Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

http://lettres.histoire.free.fr/lhg/docs_histoire/Dessins%20presse%201886%201986/Dessin%20Presse%20France%20%201886_1986/1893%2023%20decembre%20Le%20Petit%20Journal%20La%20dynamite%20a%20la%20Chambre%20attentat%20anarchiste.jpgÀ la fin du XIXe siècle,elle se traduit par des assassinats politiques retentissants : le président Sadi Carnot, le roi d’Italie Humbert Ier, le président des États-Unis McKinley. Aucun pays n’est épargné. En France, le courant anarchiste puise son inspiration dans Proudhon tout en subissant fortement l’influence du philosophe Bakounine, professeur à Berlin, et de Kropotkine, le « théoricien n° 1 », le « prince de l’anarchie ».


Au départ, le mouvement offre un caractère intellectuel prononcé avec des hommes comme Jean Grave, Élisée Reclus, Sébastien Faure qui animent des petits groupes et des feuilles à très petit tirage comme la Revue libertaire ou le Père Peinard. L’anarchie apparaît alors comme la « négation du principe d’autorité dans l’organisation sociale et de toutes les contraintes qui procèdent des institutions basées sur ce principe ».En marge de ce courant idéaliste, une autre tendance ne tarde pas à se manifester, celle de l’action directe, de la « propagande par le fait ». Il s’agit de détruire la société par le terrorisme, à coups de « reprises individuelles ». Pendant deux ans, de 1892 à 1894, une poignée d’individus, les Ravachol, Henry, Liabeuf, Jacob font trembler la société française, faisant exploser des bombes, des « marmites infernales » dans les cages d’escalier, les cafés, les restaurants. Le mouvement connaît son apogée avec l’explosion, à la Chambre, d’une bombe jetée par Vaillant (9 décembre 1893) et surtout avec l’assassinat du président Carnot (24 juin 1894) par Caserio, garçon de vingt ans .

http://www.historia.fr/content/evenements/article?id=29215

 

 

 

http://www.decitre.fr/gi/72/9782753507272FS.gifDocument 2009 - Les questions posées ces dernières années aux historiens et aux journalistes par le développement de mouvements terroristes dans le monde (terrorisme islamiste dont l'organisation Al Qaïda est un porte-parole ; menace que semblent faire peser en France, aujourd'hui, des groupuscules d'ultra-gauche) ont conduit Vivien Bouhey à s'intéresser, à un siècle de distance, dans un monde qui est moins familier au lecteur contemporain, à un sujet qui n'a jusqu'alors fait l'objet d'aucune étude approfondie : le fonctionnement du mouvement anarchiste en France de 1880 à 1914, un mouvement qui, au nom d'un certain idéal, sema la terreur dans l'hexagone au début des années 1890 surtout.


Jusqu'à aujourd'hui, les historiens de la Troisième République ont en effet considéré que les anarchistes français des années 1880-1914, qui refusent obstinément toute autorité et toute hiérarchie, n'ont jamais pu s'organiser, et que donc, à l'époque des attentats sanglants des Vaillant, Émile Henry, Ravachol, Caserio et autres, ce qu'on appelle " mouvement anarchiste " n'est qu'une nébuleuse de petits groupes éphémères repliés sur eux-mêmes, qui réunissent des individus ayant des affinités les uns avec les autres et entre lesquels les journaux anarchistes, seuls, permettent la communication ; en conséquence, l'action anarchiste - même terroriste - résulterait le plus souvent de l'initiative d'individus isolés, de militants convaincus, qui, la plupart du temps, agiraient de façon spontanée.


Or Vivien Bouhey a pu montrer que les anarchistes sont bien plus organisés qu'on ne l'a dit, et que - pour utiliser un langage un peu anachronique -, c'est une vraie internationale terroriste qui, en France entre autres, engage une lutte à mort contre la République à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle. Il a pu reconstituer ces réseaux dans l'hexagone, des réseaux qui trouvent des prolongements en Espagne, en Grande-Bretagne, en Suisse, en Allemagne, et suivre au jour le jour la vie de certains groupes.


Il a également pu mettre en lumière les circuits de financement du mouvement et proposer une relecture de l'action engagée par ces " compagnons qui obéissent à un " code d'honneur " anarchiste et font trembler la République sur ses bases au moment de l'affaire Dreyfus, de l'affaire Boulanger, du scandale de Panama et de l'entrée de la France dans la Première Guerre mondiale.

 

Les Anarchistes contre la République -

Contribution à l'histoire des réseaux sous la Troisième République (1880-1914)

Vivien Bouhey

Philippe Levillain (Préfacier)

Broché

Paru le : 08/01/2009

Éditeur : PU Rennes

Collection : Histoire


 

L'auteur en quelques mots ...

 

Vivien Bouhey est docteur en histoire contemporaine.


Il enseigne l'histoire et la géographie au lycée Saint-Louis de Gonzague à Paris et assure les cours d'histoire contemporaine en Prépa. Sciences Po. d'été au lycée Lakanal (désormais au lycée d'État de la Légion d'honneur).

 

 

Liens utiles sur le blog

 


Amis de la police … Communication de l'historien j.M.Berlière

Amis de la police … Communication de l'historien j.M.Berlière

article - 14/03/09 - qui sied mal à l’historien, vous trouverez ci-dessous quelques publications ou nouvelles dont je suis certain qu’elles intéresseront les curieux de la chose, de la gent et de la…

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-29008212.html



Les anarchistes contre la république…

Les anarchistes contre la république…

article - 17/03/09 - les anarchistes contre la république… - Vivien Bouhey, les anarchistes contre la république. Contribution à l’histoire des réseaux sous la IIIe république (1880-1914), PUR,…

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-29144781.html


Plutôt la mort que l'injustice : au temps des procès anarchistes

Plutôt la mort que l'injustice : au temps des procès anarchistes

article - 10/12/09 - Plutôt la mort que l'injustice : Au temps des procès anarchistes - " Qu'était-ce donc que l'anarchie ? Une vision complète de la société, de son histoire, des forces qui la…

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-plutot-la-mort-que-l-injustice-au-temps-des-proces-anarchistes-40918139.html


Un anarchiste nommé santo ironimo caserio

Un anarchiste nommé santo ironimo caserio

article - 17/07/09 - - Le 24 juin 1894, l'anarchiste italien Caserio assassinait à Lyon, le président de la république française Sadi Carnot. À travers le coup de couteau de Caserio, ce sont deux…

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-33937431.html



Boom ! Boom ! … Vive le son de l'explosion !

Boom ! Boom ! … Vive le son de l'explosion !

article - 18/07/09 - la mémoire courte, et l’image des deux avions s’écrasant le 11 septembre 2001 sur les deux tours du World Trade Center effacent, oblitèrent le passé par leur puissance. A…

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-33949353.html


Les anarchistes et la république, 1880-1914

article - 24/05/09 - les anarchistes et la république, 1880-1914 - De la fin du XIXe siècle à nos jours, le mouvement anarchiste n’a cessé d’alimenter les fantasmes sur l’existence d’une…



Juger les crimes d'etat à travers l'histoire …

Juger les crimes d'etat à travers l'histoire …

article - 07/09/09 - Juger les crimes d'Etat à travers l'Histoire … - Chefs d'inculpation, juridictions, procédures, peines prévues. Comment juge-t-on les crimes d'Etat ? Réponses. …

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-35785535.html

Commenter cet article