Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

3-copie-23.jpg4-copie-14.jpg1307 894 pages vues à la date du 19 novembre 2011 sur le blog en construction de Philippe POISSON créé le 11 décembre 2008. Ainsi 6310 articles à votre disposition concernant l’Histoire de la Police, de la Gendarmerie, des Galères, des Bagnes maritimes et coloniaux, des Prisons, des colonies correctionnelles, des  maisons de correction, des Hospices, des Hôpitaux… en passant par de nombreux articles consacrés à l’histoire du vêtement, à l'histoire de la vie quotidienne, des portraits de femmes et d’hommes qui ont traversé « l’Histoire » et « la petite Histoire »… Journée record le 24/04/2011 : 10 260 pages vues  ) - Visites totales au 19 novembre  2011 : 747 449 - Pages vues le 19 novembre 2011 : 1861 - Crédit photographique de PP - Saint Tropez ... - Excellent weekend à tous - PP

 

 

2-copie-46.jpgCette baie exeptionnelle a attiré dans le passé bon nombre de conquérants. Ligures, Celtes, Grecs et Romains tombèrent amoureux du site. Puis l'histoire devint presque légende.


En l'an 68, Torpes, intendant de Néron, refusant d'abjurer sa foi chrétienne, fut torturé, martyrisé et décapité à Pise et son corps jeté dans une barque sur l'Arno en compagnie d'un coq et d'un chien censés se nourrir du défunt Torpes. Les courants ramenèrent la barque jusqu'au rivage de l'actuel saint-Tropez. Les chrétiens des lieux trouvèrent la barque, cachèrent le corps du Saint martyr, et lui élevèrent une chapelle. Torpes devint finalement Tropez. Les villages de Cogolin (petit coq) et de Grimaud (chien en vieux français), situés tous deux près de Saint-Tropez, continuent de rappeler cette légende, ainsi que La Bravade.

Après la chute de l'empire Romain, la terre de Provence fut livrée aux envahisseurs, la région demeura l'un des dernier bastions des Sarrasins après leur défaite à Poitier. Relancée par les Génois, la ville devint, du XVe au XVIIe siècle, jusqu'à ce que Raffaele de Garezzio reçut la charge de repeupler et de fortifier la ville de Saint-Tropez avec l'aide de famille Génoises, en échange de quoi Saint-Tropez devint une ville "franche" exempte de taxes, pouvant lever sa propre armée pour se défendre. Le village devint une sorte de petite république autonome qui prospéra et se couvrit de belles demeures. Colbert, le centralisateur, mit fin à ce statut privilégié en 1672, Louis XIV désirant voir ces privilèges abolis. Pendant la Révolution française, Saint-tropez reprit son nom romain d'Heraclea.

1-copie-41.jpgLe premier "étranger illustre" à succomber au charme du village fut un ministre de Napoléon III qui y acheta un chateau. Guy de Maupassant s'enthousiasma : "C'est là une de ces charmantes et simple fille de la mer ... On y sent la pêche et le goudron qui flambe, la saumure ... On y voit sur les pavés des rues, briller, comme des perles, des écailles de sardines." Le peintre Paul Signac craqua également et décida d'y vivre. Il y produisit ses plus belles toiles. Puis d'autres artistes succombèrent : Henry Matisse qui y peignit "Luxe, Calme et Volupté", Marquet, Manguin, Bonnard, Dunnoyer de Segonzac, etc.

Dans les années 20, St-Tropez devint à la mode et possédait déjà de quoi accueillir les riches touristes. Picabia, Errol Flynn, Anaïs Nin fréquenteront la ville assidûment.

Les bombardements du Débarquement, le 15 août 1944, endommagèrent gravement le port. Mais à la différence de tant d'autres villes et ports à l'époque, il fut heureusement reconstruit sur le même modèle, donnant aujourd'hui une image à peu près fidèle de ce qu'était la ville il y a quatre siècles.

Après cette guerre, la bande existentialiste arrive jusque-là avec la bande à Juliette Gréco, Daniel Gélin, Annabel Buffet, etc. Puis ce fut vraiment le décolage médiatique avec les années 50-60 et l'apparition des nouvelles locomotives : Sagan, Bardot, Vadim, Eddie Barclay et le monde du showbiz. -  ( Crédit photographique P.P.)

http://www.presquile-saint-tropez.com/html/history.html

Commenter cet article