse totalement, mais il fait construire à Versailles une salle de jeu de paume appelée à la postérité pour le serment qui y fut prononcé le 20 juin 1789 par les 578 députés du tiers état, décidés à ne se séparer que lorsqu'ils auraient élaboré une Constitution.

La tradition, en revanche, perdure au Royaume-Uni et se développe à partir du XVIe siècle sous le nom de « court tennis ». Le mot vient du terme français « tenez », mal prononcé par les Anglais, et qui était dit au moment de la mise en jeu de la balle. C'est un des descendants du châtelain de Wingfield, Walter Clopton Wingfield, qui, à la fin du XIXe siècle, invente le tennis moderne. Le 23 février 1874, il dépose le brevet du « sphairistike », mot grec signifiant « art de la balle ».

Profitant de l'invention du caoutchouc qui permet aux balles de rebondir sur l'herbe, le « lawn tennis » (tennis sur herbe) se développe en Angleterre tandis que l'ancien jeu de paume est désigné sous le nom de « real tennis ». Le premier tournoi de tennis moderne se déroule en 1876, suivi l'année d'après par le tournoi de Wimbledon, près de Londres. Le premier club est fondé en France, à Dinard, en 1878 et les Internationaux de France sont organisés en 1891 au Racing Club, avant de rejoindre Roland-Garros en 1928. Le tennis est revenu, six siècles après ses débuts, dans le pays de ses premiers échanges.

Par Olivier Tosseri

Le tennis a été inventé au XXe siècle

http://www.historia.fr/content/recherche/article?id=25810



Crédit photographique :

http://www.photo.rmn.fr/LowRes2/TR1/A0L8NH/97-027057.jpg

 

Commenter cet article