Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/chan/chan/musee/action_culturelle/expositions/images-expo/crime01.jpgParis, 1790-1792. Les prisons regorgent de détenus. L'Ancien Régime a vécu, les scellés ont été apposés sur les juridictions abolies, mais de nombreux procès restent pendants.


Chaque jour qui passe voit s'ouvrir de nouvelles affaires, car, dans une capitale en plein bouleversement révolutionnaire, le crime ne s'arrête pas !


Un dimanche, sur le parvis de Notre-Dame, deux mendiantes stoppent une voiture, s'agrippent à la portière et obligent le passager apeuré à leur donner une aumône qu'elles vont boire aussitôt... Rentré pour dîner dans une échoppe quai du Louvre, un « hussard de la liberté » frappe avec une bouteille la maîtresse des lieux qui succombe bientôt à ses blessures. Une nuit, aux Champs-Elysées, un marchand de grains dévalise et tue un prêtre insermenté. Plus tard, à l'hôtel de la Monnaie, un commis détourne à son profit des objets en or et en argent provenant de maisons religieuses ou de paroisses supprimées...

Parfois, le crime se fait organisé : place de la Révolution, une bande de malfaiteurs pille le Garde-Meuble national, s'emparant de deux fabuleux diamants, le Régent et le Sancy. Ailleurs, ce sont des faussaires qui fabriquent des certificats de congés militaires ou de faux assignats...

Commissaires, juges, greffiers enquêtent, interrogent, collectent les pièces à conviction, apposent les scellés. Une partie de leurs archives nous sont parvenues intactes, quelquefois dans leurs sacs de jute d'origine : dossiers d'instruction et de jugement, portefeuilles, faux tampons, lettres anonymes, fioles, couteaux, limes, chapelets, menus objets saisis témoignent de leurs activités, mais aussi de la vie quotidienne des prévenus et des victimes.

Près de quatre-vingt pièces inédites, en majorité extraites des fonds judiciaires des Archives nationales, font revivre une délinquance ordinaire à Paris que les journées révolutionnaires ont rejetée dans l’ombre. la veille de la Terreur et des grands procès politiques, les affaires crapuleuses continuent d’alimenter les faits divers …

En savoir plus en cliquant sur le lien ci-dessous :

http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/chan/chan/musee/action_culturelle/expositions/crime.html



« Le justiciable devant les tribunaux criminels à Paris 1790 – 1792 »

Hôtel de Soubise
60, rue des Francs-Bourgeois
75003 Paris
du 1
8 novembre 2009 au 15 février 2010

Du lundi au vendredi de 10h à 12h30 et de 14h à 17h30,
samedi et dimanche de 14h à 17h30 fermée le mardi et les jours fériés
plein tarif : 3 €
tarif réduit : 2,30 €

renseignements : 01 40 27 60 96 ou
infomusee.archivesnationales@culture.gouv.fr



La Révolution à la poursuite du crime (Diaporama)

www.lexpress.fr/.../la-revolution-a-la-poursuite-du-crime_837402.html

Commenter cet article