Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

http://www.cinemagora.com/images/films/07/61207-b-le-dernier-roi-d-ecosse.jpg

Faire le portrait cinématographique d'un dictateur induit un dosage subtil. La plupart des grands tyrans de l'histoire furent des personnages extravagants, dont l'évocation garantit le spectacle. Mégalomanie, folie et monstruosité sont des traits de caractère susceptibles de vicier les images d'ambiguïté, pour peu qu'on succombe à leur fascination. Lorsqu'ils représentèrent Hitler et les nazis, Ernst Lubitsch (To Be or Not To Be), Charlie Chaplin (Le Dictateur) et Jerry Lewis (Ya ya mon général) choisirent de dynamiter l'image de marque du despote par le rire, la dérision, la subversion carnavalesque.


Cette démarche peut s'avérer douteuse dans le cas d'un dictateur africain. On a vite fait de frôler le racisme en soulignant les traits clownesques d'un roi nègre. Barbet Schroeder fut otage de cet écueil lorsqu'il réalisa un documentaire sur Idi Amin Dada, le chef d'Etat ougandais (Général Idi Amin Dada, 1974).

 

En fixant sa caméra sur cet outrancier chef d'Etat sans s'embarrasser d'explications pédagogiques, il favorisait la confusion entre cet individu fou furieux et n'importe quel dirigeant africain. Le cinéma vérité se brouillait d'exotisme. Dans ce cas, filmer devenait un abus de pouvoir, même s'il s'agissait de dénoncer l'abus de pouvoir du monarque.

 

En adaptant, assez librement, Le Dernier Roi d'Ecosse, roman de Giles Foden ("Petite bibliothèque" des éditions de L'Olivier), le cinéaste britannique Kevin McDonald et son scénariste Peter Morgan (également auteur du script de The Queen) contournent assez malicieusement les dangers de complaisance ou d'amalgame. Il s'agit de la confrontation imaginaire entre l'authentique Idi Amin Dada et un personnage fictif qui, après avoir été séduit par le charisme du dictateur, en découvre toutes les forfaitures.

 

Le héros du film est un jeune médecin anglais envoyé dans un dispensaire rural d'Ouganda. Nommé médecin personnel du général psychopathe, il se rend coupable d'aveuglement et de surdité. Il endosse les remords d'un Occident peu vigilant sur les exactions des chefs d'Etat avec lesquels ils entretiennent des relations, et dont parfois ils bénéficient des bienfaits. Et pose implicitement une question cruciale, tant sur le plan social et politique que sur le plan de son statut dans le récit cinématographique : être spectateur ou acteur ?

 

COMME UN COQ EN PÂTE

 

http://image.toutlecine.com/photos/d/e/r/dernier-roi-d-ecosse-2006-02-g.jpgDernier roi d'Ecosse est l'un des titres ronflants que s'octroya Idi Amin Dada. Converti à l'islam, champion de boxe poids mi-lourds, il sert dans l'armée britannique et, en 1971, s'empare du pouvoir en renversant le président Obote par un coup d'Etat.


Il exercera sa dictature jusqu'en 1979, faisant exécuter ses prétendus opposants par des escadrons de la mort, expulsant du pays la population asiatique (il veut rendre l'Afrique aux Noirs), offrant l'asile en 1976 à un avion transportant des Israéliens détourné par des terroristes palestiniens... Parmi les milliers de cadavres décapités ou mutilés retrouvés sous son règne figuraient des ministres, juges, professeurs, membres du clergé, journalistes, hommes d'affaires. Et l'une de ses épouses suspectée d'infidélité.


Tout cela est progressivement révélé dans le film, au fur et à mesure que le jeune médecin, moteur de ce thriller, prend la mesure du caractère imprévisible, paranoïaque et sanguinaire de celui auprès duquel il vit comme un coq en pâte et qui l'a choisi comme confident, conseiller, complice involontaire de ses crimes.


Lors de la prise d'otage des Israéliens à Entebbe, le jeune Occidental subit à son tour une terrifiante torture dans un final grand-guignolesque ; le scénario le rend coupable d'avoir cherché à assassiner Amin Dada et d'avoir eu des relations sexuelles avec une de ses femmes.


Le Dernier Roi d'Ecosse brosse le portrait d'un reître démagogue et diabolique, un assassin égocentrique qui voit des espions partout, mais use par ailleurs de son charme, prodiguant des efforts gamins afin d'être aimé. C'est l'immense Forest Whitaker qui l'incarne, tour à tour bouffon et patibulaire, brute ténébreuse aux vestes bardées de médailles ou colosse en kilt, arrogant sur son trône ou arborant airs débonnaires, belles voitures et jolies femmes. Un rôle à Oscar.


Film américain de Kevin McDonald avec Forest Whitaker, James McAvoy, Kerry Washington. (2 h 05.) Jean-Luc Douin

 

  1. "Le Dernier Roi d'Ecosse" : portrait d'un bouffon sanguinaire ...

    www.lemonde.fr › Cinéma
    13 févr. 2007 – Le Monde.fr - Dans le film de Kevin McDonald, l'immense Forest Whitaker incarne le dictateur ougandais Idi Amin Dada.

 

Quelques vidéos utiles

 

  1. Le dernier roi d'Ecosse - YouTube

    www.youtube.com/watch?v=YfVu6G0tmPk2 juil. 2010 - 2 mn - Ajouté par AssociationEMSF78
    Loading... Alert icon. Sign In or Sign Up now! Alert icon. Uploaded by AssociationEMSF78 on Jul 2, 2010. Bande-annonce du ...
  2. Dailymotion - Le dernier roi d'écosse bande annonce - une vidéo ...

    www.dailymotion.com/.../x1al0k_le-dernier-roi-d-ecosse-bande...24 févr. 2007 - 2 mn
    Jeune médecin écossais tout juste diplômé, Nicholas Garrigan débarque en Ouganda en quête d'aventure et décidé à venir en ...
  3. Le Dernier roi d'Ecosse Bande-annonce VO - AlloCiné

    www.allocine.fr/.../player_gen_cmedia=18719500&cfilm=612...11 janv. 2007 - 2 mn
    Voir Le Dernier roi d'Ecosse, un film de Kevin Macdonald avec Forest Whitaker, Gillian Anderson.

 

Commenter cet article