Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

http://s3.static69.com/m/image-offre/4/8/1/2/4812e83758b66453cb4b8404f2c6001c-500x500.gifVoici l’exceptionnelle histoire de Séraphine Louis (1864-1942), décrétée par elle-même peintre « sans rivale », et devenue avec la gloire Séraphine de Senlis.


Cette femme, née à Arsy-sur-Oise dans une famille pauvre, placée très jeune dans plusieurs maisons bourgeoises de la région, travaille chez les sœurs durant vingt ans, avant de céder à 42 ans aux voix de la Vierge l’enjoignant de peindre.


Ses tableaux ayant pour inspiration la flore, les vitraux de la cathédrale de Senlis, ainsi que ses rêves et ses extases, ses bizarreries et sa tendance à l’affabulation font vite d’elle une originale.


Soutenue par Wilhelm Uhde, grand collectionneur parisien – le premier à repérer Picasso, Braque et le Douanier Rousseau –, Séraphine va bénéficier d’une grande exposition en 1928 à Paris dédiée aux peintres naïfs et va se bercer de rêves de notoriété.


Le jour où Uhde, appauvri par la crise économique, lui retire son soutien, ses repères s’effondrent et, emportée par des élans mystiques, Séraphine va connaître un sort semblable à celui de Camille Claudel. Elle mourra internée et oubliée de tous.

 

Séraphine. La vie rêvée de Séraphine de Senlis

 

Format Poche
Collection Libretto
Langue Français
Editeur Phébus (Editions)
Sous-catégorie Histoire de la peinture
Date de parution 2011-10-06

 

 

 

http://www.babelio.com/users/AVT_Francoise-Cloarec_794.jpegFrançoise Cloarec est psychologue clinicienne, psychanalyste et peintre, diplômée des Beaux-arts de Paris.

Docteur en psychopathologie clinique de l’Université de Paris VII, elle est l'auteur d'une thèse en psychologie clinique intitulée "Séraphine de Senlis, un cas de peinture spontanée".


Elle a été consultée par le réalisateur Martin Provost au moment de l'écriture du scénario du film Séraphine (2008), dont Yolande Moreau tient le rôle-titre.


Elle a aussi écrit plusieurs livres dont les thèmes ont à voir avec le Proche-Orient, en particulier la Syrie : Bîmâristâns, lieux de folie et de sagesse, Syrie, un voyage en soi, Le Caravansérail, Le Temps des consuls et Désorientée. Ses peintures font cohabiter différents mondes, religions, cultures et civilisations. La Syrie y est souvent évoquée derrière les traits gris et rugueux des statues de Mari. Celles-ci voisinent alors avec d’autres personnages vivants ou inanimés, d’époques plus ou moins lointaines, ou plus ou moins incertaines. Lorsqu’ils ne s’ignorent pas, les regards de ces figures se croisent, s’étonnent de partager le même espace sur la toile. Chevalier des Arts et Lettres 2001.

 

 

 

Le cas Séraphine


Séraphine était-elle folle ? Cette artiste autodidacte qui entendait des voix trouva un équilibre, une forme de thérapie dans la peinture. Internée en 1932, elle cessa de peindre et fut submergée par la folie.

 

S éraphine Louis a d'abord mené une vie misérable : une mère fille de ferme, un père ouvrier agricole, orpheline à 7 ans, bergère, puis bonne à tout faire. A 18 ans, en 1882, elle est engagée comme femme de ménage dans un couvent à Senlis. Elle y reste vingt ans. Très pieuse, mystique même - la messe quotidienne du petit matin ne parvient pas à étancher sa soif de Dieu -, elle est bientôt habitée par des « voix », notamment celles de son ange gardien et de la Vierge. Un jour de 1905 - elle a plus de 40 ans -, alors qu'elle prie dans une chapelle de Senlis, il lui [...]

 

 

 

Séraphine sur france 3 avec "la grande yolande moreau"

Séraphine sur france 3 avec "la grande yolande moreau"

article - 18/09/11 - séraphine sur France 3 avec "la grande Yolande Moreau" - Synopsis : En 1912, le collectionneur allemand Wilhelm Uhde, premier acheteur de Picasso et découvreur du douanier…

Séraphine louis dite "séraphine de senlis"

Séraphine louis dite "séraphine de senlis"

article - 25/02/12 - séraphine Louis dite "séraphine de Senlis" - Comment, il y a un siècle, une bonne à tout faire se mit à peindre des tableaux inspirés comme des prières. Un film,…

Commenter cet article