Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

http://3.bp.blogspot.com/-EUERnzTa6t0/UGCIYT5p_9I/AAAAAAAAFZY/2qE9tVIAIG0/s1600/la_cristaine_rogier_christine2.jpgOn la surnomme La Cristaine. « À 43 ans, écrit-elle, lorsque l'indicible passé a refait surface, j'ai ressenti l'envie de défroisser ce que mon métier de flic a laissé en friche, comme on met une terre en jachère. » La Cristaine est officier de police. Capitaine. Elle raconte son métier de flic - «Vingt ans à voir les commissariats, ces dégueuloirs de la misère humaine, vingt ans dans la police, vingt ans sur la voie publique et dans les commissariats, vingt ans d'un quotidien trop souvent difficile à gérer, à digérer.» Sa vie de flic mais aussi sa vie de femme, celle d'une mère célibataire avec tout ce que cela suppose de solitude et de combats dont on ne connaît jamais l'issue.


Voici un texte empreint d'une grande sincérité grâce à un style intimiste et vif, associé à un souci permanent de remonter à l'origine de soi-même. «J'ai été dix ans gardien de la paix, à Paris, la trépidante, cette tarentule aux sauts incessants et carnassiers. Dix années à conjuguer vie de famille monoparentale et boulot d'horaires et d'horreurs décalés.»


La Cristaine nous invite à la suivre et à fermer avec elle la parenthèse. Mais la referme-t-on jamais ?


  • Les courts extraits de livres : 06/10/2012

 

 

CONVOCATION À COMPARAÎTRE

Les enfants de Bertillon sont sans parole, verrouillés de l'intérieur. Ils n'ont rien à dire, ils sont interdits... muselés par le devoir de réserve et la cruauté du quotidien. C'est peut-être pour ça qu'ils écrivent.

Un jour, j'ai chopé le virus de G. C'était en 2005, octobre 2005 ; envie de tout abandonner, arracher le grappin qui me retient à ma terre porteuse. Ça s'appelle «lever l'ancre». Moi, au lieu de lever cette ancre-là, j'ai décidé de coucher l'autre - l'encre - sur le papier. Une vie en bleu, fluide. C'était comme quitter le trou de mes vingt ans de carrière, une longue apnée pour découvrir une inconnue. Coucher les mots de ses maux sur une surface plane, jusqu'à l'abandon, c'était concrétiser ce qui m'a tenue toute mon existence ; sans que je sache réellement ce dont j'avais besoin ou envie. Un mouvement de pendule, comme sur les balançoires de mon enfance, jusqu'à la reprise normale du cours des choses. Timidement, je me suis mise à écrire et me suis aperçue que je m'y étais toujours refusée. Pourtant, cela semble une fonction naturelle. À 43 ans, lorsque l'indicible passé a refait surface, j'ai ressenti l'envie de défroisser ce que mon métier de flic a laissé en friche, comme on met une terre en jachère.

J'ai remonté mon temps, celui de mes débuts, de l'enfance au métier, pour mieux rebondir comme une balle, étoffer ma pensée et envisager l'avenir. Il m'a fallu écrire pour décortiquer mon existence, séparer l'être de la fonction, éviter la confusion. On croit écrire facilement des choses vécues comme exceptionnelles. On imagine sa vie extraordinaire. Et elle l'est, en vérité, parce que c'est la sienne, et que personne d'autre ne la vivra à votre place. Exceptionnelle et irremplaçable comme celle de chacun. On croit, comme à 20 ans, que le monde vous attend et qu'on va vivre un truc épatant.

Quelle erreur ! D'abord parce que l'écriture vous dépouille et qu'on n'écrit pas seulement pour soi. Enfin, je crois. Au début, le glissement de la plume sur le papier produit comme le frôlement d'une bretelle de soie glissant sur une épaule. Et puis, ça donne vite l'impression d'un velcro sur de la fibre. Ânerie funèbre, ensuite, parce que personne ne vous attend ; le monde n'attend personne. Des parents peut-être, comme un cadeau de la vie à l'amour. Se raconter, tenter de comprendre qui on est, d'où l'on vient, c'est un peu comme éplucher un oignon : ça finit toujours par faire chialer. Mais pour moi, ce besoin est devenu impérieux, parce que mon taf n'est plus assez créatif. Pourtant, c'est un boulot épatant. Et puis, avec le métier de flic, on a tout intérêt à faire le point régulièrement, savoir où on se situe : ni trop à l'est, ni trop à l'ouest ; sur le droit fil.

(...)

 

La Cristaine : Journal d'une fliquette

Auteur : Christine Rogier

Date de saisie : 06/10/2012

Genre : Biographies, mémoires, correspondances...

Editeur : Jacob-Duvernet, Paris, France

 

 

Lechoixdeslibraires.com a été créé par Jean Morzadec et son équipe, afin de rendre hommage à la compétence des libraires, qui sont les ambassadeurs du livre.

De nombreux libraires ont ensuite demandé à ce que le site devienne le grand portail de l’actualité du livre.

Lechoixdeslibraires.com a donc deux vocations principales : valoriser les choix, les recommandations des libraires, et permettre aux éditeurs et auteurs de mieux communiquer avec les libraires.

C’est une mission exaltante.

Jean Morzadec a travaillé plus de trente ans à France Inter, dont il fut directeur des programmes de 1999 à 2005, sous la présidence de Jean-Marie Cavada. Il se consacre aujourd’hui, avec passion, au développement de sites culturels dédiés particulièrement à l’amour des livres.


 

 

La Cristaine, de Christine Rogier

 


 

Christine Rogier a publié son tout premier roman, Mercredeuils, trois flics face au destin, aux éditions AO à la mi-2011. En cette rentrée littéraire, voici que sort dans quelques jours La Cristaine, aux éditions Jacob-Duvernet. Les éditions AO sont heureuses de vous annoncer qu'une auteure qu'ils ont contribué à faire découvrir poursuive ainsi sa “route” d'écrivain (tout comme Jean-Henri Maisonneuve, dont nous avons chroniqué Vie Oxymore récemment).

La Cristaine est un témoignage. Nous ne sommes plus dans la fiction, mais dans la réalité la plus intime. Comment devient-on gardien de la paix, de surcroît quand on est une femme et que les affiches de recrutement proclament “un métier d'homme” ? Le livre tente de nous apporter des éléments de réponses, et c'est passionnant.


Le sous-titre, de ce point de vue, est réducteur. Plus que du “journal d'une fliquette”, il s'agit bien de la “genèse” d'une femme-flic. Le récit remonte en effet aux sources de l'enfance, et même plus loin dans le temps, dans la généalogie et ses influences décisives.

Christine Rogier a forgé son style d'écriture au fur et à mesure des années. Avec La Cristaine, nous sommes aux antipodes du récit factuel, et encore plus du style plat à l'anglo-saxonne ! C'est au contraire une avalanche d'images, de métaphores, de formules percutantes, un texte extrêmement dense en émotions, au vocabulaire riche, aux mots choisis avec délectation et rigueur en même temps. Des anecdotes ? Oui, on en trouve, mais magnifiées par leur description, sélectionnées avec parcimonie, principalement pour leur force symbolique. Comme le premier décès d'une femme-flic, annoncé pendant que Christine Rogier suivait son stage de formation initiale…

L'auteure clôt le livre sur un “fermez la parenthèse” ressemblant à une exhortation, presque un ordre ! Probablement parce que, comme elle le disait au tout début, “Se raconter, tenter de comprendre qui l'on est, d'où l'on vient, c'est un peu comme éplucher un oignon : ça finit toujours par faire chialer.” Juste après, non sans humour, la “Cristaine” n'hésite pas à reprendre une question tirée de l'Évangile : “Et vous, qui dites-vous que je suis ?” Il n'est pas certain que nous disposions de la réponse exacte – et c'est tout l'intérêt de ce texte de conserver sa part de mystère…

À la lecture de ce témoignage, on saisit encore mieux les raisons qui ont poussé l'auteure à écrire l'histoire de Mercredeuils, et surtout à lui donner cette tonalité à la fois sombre et lumineuse, renforcée par cette façon d'écrire bien à elle, qui nous avait tant plu à la lecture du manuscrit. La biographie et la fiction sont comme un miroir que l'on pourrait retourner pour découvrir de nouveaux reflets…

Mais, à propos, que signifie “La Cristaine” ? C'est le concentré de Christine (sans H, vous saurez pourquoi en le lisant) et de… capitaine (de gardiens de la paix). Voici comment cette auteure a choisi son surnom.

La Cristaine, journal d'une fliquette, éditions Jacob-Duvernet, sortie le 27 septembre 2012, 248 pages, 19,90 € - ISBN 978-2-847244-10-6. Pour consulter la fiche sur le site de l'éditeur, saisir le titre dans le champ de recherche (le lien direct n'affiche pas le cadre d'ensemble).

 

 

"Extrait du blog des éditions AO" pointant sur : 

 

http://ao-editions.blogspot.fr/2012/09/la-cristaine-de-christine-rogier.html

Commenter cet article