Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


Au centre de cet article, l’idée que les prostituées « indigènes », parce qu’elles se trouvent au croisement de l’ordre et du désordre, de la conformité et de la déviance, du permis et de l’interdit, sont des êtres de l’hybridation. Bien que sous contrôle d’un système réglementariste extrêmement répressif, les prostituées « indigènes » ne se contentent pas, en effet, de se situer dans un « entre deux » mais proposent une synthèse inédite qui touche l’ensemble de leur vie quotidienne : leurs pratiques religieuses, médicales, corporelles, sexuelles, linguistiques… Ce faisant, elles donnent à voir leur extraordinaire capacité d’adaptation mais aussi la richesse et la complexité d’une société « en mouvement » qui se recompose au contact de la colonisation.

Jouer avec la marginalité : le cas des filles soumises « indigènes » du quartier réservé de Casablanca dans les années 1920-1950 -

http://clio.revues.org/index582.html

pp. 65-86

Christelle TARAUD

Accès au texte intégral

Le texte intégral est disponible en libre accès depuis le 27 novembre 2006.

Christelle TARAUD

crhxix.univ-paris1.fr/spip.php?article468

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article