Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 


Nous présentons ici la première partie de la conférence de Paul Charonnat au mardi du CAPEA du 16 mars dernier, dont le thème était La rééducation des filles: une histoire en friche.


En 1968, Paul Charonnat est éducateur-chef au Centre d'observation et de traitement Anne Franck qui succède au Bon Pasteur de Saint-Omer et en prendra la direction de 1984 à 1998. Laissons lui la parole.


En 1998, le COT fête ses 30 ans et l'équipe décide d'effectuer une recherche approfondie sur les origines de l'établissement. Tout naturellement, nous associons le Bon Pasteur à notre histoire. Je voudrais vous transmettre les émotions que j'ai ressenti lors de nos recherches et de nos rencontres. Car nous nous sommes aperçus que cette histoire est vraiment notre histoire. Nous avons retrouvé dans les archives municipales le dossier du Bon Pasteur. Les archives de la société académique des Antiquaires de la Morinie nous ont beaucoup servi. Mais les deux pôles de découvertes les plus fructueuses ont été les trois jours passés à la maison mère du Bon Pasteur d'Angers où les archives de la maison de Saint-Omer nous ont été communiquées. Le deuxième puise ses sources dans la presse régionale, après un avis de recherches demandant des textes, photos et témoignages qui nous permettraient de retisser l'histoire administrative et sociale de l'établissement. Et qui nous permettraient aussi d'associer la grande histoire aux petites histoires, celles qui nous racontent les joies et les peines de chacun. Le résultat a dépassé nos espérances: textes, photos, plans et surtout rencontres. Une dizaine d'anciennes filles du bon pasteur, de plusieurs générations, nous ont répondu. En octobre 1998, une exposition a été présentée à l'hôtel de ville ...


L'intégralité de cet article est disponible en cliquant sur le lien ci-dessous

[PDF]  

CNAHES Conservatoire National des Archives

Format de fichier : PDF/Adobe Acrobat

 

Commenter cet article

dymie 06/04/2013 21:51

j'ai connue cet enfer, il faut l'avoir vecue j'y était en 1961 si vous voulez me contacter dymieboutique@gmail.com