Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


Hiver 1939 - Contraint à l'exil suite à un guet-apens tendu par son beau-père, Alvaro Diaz quitte l'Espagne fasciste pour la France, abandonnant son épouse et ses deux enfants. Il emporte avec lui un carnet écrit par sa soeur Esther, où il apprend que son père, mort au début de la guerre d'Espagne en héros, a vécu sous un faux nom et l'a transmis à ses descendants. Hanté par cette révélation, Alvaro traverse à pied les Pyrénées, seul, sans vivres ni argent.


Malade et épuisé, il est arrêté à la frontière française et interné au camp de concentration de Gurs. Il y passe dix mois dans des conditions effroyables, sous la coupe du lieutenant Davers et du sadique Buisart, le directeur du camp. Gurs, c'est aussi le lieu des révélations tragiques Alvaro y retrouve Paco, un ami qui lui apprend la mort de son fils Victor. Avec Paco et un autre détenu. Alvaro parvient finalement à s'évader.


Tous trois sont recueillis près de Toulouse par un prêtre qui leur propose de rejoindre un réseau de résistance. Alvaro aide ainsi des enfants juifs à passer en Espagne sous de fausses identités. Sabotages, guérilla contre l'occupant... il est à la fois témoin et acteur d'opérations héroïques et de plus en plus désespérées. A travers l'odyssée tragique d'Alvaro Diaz, l'auteur excelle à nous montrer des scènes fortes, qui témoignent d'une maîtrise et d'un sens du romanesque impressionnants.


La trame historique, riche et passionnante, ouvre aussi à une réflexion très personnelle sur la trahison, l'exil et le secret.


L'auteur en quelques mots ...


Olivier Sebban a 38 ans.


Le Jour de votre Nom est son deuxième roman.

Le jour de votre nom

Olivier Sebban

Broché

Paru le : 20/08/2009

Editeur : Seuil


En complément sur le blog :


Le camp de Gurs (îlot B et D) : prison militaire de Paris repliée

Périgueux : siège du tribunal de la 12e région militaire

La retirada

La prison militaire de paris face à la débâcle de juin 1940

Réfugiés espagnols : les camps du "déshonneur"

Le passé révélé d’un sous-préfet aux camps : dossier michel junot

 

Commenter cet article