Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

http://www.decitre.fr/gi/81/9782012359581FS.gifDe 1917 à 1922, une épidémie de lettres anonymes s'abat sur la ville de Tulle. Glissés dans les paniers des ménagères, abandonnés sur les trottoirs, les rebords des fenêtres et jusque sur les bancs des églises, ces centaines de courriers qui dénoncent l'infidélité des uns, la mauvaise conduite des autres alimentent toutes les conversations et inquiètent les habitants. Peu à peu, une atmosphère de suspicion recouvre la ville : quel est donc ce mystérieux anonyme et que recherche-t-il ? Quand un greffier de la préfecture, troublé par la réception d'une lettre anonyme, perd la raison et meurt au cours d'une crise de démence, l'enquête policière s'accélère et la presse nationale se précipite à Tulle à la recherche d'un fait divers qui puisse passionner autant les Français que le procès de Landru qui vient de s'achever.

 

   par Anne-Catherine d’Espies

 

Un fait divers qui fait froid dans le dos. Le corbeau de Tulle a semé la discorde pendant cinq ans d'une façon terrible. Ce livre retrace tous les événements dans le détail, de la première lettre anonyme au film de Clouzot, inspiré de cette histoire, en 1943. L'auteur attaque le vif du sujet dès la première ligne ; articles de journaux, dépositions et témoignages viennent illustrer son récit. Mais le début reste un peu fastidieux ; il y a trop de détails, trop d'informations et le lecteur se sent légèrement perdu. Mais au moins peut-il ressentir un peu de ce que les habitants de Tulle ont vécu : l'incompréhension tout d'abord, ensuite la peur et tout ce qui s'ensuit : dénonciations, suspicion, climat de haine. Bref, Tulle devient une ville haïe et fort peu fréquentable.

Comment ce corbeau qui calomnie et ne raconte que des horreurs a-t-il pu échapper à la justice et à la vigilance des villageois aussi longtemps ? Mais surtout comment peut-on être assez tordu pour agir ainsi ? Cet ouvrage apporte beaucoup de réponses mais des incertitudes planent encore ; on sent que tout n'est pas dit et qu'il reste une grande part d'ombre. Certes, le coupable a été reconnu, arrêté et jugé mais on comprend mal une telle attitude. Seul un psychiatre pourrait y répondre… Malheureusement ce genre d'affaires est d'actualité ; des gens trop lâches pour s'affirmer font souffrir les autres et bien souvent les conséquences s'avèrent tragiques.

On se laisse emporter par ce compte rendu mais peut-être une forme un peu plus romancée aurait-elle été plus agréable à lire. On salue tout de même le travail de l'auteur qui a dû être fastidieux, avec toutes les recherches et recoupements effectués, mais fort intéressant.

Livres Hebdo-Jean-maurcie de Montremy (9 Décembre 2005)


L'historien ne se contente pas d'un récit bien mené. Son analyse le conduit dans les coulisses de la Grande Guerre (.. .). A cette ambiance nauséeuse s'ajoutent le mauvais fonctionnement de la Justice et le déchaînement de la presse.

 

Lire - Marc Riglet (Février 2006)

Un grand livre a enfin échappé à l'opprobre qu'avaient attisé les circonstances de sa réalisation, dont le livre original de Jean-Yves Le Naour décrit l'étonnante genèse.

L’Express - Paul Yonnet (2 Février 2006)

Le livre se lit à toute vitesse, mais pas comme un roman : la matière est sèche ; les personnages demeurent lointains ; la détresse des acteurs reste impalpable. (.. .) En sublimant cette réalité, Clouzot a bien élaboré un chef-d' oeuvre.


Vidéo Ina - Jean Yves Le Naour : Le corbeau, histoire vraie d'une ...

www.ina.fr/.../video/.../jean-yves-le-naour-le-corbeau-histoire-vraie-d-un...3 mn - 23 févr. 2006
Dans une bibliothèque de la Cité Internationale Universitaire, dans le 14ème arrondissement de Paris, Olivier BARROT interroge Jean Yves LE ...
 

Dailymotion - Jean Yves Le Naour : Le corbeau, histoire vraie d'une ...

www.dailymotion.com/video/xfadtm_jean-yves-le-naour-le-corbeau-hist...3 mn - 20 oct. 2010
Dans une bibliothèque de la Cité Internationale Universitaire, dans le 14ème arrondissement de Paris, Olivier BARROT interroge Jean Yves ...
 

 

Commenter cet article