Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41JenBhxQVL._SL500_AA300_.jpgDocument 14/11/2012 - Ils vivaient à Milan. Jeunes, révoltés, marginaux, ils n'avaient pas d'autre projet politique que la « vengeance prolétaire ». En quatorze mois, entre avril 1978 et juin 1979, ils ont exécuté quatre personnes et fait quatre blessés graves. Ces vengeurs ont pour la plupart purgé leurs peines, à l'exception de quelques-uns. Après son incarcération en France, puis sa fuite en 2004, Cesare Battisti - condamné à perpétuité - a finalement obtenu l'asile politique au Brésil, en 2011. Coupable parmi d'autres, il est devenu l'exemple du coupable.


Riche de nombreuses pièces d'instruction, ce livre est la première contre-enquête sur l'affaire. Il reprend un à un les faits, retrace l'histoire, criminelle tout autant que politique, de ces «Prolétaires armés». Repentis, «dissociés» ou simples condamnés, leur mémoire reste, bien loin des légendes romantiques, marquée par le plomb, la mort et la culpabilité.


Une culpabilité qui n'a pas échappé aux autorités françaises. Selon des documents officiels présentés dans ce livre, Cesare Battisti a été formellement exclu en 1983 du bénéfice de la «doctrine Mitterrand» en raison des crimes qui lui étaient reprochés. Véritable secret d'État, la politique d'accueil des réfugiés des années de plomb a été discrétionnaire et inégalitaire. Certains fugitifs, auteurs directs d'attentats, ont été refoulés secrètement, comme Battisti, quand d'autres étaient admis au séjour par la justice. Aujourd'hui, les États européens sont unis dans l'action antiterroriste. Et les soldats perdus du communisme ne passent plus pour des héros. C'est pour cela peut-être que Cesare Battisti plaide aujourd'hui l'innocence.

Karl Laske est journaliste à Mediapart. Il écrit ici son huitième livre après le très remarqué Le vrai Canard (Stock, 2008).


  • Les courts extraits de livres : 14/11/2012

 

 

Le malentendu - Ils vivaient à Milan. Jeunes, révoltés, marginaux, ils n'avaient pas d'autre projet politique que la «vengeance prolétaire». Arrivés au bout de ce chemin, ils ont appliqué la peine de mort. Entre les mois d'avril 1978 et juin 1979, le groupe des Prolétaires armés pour le communisme (PAC) a exécuté quatre personnes, et commis une dizaine d'attentats, faisant quatre blessés graves.


Arrêtés et condamnés, les Prolétaires armés ont pour la plupart purgé leurs peines. Quelques-uns seulement restent encore en fuite. Parmi eux, Cesare Battisti, né le 18 décembre 1954 à Latina, près de Rome, âgé de 25 ans au moment des faits. Jeune droit-commun recruté en prison par l'un des fondateurs du groupe, il est impliqué dans toutes les actions les plus graves. Condamné à la réclusion à perpétuité comme l'auteur de deux des quatre meurtres, le complice et le commanditaire des deux autres, Battisti est un homme libre depuis un an. Après avoir été clandestin en France, puis au Mexique, régularisé en France, puis une nouvelle fois en fuite, c'est finalement le Brésil qui lui a accordé le bénéfice de l'asile politique, après quatre ans passés en prison. Le Président brésilien Luiz Inácio Lula da Silva a décidé, le dernier jour de son mandat, le 31 décembre 2010, de ne pas l'extrader vers l'Italie.


À moins qu'il ne tente une sortie vers un autre territoire, il est désormais à l'abri.


Pourtant l'affaire Battisti n'est pas close. L'État italien continue d'exiger son extradition pour l'exécution de sa peine. Début 2011, des représentants des principaux partis se sont rendus en signe de protestation devant l'ambassade du Brésil à Rome : le Peuple de la liberté (PDL, berlusconien) durant la matinée, puis, vers 17 heures, le Parti démocrate (PD, gauche) et l'Italie des valeurs (l'IDV, fondé par l'ancien juge Di Pietro) suivis par le reste de la droite, à 18 heures. La même unanimité avait prévalu au Parlement italien, deux ans plus tôt, le 29 janvier 2009, lors du vote d'une motion unitaire réclamant «l'extradition immédiate» de Battisti. Durant la présentation de ce texte, un parlementaire de gauche, fils d'un juriste assassiné par les Brigades rouges (BR) en 1980, soulignehttp://ecx.images-amazon.com/images/I/41JenBhxQVL._SL500_AA300_.jpg qu'il lui semble «inacceptable» que Battisti puisse se présenter lui aussi comme une « victime », même d'une persécution politique.


Rompant avec le discours des responsables gouvernementaux berlusconiens, le président de la République italienne, Giorgio Napolitano, a fait en 2011 l'aveu d'un échec : «Nous n'avons pas réussi à faire comprendre aux pays amis, proches ou lointains, ce qu'avait signifié pour nous cette histoire du terrorisme, et quelle force extraordinaire il avait fallu pour le vaincre.


Plus de trente ans après les faits, l'affaire Battisti appartient désormais à cette « histoire » du terrorisme. L'une des incompréhensions persistantes - que n'a pas évoquée Napolitano - tient notamment au fait que l'Italie n'a pas choisi la voie de l'amnistie pour clore les « années de plomb », lui préférant des mécanismes de réduction de peine. Sans jamais officialiser l'effacement. C'est que le phénomène brigadiste, après avoir été massif, a refait surface, ponctuellement mais régulièrement, à travers de nouvelles générations de clandestins, jusqu'en 2007. Le dernier mort de la dernière résurgence remonte à 2002 seulement.


 

La mémoire du plomb

Auteur : Karl Laske

Date de saisie : 14/11/2012

Genre : Documents Essais d'actualité

Editeur : Stock, Paris, France

 

 

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/34/Jean_Morzadec_photographi%C3%A9_par_Oleksandra_Yaromova.jpg/220px-Jean_Morzadec_photographi%C3%A9_par_Oleksandra_Yaromova.jpgLechoixdeslibraires.com a été créé par Jean Morzadec et son équipe, afin de rendre hommage à la compétence des libraires, qui sont les ambassadeurs du livre.

De nombreux libraires ont ensuite demandé à ce que le site devienne le grand portail de l’actualité du livre.

Lechoixdeslibraires.com a donc deux vocations principales : valoriser les choix, les recommandations des libraires, et permettre aux éditeurs et auteurs de mieux communiquer avec les libraires.

C’est une mission exaltante.

Jean Morzadec a travaillé plus de trente ans à France Inter, dont il fut directeur des programmes de 1999 à 2005, sous la présidence de Jean-Marie Cavada. Il se consacre aujourd’hui, avec passion, au développement de sites culturels dédiés particulièrement à l’amour des livres.

 

  1. Cesare Battisti - Vidéo Dailymotion

    ► 4:51► 4:51
    www.dailymotion.com/video/x2gaii_cesare-battisti_ne...3 juil. 2007 - 5 min
    Cesare Battisti présente son livre Dernières cartouches". Document INA - Emission littéraire "Qu'est-ce qu'elle ...
  2. Fred Vargas "La vérité sur Cesare Battisti" - Vidéo Dailymotion

    ► 11:40► 11:40
    www.dailymotion.com/video/xf98l3_fred-vargas-la-v...18 oct. 2010 - 12 min
    En présence de Laurent BAFFIE, Chahdortt DJAVANN, Serge RAFFY et KHALED, Thierry ARDISSON s ...
  3. Brésil : Cesare Battisti "Face au mur" - videos.arte.tv

    videos.arte.tv/.../videos/bresil_cesare_battisti_face_au_...20 sept. 2012
    De ses années de détention, Cesare Battisti a tiré un livre "Face au mur", qui sort aujourd'hui en France.

Commenter cet article