Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


http://3.bp.blogspot.com/_ClYcSaPsLm4/Syjog7MNnDI/AAAAAAAAETE/z_WHA9N4xEc/s400/TLarue.JPGLa France compte, après la Pologne et les Pays-Bas, le plus grand nombre de “Justes”. Un peu plus de 3 000 hommes et femmes ont été nommés “Justes de France” pour avoir, durant l’Occupation, aidé des juifs à se cacher afin d’empêcher leur déportation vers les camps de la mort, et contribué ainsi à sauver les trois quarts des 330 000 juifs de France.

Parmi eux, 54 policiers et gendarmes, qui ont obéi à leur conscience et désobéi à l’Etat français de Vichy, seront honorés en 2010 dans une exposition itinérante intitulée “Désobéir pour sauver”. L’exposition organisée par l’Office national des anciens combattants et des victimes de guerre a été présentée à la presse le 14 décembre 2009 en l’Hôtel des Invalides à Paris. Editée à 160 exemplaires, elle tournera dans tous les départements afin d’être présentée dans les écoles et les mairies, les écoles de police et de gendarmerie [1].

Une exposition qui offre l’occasion de comprendre que la désobéissance aux ordres se justifie quand elle répond à une exigence supérieure, celle de l’humanité.


Crédit photographique : Le gardien de la paix Théophile Larue (Arch. fam. J-Y Gouël)

Théophile Larue, Juste de France

« Toute sa vie notre père, notre grand-père, a œuvré, et s’est investi pour défendre, et venir en aide à des gens faibles et en difficulté.
« Je rappellerai ici quelques exemples de sa bravoure à la sombre époque de l’occupation alors qu’il était un simple et courageux Gardien de la Paix : il prévenait au hasard dans la rue ou le métro des familles juives des opérations de rafles, il accompagnait en uniforme des petits groupe de personnes d’origine juive dans les gares pour prendre le train, les faire fuir parfois au nez et à la barbe des soldats allemands qui étaient heureusement respectueux de sa tenue de Policier.
« Un jour de novembre 1941, rentrant de service, il apprend l’arrestation de Mme Tobjasz suite à un contrôle d’identité simplement et pour ne pas avoir porté l’étoile jaune apparente. Il se rend alors immédiatement au dépôt en tenue de Policier à ses risques et périls pour la faire sortir. Il menace verbalement le fonctionnaire en charge du dépôt, tempête, soutient avec l’aplomb dont il était capable que cette personne est la marraine de baptême de sa propre fille ! et finalement la fait libérer. »

Alain Larue [2]



Ce gardien de la paix s’est vu refuser toute décoration après la Libération car... « ce n’était pas résister que de sauver des persécutés raciaux » !


Désobéir pour sauver” : une exposition qui honore les “justes” de la police et de la gendarmerie

Date de publication : jeudi 7 janvier 2010


L'intégralité de cet article en cliquant sur le lien ci-dessous

http://www.ldh-toulon.net/spip.php?article3687

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article