Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


lexpress.fr

TOUS LES JOURS, TOUTE L’INFO

L'avis de Guy Pervillé

par Guy Pervillé, publié le 30/08/2001 - mis à jour le 15/12/2003

http://www.lespiedsnoirs-lefilm.com/wp-content/uploads/2007/01/perville.miniature.jpgArchives de presse - Historien de la guerre d'Algérie, a écrit, notamment, 1962, la paix en Algérie (La Documentation française) et De l'empire français à la décolonisation (Hachette, 1991). Il publiera, en mars prochain, Pour une histoire de l'Algérie (Picard).

« Cette plainte relève de l'opportunisme judiciaire, parce que le crime contre l'humanité est le seul crime imprescriptible, et qu'il est plus facile de porter plainte contre la France que contre l'Algérie. Dans les accords d'Evian, le FLN s'était engagé à s'abstenir de toutes représailles contre les harkis. C'est même cet engagement qui a débloqué les négociations. Or il n'a jamais été respecté par les Algériens. Cette plainte ne peut que contenter M. Bouteflika, qui nie toute responsabilité des Algériens dans le sort des harkis et qui semble ignorer les clauses des accords d'Evian.

Il est clair que la seule solution efficace à 100% pour assurer la sécurité des harkis aurait été de les faire venir en France avant que les massacres ne commencent. De Gaulle était contre ce « rapatriement » pour trois raisons : Il voulait parier sur les accords d'Evian et montrer qu'il faisait confiance aux Algériens qui s'engageaient à n'entamer aucunes représailles. Les harkis étaient le grand espoir de l'OAS à l'époque. En désarmant les harkis, de Gaulle pensait d'abord éviter leur ralliement à l'OAS. Et en les laissant en Algérie on pensait éviter d'importer et de perpétuer la guerre civile en métropole.

Enfin, et c'est à mon avis la raison la plus importante, de Gaulle refusait de distinguer le problème des harkis de celui de l'immigration algérienne en France. Il voulait que les harkis restent en Algérie car, pour lui, les harkis n'étaient pas des vrais Français (sauf exceptions individuelles). A ses yeux, le rapatriement de milliers d'Algériens constituait une menace pour l'identité de la France.

Mais il est faux de dire qu'il y ait eu un « plan concerté » par la France pour exterminer les harkis. Pouquoi de Gaulle aurait-il voulu le faire?

Aujourd'hui, devant la mauvaise foi des autorités algériennes et le silence de la France, il est compréhensible que les harkis et les enfants de harkis veuillent faire entendre leur voix. Ils supportent difficilement d'être qualifiés de traîtres à leur patrie. La France a été leur espoir et les a cruellement déçus. Et ceux qui portent plainte transfèrent leur ressentiment sur elle.»


Le blog de Philippe Poisson :


Le médecin du bout du bout...

Les oubliés de l'histoire

« le camp de bias n'était pas l'enfer qu'elle décrit »

L’historien mohammed harbi donne son point de vue sur les harkis...

Mon père, ce harki

L’histoire des harkis

Les révoltes dans les camps de harkis : 1975-1991

Les harkis dans la colonisation et ses suites

Harkis, un abandon que la france doit reconnaître

massacre des harkis ou massacres de harkis ?"

Etrangers immigrés et colonisés au service de la france

La fin annoncée du « petit saïgon » sur lot

17 octobre 1961 à paris... Une page d'histoire peu glorieuse

La responsabilité dans la tragédie des Harkis ?

 

Commenter cet article