Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Dailymotion - Le Bagne de la Honte (tome 1 ) - une vidéo Art et ...

www.dailymotion.com/.../xhm6ey_le-bagne-de-la-honte-tome-...15 mars 2011 - 2 mn
Vidéo promotionnel de la BD Le Bagne de la Honte (tome 1, Castellucciu). Textes : Frédéric Bertocchini. Dessins : Eric Rückstühl ...
 

Le Bagne de la Honte tome 1 - YouTube

www.youtube.com/watch?v=pPXT7uNC99k15 mars 2011 - 2 mn - Ajouté par lisandrucorsica
Vidéo promotionnel de la BD Le Bagne de la Honte (tome 1, Castellucciu). Textes : Frédéric Bertocchini. Dessins : Eric Rücsktühl ...
 

 

 

http://www.editionsdcl.fr/images/Bagne_Integrale.JPGFrédéric Bertocchini (scénario) et Eric Rückstühl (dessins) continuent de nous raconter la Corse en bande dessinée, avec précision, originalité, poigne, et sensibilité. Après le succès de la trilogie Paoli, les auteurs nous entraînent cette fois-ci dans l’univers carcéral du bagne de Saint-Antoine, non loin d’Ajaccio, en 1855. En ce lieu sordide d’ultra violence physique et morale, des enfants de dix à vingt ans sont devenus des bagnards. Voici le premier tome d’un diptyque, racontant l’histoire vraie de ces gamins – Antoine, Joachim, Xavier, Adolphe, et les autres – livrés à eux-mêmes dans un enfer qui décima plus de 300 d’entre eux en moins de dix ans.

 

Le Bagne de la Honte, qui sort aujourd'hui, est à l'honneur dans le Journal de la Corse.

 

Après une trilogie sur Pasquale Paoli, Frédéric Bertocchini (scénariste) et Eric Rückstühl (dessins) reviennent avec une nouvelle série, « Le Bagne de la Honte ». Si les auteurs continuent de nous raconter la Corse en bande dessinée, cette fois, ces derniers s'intéressent à l'histoire des enfants du bagne de Castellucciu sous Napoléon III. Un récit poignant, dramatique, dérangeant, qui a aussi le mérite de faire connaître un aspect de l'histoire de la Corse pour le moins méconnu. Le premier tome qui vient de paraître aux éditions DCL s'intitule « Castellucciu ». Rencontre avec son scénariste, Frédéric Bertocchini.

 

Pourquoi avoir choisi de raconter l'histoire des enfants bagnards de Castellucciu ?


Parce que cette histoire est méconnue. La plupart des Ajacciens ignorent encore que des dizaines d'enfants, pour ne pas dire des centaines, sont décédées dans des conditions affreuses, aux portes de leur ville. C'était sous le Second Empire. Autant dire qu'il s'agit bien d'une histoire récente dont nous parlons. Cette histoire nous a touché au cœur et nous voulions vraiment rendre un hommage à ces enfants qui sont morts, chez nous, dans l'indifférence générale.

 

Il s'agit d'une histoire vraie ?


http://ecx.images-amazon.com/images/I/61v-2UjMcqL._SL500_AA300_.jpgDisons que j'ai travaillé à partir d'une base d'informations et de documents réels. C'est-à-dire que tout ce qui concerne le pénitencier est vrai : les conditions de vie, les travaux des bagnards, l'architecture des bâtiments, les costumes, les us et coutumes carcéraux, jusqu'aux personnages. C'est-à-dire les enfants eux-mêmes ! Nous avons gardé les noms véritables ainsi que leur description physique, les gardiens, les personnages pénitentiaires (prêtre, directeur, médecin, etc...). Tout est vrai. Eric Rückstühl, le dessinateur, a de son coté réalisé un grand travail de documentation pour rester encore une fois au plus près de la réalité. C'est un vrai boulot de reconstitution historique. Tous les deux, nous voulions rester dans le réalisme, avec sa dureté, son âpreté, et tout ce qu'il peut présenter de dérangeant pour les lecteurs que nous sommes aujourd'hui. Pas de concessions donc. En revanche, et contrairement à ce que j'ai pu faire avec la trilogie sur Pasquale Paoli, le récit est romancé. C'était l'occasion d'ajouter quelques intrigues, de l'émotion. Il fallait rester au plus près des personnages, et partager leur souffrance. Il n'y a que comme cela que l'on peut essayer de comprendre ce qu'ils ont réellement vécu.

 

Quel est le personnage principal de cette bande dessinée ?


Il s'appelle Joachim Evain. Ce garçon a véritablement existé. Il est arrivé en Corse vers les 10 ans, et est décédé sept ans plus tard. D'ailleurs, sa dépouille doit certainement reposer là-haut, non loin de l'hôpital, dans ce petit cimetière macabre qui est aujourd'hui dévoré par le maquis et les ronces. Ce petit breton a été condamné à 10 ans de bagne, en Corse, pour vol à l'étalage. Avec Eric, nous racontons ainsi son histoire. Comment un petit bonhomme de dix ans a pu découvrir la Corse, chaînes aux pieds, dans des conditions épouvantables et un environnement d'ultra violence permanente.

 

La bande dessinée est violente ?


http://www.editionsdcl.fr/images/Bagne2_Francesca.jpgA partir du moment où Eric et moi avions fait le choix du réalisme, c'est forcément violent. Après, tout dépend ce que l'on entend par « violence ». Disons que nous racontons tout : les maladies, les angoisses, la brutalité de certains gardiens, les exactions commises par les enfants eux-mêmes, entre eux. Il faut aussi rappeler que ces enfants n'étaient pas des Corses. Ils venaient tous du continent, dans un pays encore peu connu, très exotique et lointain. Ils faisaient partis de ce grand programme d'épuration voulu par Napoléon III. Pressé par la bourgeoisie française, ce dernier avait pour politique d'éradiquer les « mauvaises graines ». C'est-à-dire les mendiants, les orphelins, les garnements. Tous ceux qui n'entraient pas dans les clous de la société parfaite, « à la française ». En fait, notre but est surtout de montrer ce qui s'est passé chez nous, il y a 150 ans à peine. C'était tout de même le comble de la misère humaine, ce qui pouvait se faire de pire avec des enfants. Toutefois, la bande dessinée est destinée à un large public. Il y a donc plusieurs niveaux de compréhension et de lecture. Les enfants pourront lire cette série sans aucun problème.

 

Passer de Pasquale Paoli au Bagne de la Honte, c'est le grand écart ?


Pas tant que ça. On reste dans l'historique, le réalisme, même si avec Paoli le coté « historique » avait un poids supplémentaire. On s'attaquait à quelque chose d'énorme, et on avait peur des réactions. Il fallait tenter d'approcher Paoli et d'entrer dans son intimité, sans toutefois le rendre trop humain. Il reste avant tout un symbole, un homme d'Etat. Avec Joachim et le « Bagne de la Honte », le scénario est plus dramatique, plus sombre. Il y a plus de place pour des intrigues et des scènes violentes ou tendres. Car il y a aussi beaucoup de tendresse dans notre album. C'est aussi une belle histoire d'amitié, entre certains gamins.

 

Il y aura combien de tomes pour cette nouvelle série ?


Deux tomes en tout. Mais il y aura peut-être une seconde saison de deux tomes. Tout dépend de l'accueil des lecteurs. Mais l'histoire de Joachim Evain sera racontée dans son intégralité en deux épisodes.

 

D'autres projets ?


Enormément. L'album collectif Histoires corses sort également cette semaine. D'autres sorties sont attendues avant la fin de l'année, « Le Horla » avec Eric Puech, « Libera Me », un thriller politique corse avec Miceal O'Griafa et Michel Espinosa, et plein d'autres choses. Et si tout va bien, le tome 2 du « Bagne de la Honte » devrait sortir pour la fin de l'année.

 

P.S. jeudi 30 juin 2011 09:39 , dans >>>> PRESS-BOOK


 

Commenter cet article