Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


france2
20h35 – 23h00 - Dimanche 17 janvier 2010


http://s.dodin.free.fr/images/PacteLoups.jpgLe Pacte des loups

Type : film d'aventures (de Christophe Gans, avec Samuel Le Bihan et Vincent Cassel

Au XVIIIe siècle, une bête monstrueuse décime la population du Gévaudan, ne laissant derrière elle que des cadavres déchiquetés, à peine identifiables. Les enquêtes n'ayant pas abouti, le chevalier Grégoire de Fronsac reçoit du roi Louis XV en personne la mission de tuer l'animal et de ramener le calme et l'ordre dans la région. Accompagné de son frère de sang Mani, un Indien Mohawk originaire de Nouvelle-France, de Fronsac trouve refuge et pension chez le comte de Morangias. Les massacres continuent, la bête court toujours. L'hypothèse dominante, celle d'un loup géant venu de l'Enfer, ne convainc guère de Fronsac. Pour tromper son ennui, le chevalier courtise la fille de son hôte, Marianne, ainsi qu'une mystérieuse prostituée, Sylvia...Ce film de Christophe Gans se fonde sur la véritable histoire de la bête, à l’origine d’une série d’attaques mortelles contre des humains, principalement dans l’ancien pays du Gévaudan, l’actuel département de la Lozère, entre le 30 juin 1764 et le 19 juin 1767. Loup, hybride de loup et de chien, tueur en série ou même loup-garou, la Bête, toujours non identifiée avec certitude, continue de susciter des débats passionnés.

http://www.historia.fr/content/television/article?id=27455




http://www.images-chapitre.com/ima3/original/773/1054773_3027446.jpgDe 1764 à 1767, une bête mystérieuse sème la terreur dans le Gévaudan et le sud de l'Auvergne, tuant plus de cent personnes, hommes, femmes et enfants.


Elle échappe à toutes les battues, déjoue tous les pièges. Quel était cet animal fabuleux ? Sous le mythe, se cachait-il de sadiques meurtriers ? L'envoyé spécial de Louis XV a-t-il trompé les notables et le peuple ? Michel Louis livre de cette affaire un récit passionnant : les attaques, les grandes chasses, les actions héroïques, les intrigues, les récompenses promises... Fondé sur des documents officiels, la tradition orale et les acquis de la zoologie moderne, cet ouvrage est le plus complet qui ait été écrit sur une des plus fameuses énigmes de notre histoire...

La bête du Gévaudan

 Michel Louis

Poche

Paru le : 19/08/2003

Editeur : Perrin

 Collection : Tempus


L'auteur en quelques mots ...


Passionné depuis toujours par les animaux sauvages et spécialement la bête du Gévaudan, Michel Louis est aujourd'hui directeur du parc zoologique qu'il a fondé à Amneville (Moselle).


Son regard de spécialiste des fauves éclaire d'un jour nouveau l'histoire de la célèbre bête.





http://www.decitre.fr/gi/91/9782844944191FS.gifBien des choses ont été écrites et publiées sur la Bête du Gévaudan, les deux textes de base étant ceux de l'abbé Pourcher et de l'abbé François Fabre.


Ce précieux ouvrage, complété et réédité à 500 exemplaires en 1930, faisant encore référence de nos jours et devenu introuvable, est reproduit fidèlement. Afin d'en faire un document incontournable, Jean Richard, qui travaille inlassablement depuis plus de trente ans sur la " bête " et à l'ouverture du musée qui lui est consacré à Saugues, a enrichi cette édition d'un complément historique, d'un tableau chronologique des victimes et surtout d'une bibliographie complète.


Il constitue ainsi une documentation irremplaçable sur la " bête " et les multiples hypothèses formulées à ce jour sur sa véritable nature. Ce livre est en outre illustré de gravures d'époque dont certaines ne figuraient pas dans l'édition de 1930. C'est donc un document exhaustif, tant du point de vue historique que documentaire ou bibliographique, qui est rassemblé pour la première fois.

La Bête du Gévaudan

François Fabre , Jean Richard

Broché

Paru le : 03/05/2006

Editeur : De Borée


L'auteur en quelques mots ...


L'abbé François Fabre est né à Saugues en 1854 et mort en 1932.


Très tôt, il s'adonne à la lecture de tout ce qu'il peut trouver à Saugues, dans les archives de la collégiale Saint-Médard, de l'hôpital Saint-Jacques et de la municipalité. Dès l'âge de 28 ans, il commence à publier des articles, puis une série d'ouvrages historiques sur la région. Passionné de photo, il s'intéresse à tout. Il consacre notamment un chapitre entier, dans Les Notes historiques sur Saugues, à la Bête du Gévaudan.


Déjà en 1889, l'abbé Pourcher avait édité le premier ouvrage historique sur celle-ci. Or François Fabre découvre, aux Archives de Clermont, une série de documents qui ont échappé à l'abbé. Il sera le premier à les publier en 1901. Rapidement épuisé, cet ouvrage fera l'objet d'une nouvelle édition de luxe proposée en 1930 par André Mellerio, avec un complément historique, une bibliographie et une notice iconographique très complets.


Ce livre reste la référence en la matière.

 

Commenter cet article