Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

http://www.laprocure.com/cache/couvertures/9782812604058.jpgDocument 23/10/2012 - L'acteur travesti vient du fond des âges. Il apparaît très tôt, dans toutes les cultures. Parce que l'homme a interdit l'espace public à la femme, il a été amené historiquement, en Occident comme en Orient, à prendre sa place. Telle est en effet la domination masculine, telle est l'appropriation par l'homme du corps de la femme, qu'il ne tolère pas qu'elle puisse se déplacer librement Aux femmes, le harem, le gynécée, le couvent, aux hommes, la guerre, la parole publique, le pouvoir, le contrôle sur la descendance et, par suite, sur le patrimoine. Ce livre puise à des exemples particulièrement représentatifs au fil des siècles et des continents pour interroger les mécanismes de cette éviction et de cette sublimation, jusqu'à son renversement par une revendication transgenre généralisée dont le monde du spectacle vivant est, avec celui de la mode, l'une des pointes avancées. Par sa diversité et sa richesse iconographique, cet ouvrage interroge la société à travers les mondes de l'art et du spectacle, plaçant le genre comme question primordiale dans l'humanité.

Chantal Aubry - Journaliste et écrivain, Chantal Aubry a exercé plusieurs fonctions dans l'édition et dans la presse. Successivement responsable à partir de 1987 du service culture au quotidien La Croix puis grand reporter à partir de 1994 dans le même journal, elle a mené parallèlement une activité de critique de danse, de 1981 à 2001, qui l'a amenée à publier dans divers supports [Libération, L'Événement du Jeudi, Révolution, Les Lettres françaises) ainsi que dans la presse spécialisée (Pour la danse) et les revues d'art (Art vivant, Art Press). Parmi ses publications, Dominique Bagouet, une biographie (éd. Bernard Coutaz, 1989) et Yano, un artiste japonais à Paris (Centre national de la Danse, 2008).


  • Les courts extraits de livres : 23/10/2012

 

 

Extrait de l'introduction - De la nécessité de l'acteur travesti


Le travestissement, soit le changement de genre par l'habit, traverse l'histoire de l'humanité pratiquement depuis les origines, mais il revêt des significations différentes selon les époques et les civilisations. Dans certaines cultures, il n'est pas nécessairement associé à la hiérarchie des sexes. Dans d'autres, particulièrement celles où le clivage masculin-féminin s'exprime par la domination masculine et l'appropriation par l'homme du corps de la femme, il est lié à l'interdiction faite à celle-ci d'user librement de l'espace public. On peut même considérer, avec la grande anthropologue Françoise Héritier, cette situation d'infériorité et de contrainte des femmes comme étant pratiquement universelle. Aux hommes, la guerre, la parole publique, le pouvoir politique, le contrôle sur la descendance et sur le patrimoine. Aux femmes, la reproduction de l'espèce et l'assignation à résidence - harem, gynécée, voile, couvent, effacement (en tout genre). Quant à celles qui, de siècle en siècle, oseront s'aventurer au dehors, elles seront partout considérées comme des débauchées. Pour sortir décemment, la femme devra toujours être accompagnée. Si le phénomène s'observe à des degrés divers dans presque toutes les sociétés humaines, il est particulièrement flagrant dans les sociétés désignées par les ethnologues comme patriarcales, soit celles du pourtour méditerranéen, du Moyen-Orient, de l'Inde, de la Chine et du Japon. Avec toujours, à la base, le même argument, à savoir : empêcher le dévergondage et la prostitution auxquels sont immanquablement vouées les femmes qui s'exposent publiquement. Ce qui entraînera pour la femme la nécessité de se travestir quand elle désirera s'introduire, seule, dans le vaste monde. Et pour l'homme, celle de se travestir afin de figurer la femme chaque fois que le besoin de la représenter se manifestera, d'abord dans le rituel, puis dans le théâtre.

L'acteur travesti

Dans les rituels animistes, le prêtre peut se travestir pour incarner la déesse. Dans le théâtre gréco-romain, c'est l'homme masqué lui-même féminisé en tant qu'acteur qui figure la femme. Le passage du polythéisme au monothéisme et la formation de l'Occident chrétien vont compliquer les choses. Avec l'apparition des interdits visant notamment l'homosexualité et le travestissement, l'homme ou la femme qui se travestissent seront désormais poursuivis en vertu de l'article 22 :5 du Deutéronome, dernier livre de la Torah. Le travestissement ne sera toléré que pour l'officiant, et plus tard pour l'acteur, soit partout où la femme ne peut apparaître en public - cérémonies, liturgie médiévale, enfin scène théâtrale. Mais, toujours ressenti comme «abaissant», toujours critiqué, il sera sévèrement contrôlé, jusqu'à être considéré comme «pathologique» et réprimé au même titre que l'homosexualité, le rôle occupé par l'acteur travesti se déplaçant presque toujours sur sa personne. Sauf à être pratiqué par les gens de Cour et les privilégiés de la fortune, et à échapper alors à toute répression - sinon à toute critique. Dans le monde du théâtre européen, l'interdiction frappant les femmes en tant qu'actrices perdure jusqu'au XVIIe siècle. Au moment même où, coïncidence, elle commence au Japon et en Chine. Alors que l'acteur travesti est regardé avec méfiance ou ridiculisé en Occident, l'onnagata et l'acteur dan de l'opéra chinois apparaissent au contraire comme l'illustration accomplie d'un interdit qui fait naître un art à part entière.


C'est à partir de ce double constat - éviction/sublimation - envisagé dans son déroulement historique et puisé dans un certain nombre d'exemples particulièrement représentatifs au fil des siècles et des continents qu'est conçu cet ouvrage. Il passe par l'opéra chinois, par le kabuki japonais, par la danse chakri du Rajasthan, par la danse chhau de Seraikella, par la danse gotipua de l'Orissa, ou par les rituels travestis des nat-kadaws birmans. Il passe par Shakespeare et le théâtre élisabéthain, par le théâtre baroque, par le ballet de Cour, par l'Italie des castrats, par Marivaux, par l'opéra. Et il traverse immanquablement la problématique du travesti féminin au théâtre, qui apparaît en Europe dès que les actrices sont autorisées à monter sur scène. Effet miroir dans lequel l'un joue l'autre et réciproquement, et qui évolue, à partir du XVIIIe siècle jusqu'à l'échange systématique, et systématiquement troublant, des habits.


La femme et le travesti

Auteur : Chantal Aubry

Date de saisie : 23/10/2012

Genre : Sociologie, Société

Editeur : Rouergue, Arles, France

 

 

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/34/Jean_Morzadec_photographi%C3%A9_par_Oleksandra_Yaromova.jpg/220px-Jean_Morzadec_photographi%C3%A9_par_Oleksandra_Yaromova.jpgLechoixdeslibraires.com a été créé par Jean Morzadec et son équipe, afin de rendre hommage à la compétence des libraires, qui sont les ambassadeurs du livre.

De nombreux libraires ont ensuite demandé à ce que le site devienne le grand portail de l’actualité du livre.

Lechoixdeslibraires.com a donc deux vocations principales : valoriser les choix, les recommandations des libraires, et permettre aux éditeurs et auteurs de mieux communiquer avec les libraires.

C’est une mission exaltante.

Jean Morzadec a travaillé plus de trente ans à France Inter, dont il fut directeur des programmes de 1999 à 2005, sous la présidence de Jean-Marie Cavada. Il se consacre aujourd’hui, avec passion, au développement de sites culturels dédiés particulièrement à l’amour des livres.

 

Commenter cet article