Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

http://www.epernay.enpoche.fr/upload/article/2543_Le-Fil-de-l-Araignee-Livre-Yvette-Lundy.jpgDocument du 27/04/2012 - Avant-propos de Hervé Chabaud, Rédacteur en chef à « L'Union » - Une âme française.

Dire sans travestir, narrer sans romancer, expliquer sans caricaturer, susciter la réflexion plutôt que l'émotion, Yvette Lundy a toujours donné du sens aux mots avec l'assurance tranquille de la force du coeur dans la mission qu'elle s'est fixée : témoigner en vérité. Son autorité est un millésime d'humanisme, fruit de l'assemblage réussi d'une éducation et de convictions mûries sur les coteaux d'un XXe siècle d'abord cabossé par la tragédie de la Grande Guerre. S'y est ajoutée l'expérience vécue dans sa chair et à l'épreuve de ses certitudes. C'est au milieu de ce chemin infernal où l'humanité de l'être est réduite dans la violence, l'avilissement et le sang à cet infiniment petit qui est l'envie de survivre, qu'Yvette Lundy a tracé les pointillés de sa renaissance. Elle s'est juré d'accomplir ce pèlerinage mémoriel auprès des jeunes, pour qu'ils n'ignorent rien de la réalité de la Résistance et de l'horreur des camps de concentration nazis. Elle en avait le droit par son engagement exemplaire dès 1940. Elle en a fait un devoir affranchi de toute échéance lorsqu'elle a mesuré l'appétence de quelques-uns à s'approprier les faits d'armes de ceux qui n'étaient plus là pour en revendiquer la légitime paternité. Combien d'écoliers, de collégiens et de lycéens ont été nourris avec gravité mais bienveillance de cette parole qui éveille les valeurs civiques comme autant de vraies richesses du creuset républicain ? Combien parmi eux ont été transformés par le souffle d'espérance et l'amour de la vie que leur interlocutrice a su leur délivrer avec cette franchise toute maternelle ? Si son refus de la défaite, de l'occupation, de Vichy est un choix familial partagé, Yvette Lundy a, par sa personnalité, été en toute circonstance une femme debout. Son énergie, même aux portes de l'abîme, derrière les barbelés de la déshumanisation, celle d'une combattante entièrement donnée pour que la France redevienne la France. Elle n'a jamais cherché à être portée en héros sur un chemin de gloire mais a simplement voulu restituer dans le monde de ce temps, les images authentiques d'un parcours heurté, chargé de souffrances, mais assumé pour que jamais plus la liberté ne soit dominée par la barbarie. Est-on si ordinaire lorsqu'on surgit ainsi dans un monde de ténèbres une lampe toujours allumée en s'interdisant de renoncer, tant qu'une humaine victoire n'aura pas conclu la tragédie ? Face à cette grande dame humble et fascinante, le petit enfant devenu adulte se sent encore fragile, complexé d'admiration, presqu'indigne de l'amitié reçue. La fidélité d'Yvette Lundy est l'expression sublime de son humanité. Elle est l'authentique porte-voix de ses camarades disparues et ses paroles sont autant de leçons données par celle qui n'a jamais désespéré d'une jeunesse prête à écouter lorsqu'on prend le temps de lui parler On est impressionné. On est ébranlé. On est touché. Et on a simplement envie de dire respectueusement : merci.

 

  • Les présentations des éditeurs : 27/04/2012

 

« C'est mon premier rendez-vous avec Madame Lundy. Je sonne et la porte s'ouvre sur une petite dame dont les cheveux blancs comme neige auréolent un visage lumineux. Sitôt la porte refermée, elle passe derrière moi, fait glisser le manteau de mes épaules, en chasse la neige d'un coup de main rapide et sûr, et le suspend sur un cintre, précautionneusement. Je suis embarrassée et, tout à la fois, charmée par sa prévenance presque surannée. Puis elle m'entraîne vers le salon feutré où une coupe de Champagne et quelques biscuits de Reims m'attendent déjà. Vingt secondes ont suffi à me forger une opinion qui ne se démentira jamais au fil de nos rencontres : «Nous allons bien nous entendre tontes les deux !» Et c'est alors qu'elle me dit, le regard vif et rieur : «Nous allons bien nous entendre toutes les deux.»

EXTRAIT - « La Résistance commence par un état d'esprit. Les actes suivent. Mon idée de la résistance n'est pas de mourir en martyre sur l'autel d'une France libérée, j'ai vingt ans et j'aime trop la vie pour m'offrir en sacrifice. J'ai plutôt en tête de pourrir la vie des Allemands comme ils pourrissent la nôtre jusqu'à ce qu'ils plient bagage ! Et les occasions ne manquent pas pour peu qu'on ait un peu d'imagination : inverser les panneaux indicateurs au passage des convois ennemis ou crever les roues de leurs vélos... /... C'est par ces peccadilles que j'entre en résistance. A ce moment- là, je n'imagine pas un seul instant le parcours que je ferai plus tard dans le réseau Possum et qui me conduira, pieds et poings liés, dans l'enfer des camps de concentration. »

 

  • Le courrier des auteurs : 27/04/2012

 

1) Qui êtes-vous ? !


Je suis biographe et éditrice d'une collection que j'ai créée pour les livres de vie : «Book et mystère». Ma cible : l'humain dans toutes ses dimensions. J'aime me définir comme une tricoteuse de mots : mes clients, célèbres ou inconnus, se racontent et moi, je recueille leurs témoignages en une pelote bien serrée. Rendue dans le huis-clôt de mon bureau, je déroule la pelote en tirant délicatement sur le fil conducteur, puis je tricote un texte sur mesure. J'y mets mes mots, et ma sensibilité mais sans jamais trahir le narrateur ni dénaturer son récit. Je remets l'ouvrage sur le métier autant que nécessaire pour que le narrateur s'approprie le texte, et qu'il s'y sente à l'aise comme dans un vieux chandail... Les vieux chandails font de jolis livres de vie, riches de la diversité des hommes, souvent tendres, parfois durs, toujours émouvants...

2) Quel est le thème central de ce livre ?


Yvette Lundy, figure emblématique de la résistance et de la déportation - et promue en avril 2012 au grade de Commandeur de la Légion d'honneur - témoigne devant les jeunes depuis plus de 50 ans, de son expérience, sans misérabilisme, avec le souci constant de l'authenticité, et une bonne dose d'humour voire d'autodérision. Cet ouvrage qu'elle livre à l'âge de 96 ans est, dit-elle, l'ultime étape de son engagement pour la liberté.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?


« Au-delà du devoir de mémoire, je témoigne pour que chacun reste vigilant à ce que cela ne se reproduise pas, ni ici, ni ailleurs. L'Histoire a montré la faiblesse des hommes et leur perméabilité aux doctrines, même les plus extravagantes, pour peu qu'elles soient édictées par un esprit fort. L'homme n'a besoin que d'une autorité, d'une divinité ou d'un gourou, pour commettre l'impensable...»

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?


Le temps des cerises ! Le lecteur comprendra !

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?


La biographie d'Yvette Lundy se distingue par la personnalité attachante de la narratrice : toute à la fois grave et joyeuse. Son livre est du même acabit : entre cruauté et drôlerie, le lecteur avance avec elle sur ce chemin escarpé qui l'a rendue plus forte et n'a jamais occis sa joie de vivre, son amour des autres et sa foi en l'homme.

 

Le fil de l'araignée : itinéraire d'une résistante déportée marnaise

Auteur : Yvette Lundy

Préface : Rémy Enfrun

Date de saisie : 05/05/2012

Genre : Documents Essais d'actualité

Editeur : LB COM, Troyes, France

Collection : Book et mystères

 

 

img1-copie-13Pour faciliter la recherche d'articles sur le blog de Philippe Poisson :

Commenter cet article