Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/2/6/9/9782749300962.jpgDès les premières planches, nous sommes séduits par la gouaille des héros. Le graphisme se marie parfaitement à l'atmosphère générale de ce qui reste avant tout une histoire d'hommes, de copains. Pas très loin de Audiard, Izzo et de Philippe Claudel. 

Francis, libraire BD à la Fnac Amiens

Avis de la Fnac : La grippe coloniale, T1 - Le retour d'Ulysse

31 mars 1919. À bord du Madona, des Réunionnais héros de la Grande Guerre s’apprêtent à retrouver leur île natale. Persuadés d’être accueillis en héros, plein d’enthousiasme et d’illusions, ils s’imaginent que leur quotidien va changer. Comme si la guerre avait redistribué les cartes du jeu social … En réalité, la vie reprend son cours. Avec les mêmes hiérarchies sociales et les mêmes injustices. Quatre copains vont en faire l’amère expérience.


Pendant le conflit, Voltaire était « tirailleur sénégalais parce qu’il était noir, adjudant parce qu’il était citoyen français ». La paix revenue, il constate qu’il est surtout perçu comme un Noir par les habitants de l’île… Camille, aristocrate créole, fait désormais partie des « gueules cassées », à jamais défiguré par les obus ottomans. À son mariage avec Emma, jeune fille de bonne famille, il préfère les délices de l’oubli que procure l’opium, qui rend « les choses plus belles ». Grondin, surnommé Baraka « parce que les balles chleues l’évitaient », est le costaud de la bande. Quant à Evariste, le narrateur, il est le quatrième lascar de ce groupe de copains désabusés, mais qui n’ont pas pour autant – à l’exception de Camille – perdu le goût de la vie. Leur retour leur fait renoncer à pas mal d’illusions sur la nature humaine. Mais l’arrivée de l’épidémie de grippe espagnole – une sorte de SRAS de l’époque, responsable, selon certaines estimations, de quelque 20 000 décès sur les 150 000 habitants de la Réunion – va venir bouleverser la vie quotidienne et provoquer un gigantesque exode ...


Premier album enthousiasmant, La Grippe coloniale porte un regard sociologique très instructif sur les réalités coloniales de la Réunion. Les deux auteurs connaissent bien leur sujet : ils sont les fondateurs du journal de bande dessinée Le Cri du Margouillat, devenu jusqu’à sa disparition en 2002 Le Margouillat, magazine culturel traitant de l’actualité culturelle et politique de l’île. Ils dissèquent les mécanismes sociaux en vigueur à l’époque, sans jamais se départir d’un humour réjouissant, à l’image des mésaventures sentimentales de leurs personnages.


Récompensé par le prix de la Critique, décerné par l’association des critiques de bande dessinée, cet album est l’une des bonnes surprises de l’année 2003. Le dessin évoque par endroits le style de Christophe Blain, l’auteur d’Isaac le Pirate, pour la spontanéité du trait et les trognes inoubliables de certains personnages. Et la mise en couleurs subtile et chaleureuse de Tehem (l’auteur de Malika Secouss) est un vrai régal pour les yeux. Entre drame et cocasserie, cette grippe coloniale devrait contaminer plus d’un lecteur !


« Moi je vous emmerde. C'est pas un fantasme de pauvre cafre. Cette fille-là, c'est un ange. Je l'aime et merde à la colonie !  »


Le Mot de l'éditeur : La grippe coloniale, T1 - Le retour d'Ulysse

En mars 1919, les derniers soldats de la Grande Guerre rentrent à la Réunion où ils sont accueillis en héros. Mais le retour dans la vieille colonie n'est pas aussi joyeux qu'on peut l'espérer : les soldats ont changé durant la guerre, ils sont infirmes, révoltés, désabusés, et portent un regard amer sur une île qui a évolué sans eux. Evariste Hoarau et quelques autres démobilisés essaient tant bien que mal de retrouver une place dans une société où les tensions sociales et raciales sont vives, tandis qu'un mal foudroyant frappe la colonie : la grippe espagnole emmenée par le navire des soldats ...

La Grippe Coloniale est une nouvelle série saisissante de la collection Equinoxe, associant les qualités d'être à la fois humoristique et tragique, drôle et sombre. Evoquant parfois le Christophe Blain d' Isaac le Pirate tout en possédant son originalité et ses caractéristiques propres, Le Retour d'Ulysse s'annonce déjà comme un album intense et marquant. A ne pas manquer


La grippe coloniale , T1 Le retour d'Ulysse Huo-Chao-Si, Appollo 

  • Bande dessinée (cartonné). Paru en 10/2003

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article