Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

http://www.decitre.fr/gi/98/9782706115998FS.gifDocument 04/08/2010- La Féminisation des effectifs chirurgicaux - Entre 1988 et 2008, le nombre de médecins femmes a augmenté de 159 %. Les amphithéâtres de première année comptent actuellement 65 % de femmes. Nombre d'entre elles se destinent ou se destineront à la chirurgie. Cette féminisation massive des professions chirurgicales pose de nombreuses questions, qu'il est nécessaire d'aborder, entre autres, sous des aspects historique, démographique, sociologique et politique.

Dans le milieu chirurgical, quelles modifications apportent les femmes aux méthodes de travail ? En quoi changent-elles les relations avec les patients et les équipes médicales ? Quelle organisation du travail désirent-elles ? Cette nouvelle organisation risque-t-elle de provoquer un manque de chirurgiens ? En quoi bouleverse-t-elle les façons d'exercer la chirurgie, et comment, dès lors, envisager son métier de chirurgien, que l'on soit homme ou femme ?


Pour anticiper ces changements, les pistes à explorer sont multiples. Seule leur exploitation conjointe semble pouvoir éviter des conséquences notables sur l'égalité d'accès et la continuité des soins dans les hôpitaux publics. En effet, même si des diagnostics sont posés de façon cohérente et des traitements mis en place, cette réflexion est indispensable.


François Moutet est chirurgien de la main, responsable de l'unité de chirurgie réparatrice de la main et des brûlés et du SOS main Grenoble, au CHU de Grenoble. Il est professeur de chirurgie plastique, réparatrice et esthétique à l'université Joseph Fourier de Grenoble.

 

  • Les courts extraits de livres : 04/08/2010

 

Extrait de l'introduction - « Parmi les critères dont la tradition occidentale s'est servie pour marquer la distance qui sépare la sauvagerie de la barbarie, et celle-ci de la civilisation, la vie sexuelle et la place des femmes ont toujours occupé une place de choix. » E. E. Evans-Pritchard (1971)

Si les femmes constituent aujourd'hui environ 23 % des effectifs chirurgicaux, de nombreuses prévisions et la présence massive des jeunes filles durant les premières années des études de médecine laissent entrevoir pour les années à venir l'arrivée de nombreuses femmes chirurgiens dans la vie active.

Il faut actuellement 12 à 14 ans d'études après le baccalauréat pour former un chirurgien (figure 1). La lisibilité des variations de population sur un cursus aussi long avec des réformes qui s'empilent, s'additionnent et parfois se contredisent durant cette période, n'est pas des plus simples. S'ajoute encore l'impact d'éventuels revirements des politiques de santé publique et de changements de comportements de la population. Il faut, pour appréhender globalement la féminisation des effectifs chirurgicaux, interroger la parcellisation de savoirs spécialisés. Les solutions pour gérer cette nouvelle situation à venir ne sont évidemment pas uniquement numériques, et anticiper la féminisation de la chirurgie, c'est d'abord la comprendre.

Mais le problème de la féminisation des effectifs chirurgicaux est-il une vraie «fausse question» ? Les mœurs, l'investissement au travail changent. «On ne peut sans doute pas penser la question des sexes si on l'isole pour en faire une question en soi» et il ne faut pas oublier que l'émergence des catégories universelles d'homme et de femme est indissociable de la notion moderne d'individu, « être autarcique, ne tenant que de ses caractères internes, de raison et de sexe, tout ce qui le fait être et agir » (Théry, 2007). Toute une génération élevée dans une société moderne fondée sur l'individualisme et le développement personnel participe aux changements des pratiques médicales.

En France, la gestion de cette féminisation est différente de celle mise en place dans les pays anglo-saxons, et la prise en compte de la dimension sexuée de la vie sociale dans l'analyse des faits de société se révèle toujours plus douloureuse et problématique.

Ni effet de mode, ni choix de circonstance, la féminisation des effectifs chirurgicaux est dans les esprits depuis des années sans avoir jusqu'à présent provoqué de réactions notables. Quel est le problème et quelle est la véritable question qu'il sous-tend ? La réflexion s'articule autour de quatre termes : un constat, une inquiétude, une réflexion et une interrogation.

La féminisation des effectifs chirurgicaux

Auteur : François Moutet

Préface : Didier Tabuteau

Date de saisie : 29/07/2010

Genre : Médecine, Santé

Éditeur : PUG, Saint-Martin-d'Hères, France

Collection : Libres cours


 

Le courrier des auteurs : 04/08/2010

 

1) Qui êtes-vous ? !


Un chirurgien de la main et des brûlés, responsable depuis près de 25 ans d'un SOS main au CHU de Grenoble (cf 4ème de couverture)

2) Quel est le thème central de ce livre ?


Les conséquences potentielles et réelles de la féminisation des effectifs chirurgicaux en général et dans l'hôpital public en particulier.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?


Les femmes sont depuis des années plus de 65% dans les amphithéâtres de premières années entrainant une féminisation massive des professions chirurgicales et donc une façon nouvelle de les appréhender et de les gérer.

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?


En étant prétentieux une symphonie ou un opéra, de par son découpage en une ouverture cinq mouvements et une conclusion.


Plus simplement un petit air, une ritournelle qui reste en tête pour un problème soulevé à de nombreuses reprises...

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?


La prise de conscience que les choses (comportement, rapport avec les patients, les spécialités, le travail, le mode d'exercice etc.) changent dans, ce domaine aussi, du fait d'une féminisation globale de la société. «La croyance que rien ne change provient soit d'une mauvaise vue, soit d'une mauvaise foi. La première se corrige, la seconde se combat. (Nietzche)

 

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/34/Jean_Morzadec_photographi%C3%A9_par_Oleksandra_Yaromova.jpg/220px-Jean_Morzadec_photographi%C3%A9_par_Oleksandra_Yaromova.jpgLechoixdeslibraires.com a été créé par Jean Morzadec et son équipe, afin de rendre hommage à la compétence des libraires, qui sont les ambassadeurs du livre.

De nombreux libraires ont ensuite demandé à ce que le site devienne le grand portail de l’actualité du livre.

Lechoixdeslibraires.com a donc deux vocations principales : valoriser les choix, les recommandations des libraires, et permettre aux éditeurs et auteurs de mieux communiquer avec les libraires.

C’est une mission exaltante.

Jean Morzadec a travaillé plus de trente ans à France Inter, dont il fut directeur des programmes de 1999 à 2005, sous la présidence de Jean-Marie Cavada. Il se consacre aujourd’hui, avec passion, au développement de sites culturels dédiés particulièrement à l’amour des livres.

Commenter cet article