Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

http://www.decitre.fr/gi/46/9782754018746FS.gifDocument 29/01/2012 - « Il n'y a pas de trêve à cette histoire. Rien ne peut l'apaiser ni l'adoucir. [...] Cinquante années qu'elle poursuit les miens. Les héritiers de ces colons venus de tout le bassin méditerranéen, de la France rurale et ouvrière, des contrées froides de l'Est et du Nord, de tous ces hommes et ces femmes qui découvrirent un monde nouveau, aux forces sauvages, beau et violent à la fois [...]. »

Juin 1962, Alain Vircondelet embarque avec ses parents sur le Ville d'Alger. Destination Marseille. A la veille de l'indépendance algérienne, près d'un million de Français sommés de choisir «la valise ou le cercueil» quittent ainsi précipitamment l'Algérie. En métropole, on les accueille comme des parias. Sacrifiés sur l'autel de la décolonisation, les pieds-noirs sont la mauvaise conscience de l'État gaulliste.


Nourrie de souvenirs personnels et de documents d'époque, cette Traversée relate leur exode et l'inconsolable sentiment de déracinement qui les accompagne depuis lors. Un récit émouvant et cruel qui apporte un éclairage inédit sur l'un des épisodes les plus dramatiques de l'histoire contemporaine.

« De tous les écrivains de sa génération nés en Algérie, Alain Vircondelet est celui qui possède le rapport le plus charnel, le plus passionné et le plus clairvoyant à la fois, à sa terre d'origine. » - TAHAR DJAOUT

« Avec lui, l'Algérie devient une bouleversante réalité. » -  DIDIER DECOIN


Né à Alger, Alain Vircondelet est issu d'une famille franc-comtoise installée en Algérie depuis le milieu du XIXe siècle. Considéré comme l'un des meilleurs spécialistes de l'Algérie depuis Maman la Blanche en 1981, on lui doit une biographie d'Albert Camus couronnée par le prix Méditerranée de l'essai en 2010 et de nombreux autres livres sur son pays natal.

Né à Alger, Alain Vircondelet est issu d'une famille franc-comtoise installée en Algérie depuis le milieu du XIXe siècle. Considéré comme l'un des meilleurs spécialistes de l'Algérie depuis Maman la Blanche en 1981, on lui doit une biographie d'Albert Camus couronnée par le prix Méditerranée de l'essai en 2010 et de nombreux autres livres sur son pays natal.


  • Les courts extraits de livres : 29/01/2012

 

 

Les jours qui ont précédé le grand départ se passèrent ainsi : sans cris, sans regrets, presque dans l'indifférence. C'était comme une nausée, extrême, une chose irréalisable, atteinte. Une indifférence inconsciente. Longtemps on crut à la douceur d'aller «là-bas vivre ensemble». Là-bas, c'était la France, comme en France on disait que nous habitions «là-bas». C'était toujours une histoire de rives, de savoir de quel côté l'on était, et l'autre habitait forcément là-bas. [...]

Cette idée de l'identité était un vrai problème. On ne savait jamais à vrai dire qui nous étions : des français, des algériens, une autre race, comme disait camus, faite de soleil et de lumière, dotée d'une énergie singulière, d'une violence lovée au fond de nous, et aussi d'une naïveté qui faisait penser à celle des sources, des origines. aucun d'entre nous n'ignorait la mauvaise image que les français pouvaient avoir de nous : peuple bâtard, peuple d'immigrés, partis comme des loqueteux de toutes les rives de la méditerranée pour fonder une colonie, peuple de bagnards et de prostituées envoyé là-bas pour se racheter, peuple d'illettrés et de communards, d'anarchistes et de voyous, capables de tout, peuple d'exploiteurs et de racistes... nous connaissions bien la litanie des français, ce regard condescendant qu'ils jetaient sur nous, et cette morgue qu'ils affichaient quand nous venions en France pour les vacances d'été. Pour autant, nous ne pouvions nous rapprocher vraiment des arabes, inassimilables avec leurs rites et leurs moeurs, leurs usages domestiques et surtout leur religion qui définitivement nous séparait d'eux. La cohabitation était étrange, presque schizophrénique, mais nous savions tous que l'on faisait partie de cette même terre et que nous en éprouvions les mêmes émois, les mêmes transports. On était frères, le plus souvent ennemis, condamnés à être ensemble et en même temps nous acceptant mutuellement. jusqu'au jour fatal de la Toussaint 1954, quand tout commença, les meurtres et les tortures, les mutilations et les égorgements, toute cette souffrance sous le soleil, dans la douceur des nuits d'été, dans le sillage des parfums d'oranger et d'amandier, ces enfants fracassés contre les murs et jetés dans les sillons des vignobles, au coeur de la Mitidja, dans la douceur des campagnes...

On nous appelait «pieds-noirs», ne sachant jamais d'où venait cette appellation : étions-nous comme ces petits passereaux affublés du môme surnom et qui, en hiver, migrent vers des mers plus clémentes, ou bien ces ouvriers qui, les pieds dans le charbon, entretenaient les chaudières des bateaux ?


 

1) Qui êtes-vous ? !

 

Alain Vircondelet. Écrivain, universitaire. Plus de 50 ouvrages, traduits pour la plupart dans le monde. Connu surtout pour ses biographies de Marguerite Duras, de Saint-Exupéry, d'Albert Camus, de Séraphine de Senlis, de Charles de Foucauld, de Rimbaud, de Françoise Sagan et de Balthus.

2) Quel est le thème central de ce livre ?

 

Originaire d'Algérie que j'ai quittée en 1962, la plupart de mes ouvrages traitent du motif de la terre natale (et perdue) et de l'exil. Ce livre, La Traversée, raconte les 36 heures du bateau qui m'ont amené d'une rive à l'autre, du Royaume à l'exil.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?

 

«Il n'y a pas de trêve à cette histoire. Rien ne peut l'apaiser ni l'adoucir. Elle revient et elle harcèle la mémoire. C'est d'elle que j'écris.»

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?

 

Une sonate de Schubert au violoncelle, ou bien une chanson d'exil du grand chanteur judéo-arabo-andalou : Lili Boniche

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?

 

Les embarquer avec moi, c'est le cas de le dire, dans cette traversée et leur faire entendre la petite musique de l'exil, à la fois si mélancolique mais aussi puissamment créatrice, puisqu'elle m'a donné de dynamiser mes forces et de rebondir...

 

La traversée

Auteur : Alain Vircondelet

Date de saisie : 29/01/2012

Genre : Documents Essais d'actualité

Editeur : First Editions, Paris, France

Collection : First Document

 

  1. l'Algérie et les pieds noirs (Retour aux sources 1) - YouTube

    ► 9:58► 9:58
    www.youtube.com/watch?v=gEOwrkYBIGk6 avr. 2009 - 10 min - Ajouté par lelouppe
    Add to l'Algérie et les pieds noirs Retour aux sources 8by lelouppeFeatured Video18935 views. Algerie ...
  2. Vidéo Ina - Retour des rapatriés d'Algérie, vidéo Retour des ...

    www.ina.fr/.../video/.../retour-des-rapatries-d-algerie.fr...29 juil. 2009
    Retour en catastrophe des pieds noirs d'Algérie en métropole. - Archives vidéos Economie et société Vie ...
  3. Vidéo Ina - [Massacres Pieds noirs et Harki en 1962], vidéo ...

    ► 5:39► 5:39
    www.ina.fr/.../video/.../massacres-pieds-noirs-et-harki-...3 nov. 2003 - 6 min
    Archives vidéos Histoire et conflits Guerre d'Algérie : Ina.fr. ... des massacres de Pieds noirs et de
    Harkis ...
  4. D'une rive à l'autre : "Pieds Noirs" - Vidéo Dailymotion

    www.dailymotion.com/video/xcycy5_d-une-rive-a-l-a...14 avr. 2010 - 4 min
    ImedTV, Dune, rive, lautre, Pieds, Noirs, France, Algerie, Maroc, Tunisie. Vous voulez commenter cette ...

Commenter cet article